• Bon, ces conseils n'engagent que moi, mais ça peut toujours servir à d'autres, sait-on jamais, alors les voilà. (Bon, j'enfonce un peu des portes ouvertes aussi, je sais, pas grave.)

     

    1- Faire soi-même l'activité avant de la proposer en classe

    Ça peut paraître idiot, mais faire l'activité soi-même, avant, c'est salutaire. Vous avez trouvé une idée, ou un modèle sur Internet, peut-être avec la fiche de prep et un tutoriel, vous avez une liste de matériel  : vous pensez être prêt pour le faire en classe? 

    Que nenni!

    Il faut mettre les mains dans le cambouis! 

    Pourquoi? 

    Car cela va vous permettre de savoir : 

    - le temps qu'il faut pour faire l'activité,

    - le matériel qu'il faut réellement (on peut avoir des surprises),

    - les difficultés techniques que peuvent rencontrer les élèves (et vous-même),

    - ce que ça donne en vrai (le rendu fait soi-même peut être assez éloigné de la photo du tutoriel).

    Et puis vous aurez un vrai modèle fait-main à montrer aux élèves.

    Bref, on prend son courage à deux mains et on se retrousse les manches.

     

    2- La règle de 3.

    Vous avez fait vous-même l'activité donc vous savez combien de temps  il vous faut pour la faire. Maintenant on applique la règle de 3 : vous multipliez par 3 le temps que vous avez mis pour savoir combien de temps vont avoir besoin les élèves pour en faire autant!

    La même règle s'applique à la quantité de matériel consommable nécessaire. 

    Bon, 3, c'est une moyenne, ça dépend de la classe et de la difficulté de l'activité, mais c'est un bon repère. 

     

    3- Ne pas lésinez sur le matériel!

    Ne soyez pas radin! C'est vital!

    La séance tournera à l'Enfer si vous prévoyez trop juste. Le résultat pourrait être vilain, voir raté, s'il faut économiser le moindre gramme de matériel. Les élèves sont des débutants, ils vont gâcher du matériel, et c'est normal! Ils sont là pour apprendre.

    Déjà, faites l'activité vous-même! Des fois on est surpris par la quantité réelle qu'il faut de matériel. 

    Une fois que vous avez testé l'activité, vous savez donc quelle quantité il vous a fallu. Surtout ne pensez pas qu'il faut juste multiplier cette quantité par le nombre d'élèves. Vous n'aurez pas assez, ou alors vous allez passer la séance à rouspéter après les élèves pour qu'ils fassent attention. 

    Appliquer la règle de 3 pour tout ce qui est consommable : papier, peinture, ficelle.... mais montez à 4 ou 5 fois ce que vous avez utilisé vous-même pour la colle! (je n'ai jamais compris pourquoi, mais les élèves consomment énormément de colle.)

    Et même s'il s'agit d'un objet à décorer, ayez-en plus que d'élève, il y en aura toujours un pour rater et casser son objet. 

    Par exemple, pour les maisons-avec-jardin. Personnellement il m'a fallu :

    -2 briques de lait, 

    -1 tube en carton

    -3 boîtes de gâteaux

    -3 feuilles de journal

    -1 calendrier

    -100ml de colle

    - 3 bouts de bois

    Ce qui aurait fait pour ma classe : 

    - 46 briques de lait,

    - 23 tubes en carton

    - 69 boîtes de gâteaux

    - 69 feuilles de journal 

    - 23 calendriers

    - 2,3l de colle

    Mais en vrai, voilà le matériel que j'ai rassemblé : 

    Quelques petits trucs pour une séance d'art qui ne tourne pas au carnage.

     

    Soit une centaine de boîtes de lait, 10l de colle, 2m3 de boîtes de gâteaux...

    Et voilà ce qui restait à la fin de la première séance de construction : 

    Quelques petits trucs pour une séance d'art qui ne tourne pas au carnage.

     

    Il ne reste plus de colle, il reste à peine une vingtaine de boîtes de lait, un tiers des boîtes de gâteaux... Et les élèves n'ont pas tous fait le jardin, donc il ne restera vraiment pas grand chose à la fin de la prochaine séance.

     

    Bref, soyez large!!!

     

    4- Montrez un modèle et guidez les élèves !

    Mais les élèves sont là pour créer me direz-vous. Et ben, alors, pourquoi, vous, utilisez-vous des tutoriels? sarcastic

    Oui mais c'est pas pareil, moi j'ai pas d'idée, je ne sais pas faire !

    Et les élèves, ils ont toujours des idées? Ils savent tout faire ? 

    Par ailleurs, la technique ne s'invente pas, elle s'enseigne. Donc il faut guider pas à pas toute la partie technique. Le modèle sert à donner une idée de ce que vous attendez d'eux, mais, rassurez-vous, très peu (voir aucun) vont copier le modèle.

    Bref après avoir testé l'activité (oui, je suis monomaniaque) vous aurez un modèle et une liste des grandes étapes techniques. 

    Par exemple pour les maisons-avec-jardin, j'ai trois modèles différents et la liste des étapes techniques  : 

    - faire un croquis de la structure que l'on veut faire à partir des volumes disponibles

    - prendre le matériel nécessaire.

    - découper, assembler, coller la structure de base.

    - recouvrir de journal

    - etc.

    Il faut expliquer comment faire un croquis en perspective cavalière, donner quelques idées de comment assembler les formes et montrer comment découper et coller les éléments pour les faire tenir ensemble, expliquer comment on couvre correctement la structure de journal...  Bref, je cadre énormément le travail, j'aide, je conseille...  Et au final, aucune des productions des élèves ne ressemble à une autre, j'ai des maisons, des immeubles, des manoirs, des moulins, des cathédrales, des châteaux...  (Mais pour des raisons de droit à l'image, je ne peux pas vous les montrer.)

    Bref, ce n'est pas car on guide et dirige de près le travail que les élèves ne créent pas. 

     

    5- Demandez de l'aide

    Envie de monter un chouette projet ambitieux, mais ça vous paraît difficile à faire seul? 

    Demandez un coup de main à des parents!

    C'est bête, mais parfois ça permet de se lancer dans des activités qui semblent impossibles à faire, et on le fait bien pour le sport. Bien évidemment on ne peut pas faire ça toutes les semaines, mais ça permet de faire de beaux projets.

     

     

     

    Voili voilou.

    J'espère que mes petits conseils auront été utiles à quelqu'un. ^^

     

     

     

     

    Pin It

    4 commentaires
  • Car une maison sans son jardin, c'est un peu triste...

    Petite maison avec jardin  Petite maison avec jardin

     

    Il faut : 

    - une maisonnette,

    - un calendrier pour servir de support,

    - des boîtes pour donner du volume dans le socle,

    - du journal et de la colle pour recouvrir tout ça,

    - de la peinture,

    - des branchages pour faire les arbres (bon, sur la photo, il y a aussi un arbre en fil de fer recouvert de papier, mais je ne le ferai pas faire aux élèves, c'est beaucoup troooop difficile),

    - un catalogue de graines : rien de telle que des photos de salades et de haricots verts pour découper des feuilles pour les arbres, et des photos de fleurs pour découper des fleurs. 

     

    Voili voilou... pas très artistique tout ça, mais un sacré boulot de travail manuel quand même. 

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    Si je reste en CM2 l'année prochaine, je veux monter un projet autour de l'architecture, mais comme je ne sais pas si je reste en CM2 (vu que j'ai demandé à retourner en maternelle), je vais tester la fabrication de petite maison avec mes zozos actuels, un dernier travail d'art avec eux. 

    Voici deux tests que j'ai faits.

    Maison 1 : 

    La petite maison pas dans la prairie

    Maison 2 : 

     

    La petite maison pas dans la prairie

     

     

    Voici le tutoriel. 

    Matériel:

    La petite maison pas dans la prairie

    Il faut en gros :

    - des emballages : briques tétrapack vides et propres de toutes tailles, des tubes en carton, des emballages en carton léger.

    - du journal

    - de la colle (vinylique diluée avec de l'eau ou de la colle de farine.... pour les élèves, j'utilise de la colle de farine, c'est plus long à sécher)

    - de la peinture

    - du scotch (ou comme moi du kraft gommé)

    - du marc de café

    - un pistolet à colle

    - du brou de noix 

    - grosse brosse plate, pinceau fin.

     

    Etape 1 : le dessin en utilisant les formes des emballages disponibles. Il faut faire simple! (là par exemple, ce n'est pas si simple car la tour passe à travers le toit.)

    La petite maison pas dans la prairie

    Etape 2 : assemblage.

    Là c'est dur! Il faut bien repérer où il faut couper pour emboîter les éléments ensembles. Les élèves vont avoir besoin d'aide.

    Pour ce type de séance je demande de l'aide à quelques parents volontaires, ou alors je fais ça sous forme d'atelier tournant où je prends quelques élèves avec moi tandis que les autres sont en autonomie.

    Puis on coupe, scotche les différentes parties et on colle le toit au pistolet à colle. 

    Si la structure n'est pas très stable, il faut lester avec du sable ou du plâtre.

    La petite maison pas dans la prairie

    Etape 3 : On recouvre le tout de papier journal collé

    J'utilise de la colle de farine pour les élèves, sinon, ça commence à sécher avant qu'ils aient fini et c'est la catastrophe. (Pour moi j'utilise de la colle vinylique diluée, car je ne traîne pas.)

    Il faut bien faire attention à ce qu'il y ait du papier partout, même sous la tour ou sous les rebords du toit.  Il ne doit y avoir aucun trou!

    La petite maison pas dans la prairie

    Etape 4 : peinture.

    On recouvre la toiture de peinture blanche (j'utilise de la peinture acrylique murale blanche 1er prix, c'est bien mieux que la gouache et pas très cher.)

    Pour les murs, pour l'effet crépis, je mélange du marc de café à la peinture blanche, je mets aussi quelques gouttes de peinture marron et jaune (trèèèès peu) pour donner un peu de couleur. 

    La petite maison pas dans la prairie

     

    Etape 5 : le toit.

    Pour le toit j'utilise du brou de noix et un pinceau fin. On passe le brou de noix de haut en bas, pour faire des lignes. Le brou de noix fait de grosses traces de pinceau dans le peinture. il est trèèès difficile de faire un aplat de cette manière, donc on obtient très facilement l'effet toit de chaume. 

    Il faut passer trois ou quatre fois. 

    La petite maison pas dans la prairie

    Etape 6 : dessin de la porte, des fenêtres, des plantes...

    On commence par dessiner les contours de la porte et  des fenêtres en noir.

    La petite maison pas dans la prairie

    Puis on peint les fenêtres en blanc, la porte en marron. Quand c'est sec, on trace les vitres au trait noir. 

    On peint pour finir un joli rosier grimpant : un gribouillis vert avec des points rouges pour faire les fleurs. 

    Et voilà, c'est fini. 

     

    Je l'accorde, il faut des élèves qui ont déjà quelques habitudes en art plastique.

     

    Et surtout, avant de se lancer avec les élèves, il faut avoir fait soi-même la construction avant pour voir où on risque d'avoir un souci avec ses élèves, et bien se rendre compte du temps nécessaire!

     

    Voilà, J'espère que ça vous a plu. ^^

     

     

     

     

    Pin It

    17 commentaires
  •  

    Car dans ma classe, je manque cruellement de place pour les affichages aide-mémoire, car sortir le classeur de leçons ce n'est pas pratique, car je n'aime pas les sous-mains (malcommode et souvent rapidement en triste état) et car mes élèves ont une mémoire option passoire, j'ai cherché comme créer un aide-mémoire pratique. J'ai fini par faire des éventails (forme que j'avais déjà utilisé en maternelle et CP). Un pour le français, un pour les maths. Ils reprennent la totalité du programme de CM2 (et un peu plus)

    recto :

    jeu d'éventail recto

     

     

    verso :

    jeu d'éventail verso

    Ça prend peu de place, c'est facile à manipuler, ils l'ont toujours dans leur pot à crayon. Au fur et à mesure que l'on voit les leçons, on apprend où elle est sur l'aide mémoire.

    En cas de besoin il est facile d'ajouter des cartes.

    Si ça vous intéresse, voici le PDF: 

    Télécharger « eventail_français_maths.pdf »

     

     

    Pin It

    13 commentaires
  • En ce moment, j'ai la chance d'avoir un animateur qui prend mes zozos en sport par demi-groupe, j'ai donc la joie de pouvoir bosser deux fois une heure par semaine en demi groupe. J'en profite pour faire "apprendre à porter secours", car en classe entière c'est très dur de faire des mises en situation et qu'ils pratiquent vraiment.

    J'utilise les documents publiés par l'Inspection de Val-de-Marne ( Apprendre à porter secours au cycle 3 ) que je trouve très bien fait pour une patate comme moi.

    Pour les mises en situation, par contre, je trouve important que la blessure fasse un minimum vrai, le faux sang du commerce coûte cher et un coup de feutre sur la peau ça ne fait pas très blessure.  Donc, aujourd'hui recette  de faux sang maison pas cher !

    faux sang maison

     

    Pour cela il faut : 

    du sirop (grenadine, framboise, cassis, fraise.... du rouge en somme.)

    du café soluble

    du colorant alimentaire rouge, ou de la peinture carmin (gouache, acrylique, pigment, encre... bref ce que vous avec sous la main)

    ingrédients du faux sang

    Dans une cuillère à café d'eau chaude, dissoudre une cuillère à café de café soluble.

    Ajouter de la couleur rouge.

    Bien mélanger pour éviter les grumeaux.

    Ajouter deux cuillères à soupe de sirop. 

    On ajuste la couleur en ajoutant du rouge et du café (délayé et très concentré) si besoin. (Bon, en vrai, je fais le mélange au pifomètre de précision, mais c'est dans ces proportions là.)

    Pour ceux qui aiment les détails : ajouter quelques grains de café soluble avant utilisation, ça fait de chouettes caillots de sang.

     

    Quand je sors le bocal devant les élèves la première fois, j'explique ce que c'est et comment je l'ai fait car leur première réaction en le voyant est : « Beurk! Du sang! C'est dégueulasse!» no

     

    Ensuite, je suis une affreuse perfectionniste, donc voilà comment faire une blessure qui fasse un tant soit peu crédible en quelques secondes : 

    Faire un coup de feutre pour dessiner la blessure : 

    Au crayon à maquillage ou aquarellable, faire des saletés dans la plaie :

     

    On met un peu de faux sang : 

    On pose dedans quelques petits bouts de mouchoir en papier (une seule des épaisseurs) en les faisant plisser un peu.

    et on remet un peu de faux sang dessus. Vous voilà avec une chouette écorchure. 

     

    Et ça part à l'eau et au savon.... enfin, pas le feutre, car sinon la plaie disparaît totalement lors du lavage quand on la soigne lors la mise en situation, et on ne sait plus où coller le pansement. clown  D'ailleurs, comme ça aussi on voit si l'élève a bien lavé la plaie. ^^

     

    Voili voilou, rendons nos enseignements vivants. he

    Pin It

    6 commentaires