• Je vous parlais dans mon article précédent de vocabulaire. Eh bien à l'instar du vocabulaire, mes élèves ont un niveau de compréhension de lecture catastrophique. (Avouez, ça vous étonne hein?)

    J'ai dégagé plusieurs axes de travail :

    - le comportement de l'élève face au texte,

    - l'automatisation du décodage,

    - l'enrichissement du vocabulaire et de la culture,

    - l'amélioration de la syntaxe, 

    - les images mentales.

     

    1-Le comportement de l'élève face au texte

    Sur ce point, je vous conseille ce livre : 

    Compréhension de lecture

    On pense souvent naïvement que quand on leur demande de lire un texte, les élèves prennent le texte et le lisent du début à la fin en se concentrant pour y comprendre quelque chose. Eh bien cette idée est bien naïve.

    Exemple flagrant du problème de comportement mes élèves face au texte : 

     

    Question : Comment s'appelle l'ami de Sherlock Holmes ?

    réponse attendue : C'est le docteur Watson. (c’est écrit dans le texte.)

    réponses des élèves : C'est Jabez Wilson, Albert, balbutia, Baker Street...

    Une bonne moitié du groupe classe écrit ce genre de réponses, ce qui donne l'impression qu'ils répondent au hasard. Pourtant beaucoup de ces élèves décodent correctement, ils ont une fluence dans la norme attendue pour leur âge (test ROC). Quand on leur lit le texte, ils répondent correctement. Le souci vient de leur manière de lire silencieusement : ils ne lisent pas le texte d'un bout à l'autre, ils balayent le texte du regard, repèrent des mots connus, regardent l'image. A partir de ces mots reconnus en un coup d'oeil (indices) et de l'image, ils extrapolent le sens du texte (intuition du sens, parfois très loin du sens réel du texte). Ensuite ils lisent les questions, balaient le texte du regard à la recherche d’un mot qui pourrait correspondre et le notent en guise de réponse.

    Si on reprend l’exemple précédent :

    Jabez Wilson est le premier nom donné dans le texte après celui de Sherlock Holmes.

    Albert est un prénom, mais est dans le texte «Albert» est utilisé dans le mot composé « Chaîne-Albert » qui désigne la chaîne d’une montre de gousset.

    Balbutia est tiré de la phrase : « Mon ami balbutia une excuse. » L’élève a repéré les mots « mon ami » et a noté le mot se trouvant à côté.

     

    Baker Street est un nom propre repéré grâce à ses majuscules.

     

    Ils font très exactement ce qu'on leur a appris en CP : au CP, le maître écrit au tableau un texte indécodable par les élèves et leur demande de le regarder, de repérer des mots connus, ce qu'ils arrivent à "lire", et de là ils doivent proposer un sens au texte... 

     

    La moitié de mes CM2 lit comme ça! cry

     

    Que fais-je dans ma classe ? 

    Pour tenter de remédier à cette lecture-survol, mes élèves doivent obligatoirement lire à haute voix (utilisation de Chuchoteurs pour limiter le bouhaha en classe, article sur le chuchoteur) avec travail sur l’écoute de sa propre lecture. (On repère vite ceux qui ne lisent pas.) S'écouter lire améliore grandement les performances de lecteur.

    Je ne donne jamais les questions avant ou en même temps que le texte, toujours après, parfois les élèves n'ont plus le texte pour répondre. 

    Je ne donne plus de questions dont la réponse est un mot du texte, que de l'implicite ou de la reformulation, à force ils savent que chercher un mot et le copier est inutile et qu'il faut chercher dans sa tête et réfléchir.

    Je travaille sur les images mentales.

     

     

    2-Le décodage

    Un quart de mes élèves décode mal, bute sur les sons complexes, sur les mots autres que courants, leur lecture est saccadée, lente, laborieuse. Bref le décodage n'est pas automatisé.

    D'autres décodent correctement, mais ce n'est pas fluide, cela leur demande encore pas mal d'effort, ce qui les empêche de vraiment s'intéresser au sens précis.

    Du coup, normal qu'ils préfèrent éviter de lire tous les mots et se contentent de balayer le texte à la recherche des mots qu'ils reconnaissent.

    Que fais-je dans ma classe ?  

    - Je travaille certaines correspondances phonie/graphie,

    - Je travaille la fluence (mais gare aux élèves mitraillettes). J'utilise : 

    Compréhension de lecture

    - Je leur fais lire à haute voix tous les jours 5 à 10 pages de roman (plus des extraits de textes pour l'étude de genre de texte, des textes de sciences, d'histoire, de géo, de...). Depuis septembre mes élèves ont ainsi lu : Fifi Brindacier, Le Magicien d'Oz, Oedipe Schlak Schlak, Alice au Pays des Merveilles, Joker, L'oeil du Loup, des fables de La fontaine, Deux enquêtes de Sherlock Holmes, Tistou les pouces verts...

    (Toutes ces lectures sont décortiquées, expliquées, étudiées... qu'on ne pense pas que je fais juste vocaliser des textes.)

     

    3-Le vocabulaire et la culture

    Pour mon travail de vocabulaire, c'est .

    Pour la culture, ben, déjà lire des textes riches, qui ouvrent pas mal de discussion, et provoquent un apport culturel non négligeable.

    Tous les jours, grâce à un calendrier d'histoire de l'art mondial, on voyage dans le temps et dans le monde...

    Les élèves font des exposés, présentent objets, plantes, instruments... qu'ils apportent en classe.

     

    4- La syntaxe

    Pour comprendre un texte, il est nécessaire d'avoir une bonne maîtrise de la langue, et cette maîtrise c'est l'étude la grammaire, de la conjugaison et de l'orthographe  qui l'apporte.

    Comment comprendre la phrase «Nous allâmes à Covent Garden." si on ignore que "allâmes", c'est le verbe aller au passé simple? (Cette phrase était dans une de nos lectures de la semaine dernière.)

    Etude de la conjugaison, la valeur des temps, des modes, la relation du verbe avec le reste de la phrase...

    Etude de la grammaire, du rôle des mots, de leur nature, de leur fonctions, de leur relation... 

    Etude de l'orthographe, car un ver n'est pas un verre...

     

    Que fais-je dans ma classe ? 

    - 45 min à 1h de de grammaire ou de conjugaison tous les jours, avec beaucoup d'exercices d'entraînement, de transformations/transpositions de phrases et de textes, d'analyses, avec révisions quotidiennes et une bonne dose de par-coeur (car je n'ai pas trouvé de manière plus efficace pour qu'ils sachent leurs conjugaisons.)

    - 1 h d'orthographe par semaine, avec travail d'autocorrection quotidien.

    - Faire beaucoup écrire (je donne très peu de photocopies)

    J'utilise cette méthode:

    Compréhension de lecture

    5- Les images mentales

    Lire, c'est créer une image mentale de ce que contient le texte, c'est créer un petit film dans sa tête à partir de ce qui explicite dans le texte, mais aussi de ce qui est implicite. Cela demande un effort important à beaucoup d'élèves alors ils ne tentent pas d'imaginer et de former une image.

    C'est un gros travail d'entraînement, d'abord à partir de phrases, puis de paragraphes de plus en plus longs, puis en associant plusieurs paragraphes... 

    Un très bon ouvrage sur le sujet : 

    Compréhension de lecture

     

    et un livre pour travailler plus précisément l'implicite via un grand nombre de courts textes triés par type d'implicite (action, lieu, personnage...)

    Compréhension de lecture

    sommaire extrait 1 extrait 2

    Cependant, je préfère travailler à partir des textes lus en classe...

     

     

    Conclusion

    Bref, encore beaucoup de boulot...

     

     

     

     

     

     


    9 commentaires
  • Mes élèves ont un bagage lexical absolument catastrophique, des mots comme mincir ou jaunir leur pose problème.  Dans un article précédent, je présentais mon bocal à mots (), mais j'avoue que c'est trop léger vu le déficit lexical de mes zozos. 

    Le souci se pose sur plusieurs niveaux : 

    - une méconnaissance total du mot, 

    - l'incapacité de déduire le sens à partir du contexte, quand ils ne comprennent pas un mot, ils n'en tiennent juste pas compte et saute la phrase.

    - de grosses difficultés concernant la reconnaissance des familles de mots, avec une méconnaissance assez totale des affixes. Par exemple dans "jaunir", plus de la moitié de mes élèves n'ont pas fait le lien avec "jaune". 

    J'ai donc mis en place deux choses :

    - un entraînement morphologique intense.

    - un mur de mots.

    Ça prend pas mal de temps en classe (et de place aussi), mais sans ce travail, les élèves  sont face à gouffre d'ignorance qui les prive de sens en lecture. 

     

    1- Entraînement morphologique

    J'utilise cette méthode : 

    Un mot, deux mots, trois mots, plein de mots en plus

    Techniquement, il s'agit d'une outil pour rééducation destiné aux orthophonistes, mais bon, quand en CM2 ils ne sont pas capables de faire le lien entre jaune et jaunir, je juge que le souci est profond et ce ne sont pas avec les quelques exercices que l'on a dans un manuel de français de cycle 3 que je vais pouvoir faire un truc sérieux et efficace. 

    Présentation du livre

    Extrait du livre

    Cette méthode est destinée aux enfants et adolescents souffrants de dyslexie et de dysorthographie dans un protocole de rééducation de l'orthographe lexicale. ( Un article très intéressant sur le sujet : Rééducation de l'orthographe lexicale : un protocole d'entraînement basé sur la morphologie dérivationnelle. )

     J'ai découvert cette méthode car une bonne partie de mes élèves a une orthographe absolument affreuse. (Vous imaginez bien que si mes élèves ne font pas le lien entre jaune et jaunir, ils sont capables d'écrire "jonir" ou "jonnire", hein, sans que ça les gêne le moins du monde.)

    La méthode est simple et clé en main.  Je leur fais faire sur l'ardoise, par séance de 15~20 min aussi souvent que possible. (Idéalement ce serait tous les jours mais, bon, je n'ai pas que ça à faire, alors souvent ce n'est que deux fois par semaine.)

    Je fais aussi des concours de vocabulaire : je leur donne une liste de suffixes, de radicaux ou de préfixes, et ils ont une semaine pour trouver un maximum de mots qui les contiennent. Les 5 élèves qui ont le plus de mots correctement écrits gagnent une babiole (des trucs de pêche à la ligne, des droits en classe...)

    Pour le moment j'ai juste fait les suffixes, mais je dois avouer que mes élèves font beaucoup moins d'erreur sur la fin des mots et commencent à être capable de voir le radical dans un mot. 

     

    2- Le mur de mots

    Je travaille à partir de : 

    Un mot, deux mots, trois mots, plein de mots en plus

    extrait du livre

    Livres diffusés en France par Pirouette éditions : tome 1, tome 2. (Ils ne sont pas disponibles ailleurs.)

    Le principe est de collecter des mots, de les classer sur un affichage (le fameux mur) et ensuite de faire plein d'activités ludiques pour les faire mémoriser. 

    Il existe divers types de murs de mots, selon l'âge des élèves et ce que l'on veut en faire, tout est dans le livre. 

    Dans ma classe le travail se divise en plusieurs étapes : 

    - récolte, 

    - étude et tri, 

    - entraînement,

    - évaluation.

    Le mur de mots doit être régulièrement vidé et remis à zéro, car c'est lassant de travailler toujours sur les mêmes mots, et puis on finit par manquer de place.

    A) La récolte

    Un mot, deux mots, trois mots, plein de mots en plus

    Sur un coin de mon tableau, j'accroche les mots récoltés dans la semaine. Il y a :

    - 4~5 mots par jour tirés du texte de lecture du jour. Je choisis moi-même ces mots pour prendre des mots assez courants. (car le élèves ont le chic pour  choisir des mots hyper rares, et donc ces mots ne leur servent à rien.)

    - les mots que les élèves ne comprennent pas dans les exercices de français, de maths, d'histoire des arts.... Quand ils ne comprennent pas un mot, ils me le demandent, j'explique et ils le notent sur le tableau à la craie. Pendant la pause méridienne je crée les étiquettes et efface les mots écrits à la craie.

    Tous les mots sont expliqués au fur et a mesure. Je prends garde aussi qu'il y ait des noms communs, des verbes, des adverbes et des adjectifs, si on ne fait pas attention, on n'a quasiment que des noms communs et quelques adjectifs qualificatifs.

    Les étiquettes sont en Arial 80 points. C'est la police la plus petite pour que l'étiquette soit toujours lisible où que l'on soit dans la classe.

     

    B) Etude et tri

    Une fois par semaine on se penche sur cette récolte pour étudier les mots et les trier.

    Pour cela j'ai plusieurs stratégies : 

    -Par groupe, ils tirent au sort quelques mots et doivent chercher les définitions dans le dictionnaire. On met en commun et on copie la liste de mots avec les définitions dans le cahier de vocabulaire.

    -Je leur donne les définitions et une liste de phrases où les mots sont utilisés. Ils doivent alors, en s'aidant des exemples, replacer les mots avec la bonne définition. A la fin on corrige et on met dans le cahier de vocabulaire.

    -Je leur donne directement la liste des mots avec leur définition que les élèves collent dans leur cahier de vocabulaire. Ils ont ensuite des phrases à trou qu'il faut compléter avec les mots de la liste. 

    A la fin de l'activité, on trie les mots par nature pour les mettre sur le mur. 

    Un mot, deux mots, trois mots, plein de mots en plus

    Sur mon mur, les mots sont classées par nature et non dans l'ordre alphabétique. En CM2, mes zozos ont un grand besoin de grammaire....

    J'ai aussi des affiches sur les déterminants, les pronoms.... que l'on complète au fil des leçons. 

    C) L'entraînement

    En autonomie ils ont des mots croisés et des mots mêlés à partir des mots du mur.

    générateur de mots mêlés

    générateur de mots croisés

    Quand je prépare des exos ou des exemples en français, ou en maths, je tente de mettre un maximum de mots du mur. Je m'emploie à utiliser quand je parle un maximum de mots du mur (et les élèves, par mimétisme, font pareil).

    Les mots de mon bocal de mots viennent du mur, et donc, tous les matins, les élèves doivent écrire une phrase avec un mot du mur.

    Le livre sur les murs de mots contient plein d'activités ludiques pour entraîner les élèves et faire en sorte qu'ils retiennent les mots. Mes élèves sont fans de ces petits jeux et les réclament.

    Par exemple : 

    Le basket des mots.

    Les élèves sont par équipes et jouent à tour de rôle en envoyant un joueur devant le panier (j'utilise une balle de tennis et une corbeille à papier). Le joueur doit répondre correctement à une question portant sur les mots du murs (Par exemple : épelle le mot..., donne un mot commençant par... , donne un synonyme de..., donne un mot de la famille de...)

    Si l'élève répond correctement, il a droit de lancer la balle, s'il met la balle dans le panier, son équipe marque un point. S'il ne répond pas ou se trompe, la balle va à l'autre équipe qui doit répondre à la même question.

     

    La balle brûlante

    J'ai un minuteur dont je règle la sonnerie sans donner aux élèves le temps que j'ai mis. Je lance un ballon de baudruche, celui qui reçoit le ballon doit répéter et épeler  le mot que je donne (ou répondre à une question) pour avoir le droit de relancer le ballon. L'élève qui a le ballon quand le minuteur sonne est éliminé. 

     

    Bref ça bouge alors ça plaît aux élèves.

     

    D) L'évaluation

     Je donne une liste de mot du mur et les élèves doivent écrire une phrase.

    Ou alors je donne des phrases à trou qu'ils doivent compléter sans avoir accès au mur...

     

    __________________________________

    Voili voilou, je me bats contre l'inculture de mes élèves et tente de leur donner des mots.

     

     


    27 commentaires
  • L'année dernière, j'ai passé de longues, trèèèèès longues, heures à essayer de faire comprendre à mes élèves l'art de la conversion de mesure. Ils ont peiné, j'ai sué, bref la galère.

    Cette année, j'ai mis au point un truc pour faciliter les conversions : la virgule magique.

    Voici la bête :

    La virgule magique

    Techniquement, il s'agit d'une pique pour minibrochette apéro sur laquelle j'ai dessiné une grosse virgule noire.

    Voici son fonctionnement : 

    Prenons une mesure à convertir, par exemple : 21,8 dam

    Je prends mon tableau de conversion, la virgule magique et un crayon à papier. Je regarde en quelle unité est ma mesure de départ, ici le décamètre. Je pose la virgule magique dans la colonne du décamètre, bien contre la ligne de droite.

    La virgule magique

    Maintenant, je n'ai plus qu'à écrire les chiffres autour de la virgule.

    La virgule magique

    Voilà, j'ai écrit ma mesure de départ, maintenant je n'ai plus qu'à convertir dans l'unité désirée, par exemple en hectomètres. Et là rien de plus facile : je prends ma virgule magique et je la pose dans la colonne hectomètre. Il n'y a plus qu'à lire.

    La virgule magique

    21,8 dam = 2,18 hm

    Si je veux convertir en millimètres, je prends la virgule magique et je la pose dans la colonne millimètre.

    La virgule magique

    J'ai des colonnes vides entre la virgule et les chiffres, alors j'ajoute des zéros.

    La virgule magique

    Et il n'y a plus qu'à lire : 21,8 dam = 218 000 mm

    Et ainsi de suite.

     

    Cette année, mes élèves ont pigé les conversions de mesure en moins d'une heure ! 

    Youpi!

     

    (oui, je sais, ce n'est pas très mathématiques mais je ne suis qu'une patate moi...)


    29 commentaires
  • J'aime beaucoup corriger individuellement le travail avec les élèves et donc les faire venir au bureau, sauf que ça dégénère vite  avec au choix la longue file d'attente où c'est la pagaille où ils se copient dessus.. ou alors la course si on interdit aux élèves de faire la queue, dans les deux cas les élèves qui ont fini perdent leur temps, bavardent et c'est la pagaille.

    grrr

    J'ai donc mis en place un système de file d'attente : 

    file d'attente au bureau

    Chaque élève a une pince à linge marquée à son nom, quand il a fini son travail il vient mettre sa pince à la suite sur les cases numérotées, retourne à sa place et fait son travail/activité d'autonomie. J'appelle l'élève au bureau quand c'est son tour et je lui rends sa pince.

    J'ai gagné en silence, les élèves n'attendent plus sans rien faire, en plus je n'ai qu'à regarder le nombre de cases vides pour savoir combien d'élèves n'ont pas fini. 

     

    Voili voilou, un petit truc de gestion de classe à moi...


    20 commentaires
  • Dans ma classe le rituel du matin consiste en des exercices de révision : quand les élèves arrivent, j'ai déjà écrit trois exercices au tableau : un exercice de vocabulaire, une exercice de français et un exercice de maths. Les élèves s'assoient et se mettent immédiatement au travail pendant que je récupère les papiers, note qui mange à la cantine... Ça prenait environ 20min. 

    L'exercice de vocabulaire est toujours le même : écrire une phrase avec un mot tiré au sort.

    En effet tout au long de l'année, on écrivait sur des petits papiers  tous les mots difficiles  croisés en lecture, sciences, histoire, etc. et on les mettait dans un grand bocal. Tous les matins un élève de service tirait au sort un mot, devait l'expliquer, et tout le monde devait ensuite écrire une phrase avec (ou avec un mot de la même famille, on avait beaucoup travailler la dérivation et les familles de mots).

    Pour les exos de français et de maths je faisais ça au feeling. 

    Pour cette année, je garde mon bocal à mot, mais j'améliore le système de révision, avec un bocal de français et un bocal de maths.

    Un bocal, des bocaux...

     

    En vert, le vocabulaire

    En rose, les maths

    En bleu, le français

    Pour le vocabulaire, je garde le même principe que l'année dernière : on écrit sur des petits papiers le vocabulaire rencontré en classe, on tire au sort un mot tous les matins et on écrit une phrase.

    Pour le français et les maths, on mettra dans les bocaux des petits papiers avec les numéros des leçons, chaque matin l'élève de service tirera au sort une leçon de math et une de français à revoir pour la semaine suivante. (Par exemple le lundi matin, on tire au sort les leçons à revoir pour le lundi suivant.) Et le jour J, les élèves ont un exercice en français et un en maths portant sur les leçons à revoir.

    Comme ça, c'est plus interactif... on verra ce que ça donne à l'usage.


    9 commentaires