• ... qui n'est pas un cahier.

     

    Mes élèves n'utilisent pas de cahier du jour pour les exercices, ils ont un dossier de travail : 

    C'est une chemise en carte lustrée (comme les protège-cahiers). Il est aux couleurs du groupe auquel appartient l'élève (jaune, rouge, bleu ou vert).

    Voilà comment c'est organisé à l'intérieur : 

    En haut à gauche : la carte à point

    Il existe 6 cartes différentes (poisson, grenouille, souris, chat, écureuil et oiseau). Tous les élèves ont commencé en tant que poisson, il faut remplir la carte pour passer à celle d'après, quand ils ont complété les 6 cartes ils gagnent un ticket vert pour une petite surprise. 

    Ils gagnent un point par exercice entièrement juste. Ils perdent un point par exercice non fait. (Je donne aussi des points d'encouragement pour les élèves qui ont plus de mal.)

    La carte est glissée dans une pochette/protège document découpée par les bons soins de l'élève.

     

    En bas à gauche : le programme de la période.

    C'est la liste de ce que l'on va étudier sur la période. Quand l'élève a acquis la notion, je mets un point vert en face. (Ici, c'est le programme de la période 4, qui ne commencera qu'après les vacances, dans une semaine.)

     

    A droite : le dossier de la semaine

    Tous les lundis matins, les élèves commencent un nouveau dossier : ils prennent une nouvelle feuille, écrivent le numéro de la semaine (ici, c'est la semaine d'avant les vacances, alias la 21e semaine de classe de l'année).  Ils tracent deux traits pour délimiter la zone où à la fin de la semaine je mettrai un commentaire sur le travail et le comportement de la semaine. 

    Ensuite c'est comme un cahier du jour : date, titre, exercices... mais sur feuilles. 

    Le vendredi (enfin le week-end car j'ai rarement le temps le vendredi en fait) j'agrafe le dossier de la semaine, je mets des commentaires sur la première page et je donne le dossier à faire signer par les parents. Une fois signé, les élèves le rangent dans un (gros) classeur.

    Ils ont une réserve de feuilles à gérer en autonomie.

    Ce système permet d'avoir moins lourd de papier à manipuler lors des corrections (et ce n'est pas négligeable quand on doit ramener les corrections à la maison), et ça permet d'envoyer le travail commenté très régulièrement dans les familles. 

     

    Voilà voilà... c'est comme ça que l'on travaille dans ma classe. he

     


    8 commentaires
  • Vous aussi vous avez un Zébulon Ier, on en a tous au moins un, parfois plusieurs.

    Zébulon, assis-toi! 

    ZEBULON! ASSIS-TOI!

    Zébulon, tais toi!

    Zébulon, travaille!

    Zébulon arrête de te balancer sur ta chaise!

    Non mais Zébulon tu vas te taire et travailler oui ou non?

    Zébulon, ta chaise a quatre pieds et ils doivent tous toucher par terre!

    Zébulon, ferme ta bouche et travaille!

    Zébulon, arrête de chanter!

    Zébulon, tu n'as pas besoin de ciseaux pour écrire!

    Zébulon, si tu ne sais pas te servir d'une chaise je te l'enlève!

    ZEBULON!!! MAINTENANT TU POSES TON CUL DANS CETTE PUTAIN DE CHAISE, TU FERME TA BOUCHE ET TU BOSSES! (non, ça je ne le dis pas en classe, je me contente de le penser très fort.)

    Bref, Zébulon c'est votre TdA/H...et si les acronymes ne sont pas vos amis : TdA/H = Trouble de l'attention avec ou sans hyperactivité.  Bref Zébulon fait tout sauf le travail qu'on lui demande ; il gigote, se balance sur sa chaise, bricole, joue, rêvasse, bavarde, fait des bruits avec sa bouche/ses mains/ses stylos...

    Cette année j'ai plusieurs Zébulon dans ma classe, à des stades divers, et je suis toujours à la recherche de trucs pour les canaliser, pour qu'ils se mettent au boulot. 

    J'ai pioché plein d'idée dans ce livre : 

    Non mais tu vas t'asseoir, te taire et travailler oui ou non?

    Avec une classe ritualisée, avec un emploi du temps stable et répétitif, une gestion du temps avec une double pendule/timer, une gestion du matériel disponible très strict... 

    Mais je passe beaucoup de temps sur Pinterest à le recherche de bonnes idées. C'est là que j'ai découvert les "bouncy bands" (le site en anglais «Bouncybands.com»

    Il s'agit d'une bande élastique  et deux tubes PVC qui l'empêche de glisser. Zébulon doit poser les pieds dessus. Le principe, établi par de des ergothérapeutes américains, est que l'élève peut ainsi bouger les pieds autant qu'il veut sans déranger les autres, ce qui lui permet de canaliser son énergie et de rester plus facilement concentrer sur ce qu'il fait. Miraculeux paraît-il.

    Oui, bon, je vous entends ricaner d'ici, Bande de vilains!  J'vous déteste!

    Non mais tu vas t'asseoir, te taire et travailler oui ou non?

     

     

     

    Cependant ce n'est pas une vieille chambre à air et deux bouts de PVC qui vont me ruiner, et ça mérite le test, non? Et comme ce que le singe voit, le singe le fait, j'ai installé une "bouncy band" sur la table de Zébulon Ier. 

    Non mais tu vas t'asseoir, te taire et travailler oui ou non?

    Le bouncy band c'est le truc attaché au pied de la table. Il s'agit d'une bande élastique (une chambre à air de vélo) et deux tubes PVC (20cm) qui l'empêche de glisser. Zébulon doit poser les pieds dessus. 

     

    Effet immédiat : l'élève l'adooooore! (il faut bien mettre autant de "o" pour retranscrire l'émotion en question) et c'est un super objet de chantage qui fonctionne d'enfer et les autres élèves crèvent d'envie d'en avoir aussi une.

    «Zébulon? Si tu n'arrêtes pas de jouer avec tes ciseaux, je t'enlève la bande et je la donne à quelqu'un d'autre!»

     

    Effet après une journée : Incroyable, Zébulon Ier a fait tout le travail (juste) sans que je le rappelle à l'ordre toutes les 5 min ! Il ne se balance plus sur sa chaise, il serait presque sage! (Bon, c'est Zébulon, on ne le changera pas, c'est comme ça qu'on l'aime...)

     

     Effet après deux semaines (c'est à dire aujourd'hui) : Zébulon Ier travaille et il est beaucoup moins pénible en classe !Non mais tu vas t'asseoir, te taire et travailler oui ou non?

     

     

    Bon, maintenant rigolez autant que vous voulez, dénigrez autant que vous voulez, je m'en fiche. J'ai équipé la table de Zébulon II et tant que ça apporte un peu de sérénité en classe je garde!

     

     

     

     


    24 commentaires
  • Moi, quand je dis : " Qui voudrait ..." je n'ai pas fini  la question que j'ai déjà une forêt de mains levées (souvent accompagnée de "moi-moi-moi" ou de "Maîîîtresse!") ou alors quand je pose des questions sur le travail, je n'ai que les quatre même élèves qui participent ou, pire, que seul un silence pesant me réponde... Et que quand face à l'armée de doigts levés je désigne un élève j'en ai toujours un pour dire "c'est pas juste, c'est toujours les mêmes, moi je suis jamais passé!" ou quand dans le silence pesant je désigne un élève ce dernier proteste : "C'est pas juste, c'est toujours moi"...

    Alors j'utilise plusieurs systèmes de choix : 

    Face à la forêt de mains levées : une comptine de tirage au sort de maternelle : "Pomme poire abricot, y'en a une, y'en a une, pomme poire abricot y'en a une de trop, c'est l'abricot"

    Qui est une variante, en plus court, de ça : 

     

    Oui, en CM2, et ça fonctionne très bien, et avec l'habitude on fait tomber sur qui on veut en plus.  (Quoi? je triche? Même pas honte!)

     

    Sinon, quand tout le monde est volontaire ou au contraire personne (ou toujours les quatre mêmes) j'ai ça : 

    pot bâton de tirage au sort

    C'est un vulgaire pot à crayon et des abaisse-langue sur lesquels j'ai collé des étiquettes : prénom de chaque élève, gommette de la couleur de son groupe (j'ai quatre groupes : rouge, bleu, jaune, vert... original, je sais.), un abaisse-langue par groupe ne portant que la pastille du groupe, et un sans rien.  Et là, c'est simple il suffit de tirer au sort. 

    Soit on a un nom : élève désigné.

    Soit on a une couleur : un volontaire parmi le groupe désigné.

    Soit rien : un volontaire. 

    Ensuite je ne tire au sort pas moi-même : je tends le pot à un élève et c'est lui qui tire au sort (Ils se battraient presque pour faire ça), celui qui a été tiré au sort tirera à le suivant... 

    Pour les rituels, c'est un élève de service qui tire au sort. 

    Et ben, ça fonctionne très bien, en plus selon que l'on remet ou pas le bâtonnet dans le pot, les élèves peuvent être réinterrogés et donc ça les force à rester attentif! 

    Monsieur l'Inspecteur, qui était en "visite" dans ma classe hier, a trouvé ce système bien. (Fille qui se la pète.)

     

    Bref, moins de soucis et c'est plus calme d'interroger ou de demander un service aux élèves.

     


    3 commentaires
  • Il y a deux choses qui m'énervent particulièrement en classe : 

    - Les «Maîîîîîtreeeeessssseeee!» tonitruants (déjà limités par la lampe "aucune question" pendant les exercices).

    - Quand je pose une question, que la seule main levée soit pour me dire «J'peux aller aux toilettes?»

    J'ai donc mis en place un code : 

    affichage code pour prendre la parole

    Je ne réponds pas aux «Maîtresse!» tonitruants, je fais comme si je n'avais rien entendu.  Toute demande qui ne suit pas le code n'est pas prise en compte.

    Ça fonctionne bien. Je sais tout de suite ce que l'on me veut, pas besoin de longs discours, moins de perte de temps. 

     


    17 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique