• Fichez-moi la paix avec Montessori!

    (Je suis désolée, il s'agit encore d'un article un peu d'humeur, où je donne mon opinion et livre mes réflexions pédagogiques... Le contenu n'engage que moi et ne concerne que ma petite personne. Bref, c'est mon avis à moi.)

     

    Je ne supporte plus la pédagogie Montessori. J'ai des pulsions pyromanes quand je vois la tour rose trôner dans ma classe, envie de faire des copeaux avec les formes à dessin, d'écraser les perles dorées une par une à coup de talon...

    Ouais, j'suis violente en cette fin d'année et je sais que je ne vais pas me faire que des copines. ^^

    Et pourtant, pédagogie Montessori je t'ai tant aimé, j'ai rêvé de toi, je t'ai vu et revu en vidéos, lu et relu en articles... Tout était si beau, si magnifique, si merveilleux.

    En étant nommée en maternelle multiâge/multiniveau, je me suis jetée dans les livres de Maria Montessori, j'ai payé avec mes sous à moi du matériel... beaucoup de matériel et donc beaucoup de sous à moi y sont passés, j'ai passé des heures et des heures à bricoler... et puis en septembre j'ai tenté une transition classe classique vers classe Montessori, j'espérais arriver à finir l'année en ne fonctionnant que comme cela...

    Ouaip, j'suis une passionnée, une vrai de vrai, une jusqu’au-boutiste. 

    Septembre fut très rude.

    Octobre fut très rude.

    Novembre fut très rude.

    Décembre fut pire.

    Mes élèves ne sont pas parfaits, je ne suis pas parfaite, mon matériel n'est pas parfait, les locaux ne sont pas parfaits... Ce fut très dur en début d'année de voir les élèves détruire en quelques instants du matériel que j'avais mis des heures à fabriquer, les voir s'obstiner à faire n'importe quoi avec les activités malgré les présentations et  la surveillance, voir que la seule chose qui les intéressait avec les plateaux de transvasement était d'inonder la table, de tout mettre par terre pour marcher dessus, d'utiliser la semoule comme bac à sable... ou de faire des cabanes avec les cartes, des sabres avec les barres et de donner un coup de pied dans la tour rose... impossible de les empêcher de prendre et détruire les plateaux qui ne leur avait pas été présenté...  Jamais un plateau n'était correctement rangé,  ils ont cassé une quantité colossale de vaisselle. Le soin? le volonté d'y arriver? La volonté de bien faire? rare, plus que rare même... 

     

    Bref, il y a les vidéos/blog des classes Montessoris et il y a ma classe, entre les deux un gouffre, que dis-je, il y a un monde, un univers même!

    Pourtant j'ai tant travaillé! cry

    Alors, au pied du mur de la dure réalité de mon incapacité à tenir une classe montessorienne, j'ai remis en question mon choix et pris du recul par rapport à tout ce que j'avais vu et lu sur cette pédagogie. 

    Qu'est-ce qui m'avait tant plu? 

    - La liberté et l'autonomie des élèves. 

    Quand on y réfléchit bien, il n'y a pas vraiment de liberté. Les choix sont restreints, il n'y a qu'une manière très stricte d'utiliser le matériel, en fait il y a peu de libertés  réelles. Il n'y a qu'un choix de prendre entre telle ou telle activité très stricte, et non le choix de faire ce que l'on veut.

    Quand à l'autonomie, en fait cette autonomie là demande une discipline de fer et une surveillance très pointue si on veut que les élèves utilisent le matériel comme la méthode le demande. Et je dois avouer, que moi, je n'y arrive pas, je n'arrive pas à fliquer chaque élève à tout instant pour être sûr qu'il prenne bien le pichet comme il faut et repose le plateau à l'endroit exacte où il l'a pris.

     

    - L'ambiance calme et travailleuse.

    J'en rêve encore... 

     

    - Apprendre chacun à son rythme. 

    Mais est-ce la seule manière d'y arriver? N'a-t-on le choix qu'entre Montessori ou les ateliers tournants où tout le monde fait la même chose en même temps? 

     

    - Le niveau scolaire hallucinant des élèves.

    Alors, c'est THE chose qui me faisait terriblement fantasmer. Des élèves avec en moyenne deux ans d'avance! C'est-y pas merveilleux? Moi la vilaine instructionniste ça me faisait carrément baver d'envie. En plus ça avait l'air siiiiiiiiiii facile! 

    et puis... et puis il y a eu la prise de conscience : mais pourquoi? Pourquoi vouloir des MS lecteurs et des GS qui comptent jusqu'à mille?  Sérieux? A 5 ans ils n'ont rien d'autre à faire? 

    Et surtout comment ça fonctionne réellement? 

    En fait, la pédagogie Montessori, c'est une méthode extrêmement rigide : chaque enfant doit passer par les mêmes étapes, les répéter encore et encore jusqu'à la réussir facilement et passer à l'étape suivante, seule la vitesse d'évolution est unique à chaque enfant. D'où l'intérêt du peu de choix des activités et que leur réalisation se fasse selon des critères stricts. Certaines activités deviennent légèrement pavloviennes à force de répétitions. En fait c'est extrêmement mécanique : répéter, répéter, répéter jusqu'à l'automatisation (et le par-coeur aussi). Ça a un petit côté dressage... (Oh, j'ai les oreilles qui sifflent d'un coup là...)

    Pourquoi tant d'avance sur les apprentissages scolaires au final? Car d'un côté les activités sont très bien choisies et découpées, et aussi simplement car il n'y a que ça à faire en classe pendant plusieurs heures par jour.

    Et à ce stade là, arrive le point qui a fait sans doute dérailler mon voeux pieux de classe montessorienne : la créativité et l'imaginaire, ou plutôt leur absence!

    Si on lit les textes de Maria Montessori, on découvre qu'elle bannissait tout ce qui pouvait avoir trait à l'imaginaire et à la créativité. Selon ce que j'ai pu lire, il fallait absolument raccrocher les enfants au réel, les rendre rationnel (et d'un autre côté les rendre pieux et bon chrétien... si si, on oublie trop souvent ce volet de la pédagogie Montessori) On ne dessine que pour représenter la nature, on lit des documentaires et histoires vraies... On fabrique au final une sorte de machine, l'enfant apprend à faire selon un protocole fixe, un objet = une utilisation,  et à répéter... 

    (Je vous entends hurler d'ici... mais soyons honnête, c'est ça les activités autonomes Montessori.)

    Et c'est là, précisément que chez moi ça déraille : pour moi, entretenir et développer la créativité est un élément essentiel de l'école maternelle et j'ai une passion pour la pédagogie Reggio d'Emilia (pédagogie totalement inapplicable en classe normale) Ce sont opposées alors ma conception de l'enfant-créateur Reggian et celle de l'enfant-exécutant montessorien. Du coup, les élèves s'engouffrent dans la brèche et c'est la cata. 

    Après des mois très rudes, j'ai donc lâché du leste et j'ai laissé tomber le côté psychorigide montessorien, j'ai installé plein d'activités libres, mêlé aux activités montessoriennes :

    Brouille Montessorienne

    (Vi vi vi, c'est la même photo que dans l'article précédent... vive le recyclage.)

    J'ai installé des matériaux et des outils en accès libre et sans consigne (autre que ne pas détruire, et ranger/nettoyer après)

    Brouille Montessorienne

    (vi, c'est du recyclage de photo aussi...)

    Du coup, ma classe n'est pas et ne sera jamais montessorienne, mes élèves n'auront pas deux ans d'avance (mais rassurez-vous, ils ont un niveau scolaire tout à fait correct et ce tranquillement sans stress), il ne règne pas un silence feutré, la classe bouge, parle, échange, crée, s'amuse, n'est pas toujours d'accord... bref c'est c'est assez bruyant et désordonné.

    Brouille Montessorienne

     

    (pastel sec mis en libre accès = bouillonnement créatif... et salissant.)

     

    Mais revenons à ma phrase d'accroche et mes envies pyromanes sur tour rose. 

    Si vous avez bien suivi, je ne suis pas si remontée que ça contre cette pédagogie, même si elle ne correspond pas tout à fait à ma vision de l'enfant et mon caractère, je garde plein de chose d'elle. Ce n'est pas mon ratage qui est en cause, pas entièrement, mon écœurement viscérale vient de la mode Montessori

    On nous présente de plus en plus cette pédagogie comme LA panacée de l'école maternelle, ce qu'il faut absolument faire, on nous rebat les oreilles d'à quel point c'est magnifique, merveilleux, magique... que c'est THE solution à illettrisme, l'ennui à l'école et la faim dans le monde... et ce en la dénaturant terriblement avec des livrets d'autoévaluation où chaque activité est évaluée et notée conjointement par l'enfant et l'enseignant sur une échelle de 8 couleurs, là où à l'origine les élèves finissaient lecteurs, comptaient à deux cents et savaient additionner, soustraire... on va péniblement conduire les élèves à valider les programmes 2015, c'est à dire pas grand chose.

    On trouve de plus en plus de collègues voulant nous apporter la bonne parole dans les écoles, faisant la morale, se posant en prophètes pédagogiques et s'improvisant formateurs... Le pire c'est quand les parents d'élève s'en mêlent... 

    Bref, je suis dégoûtée par cette mode, et ce battage, comme s'il n'y avait qu'une seule voie pédagogique, qu'il y avait les montessorien (les gentils) et les autres (les méchants). 

    Du coup, moi je dis zut! Fichez-moi la paix avec Montessori!

    ________________________________________________________________________

    Edit 3/09/2016

    Les vacances étant terminées, je rouvre les commentaires. 
    Je vous demanderais de rester polis et courtois dans vos messages.


  • Commentaires

    1
    Mercredi 22 Juin 2016 à 11:02

    Génial ! Je vais partager largement !

    2
    Mercredi 22 Juin 2016 à 11:22

    J'espère que tu m'y autorises parce que c'est déjà fait : http://doublecasquette3.eklablog.com/fichez-moi-la-paix-avec-montessori-a126216774

    3
    Rikki
    Mercredi 22 Juin 2016 à 12:04

    Excellent article !

    La rigidité pédagogique, ça suffit ! Montessori, oui, pourquoi pas, mais pas de manière bornée.

    4
    Michèle
    Mercredi 22 Juin 2016 à 12:27

    J'ai lu cet article avec grand intérêt bien qu'étant retraitée . Pour ma part , je signale une autre "coquille' :Ce sont opposés..."

     

      • Mercredi 22 Juin 2016 à 15:41

        C'est corrigé! 

      • cecila
        Mercredi 22 Juin 2016 à 23:06

        Ce ne serait pas "SE sont opposés"?

        Merci pour cet article!

        cecilia

      • Mari
        Mercredi 22 Juin 2016 à 23:33

        Se sont opposées ;) 

    5
    Laura
    Mercredi 22 Juin 2016 à 13:12

    Article très intéressant en effet, mais gare effectivement aux nombreuses coquilles, d'habitude je ne le fais pas remarquer, mais tu es quand même enseignante et donc forcément ce sera pointé du doigt :

    il n'y a qu'une manière très stricte d'utiliser le matériel,

      et une surveillance très pointue

    Tu peux aussi effacer ce message après ou ne garder que les 5 premiers mots ;)

      • Mercredi 22 Juin 2016 à 15:40

        Oups, je suis désolée, c'est corrigé. 

    6
    Mercredi 22 Juin 2016 à 13:40

    Montessori est aussi une jolie façade pseudo-pédagogique pour légitimer l'entre-soi dans un privé hors-contrat en plein décollage.

      • Mercredi 22 Juin 2016 à 15:43

        Des écoles tenues par des gens "bienveillants" prêt à nous former très cher car on est trop bête pour comprendre... (voir le commentaire de Julie plus bas)

      • maicreeessE
        Jeudi 23 Juin 2016 à 23:13

        je partage tout à fait ! 

         

    7
    Mercredi 22 Juin 2016 à 13:48

     

    Merci pour cet éclairage très, très intéressant ...

     

    Je partage !

    8
    Stefgan
    Mercredi 22 Juin 2016 à 13:50

    Bonjour et merci ! Tu as tellement mis des mots sur ce que je pense. 

    9
    Lo
    Mercredi 22 Juin 2016 à 13:54
    Voilà pourquoi je préfère Steiner.
      • Vudici
        Mercredi 22 Juin 2016 à 15:00

        Steiner, je n'y arrive pas plus... Là, c'est ok pour le côté créatif, mais le dogmatisme est très loin d'être absent... et la vision de l'enfant très réductrice...

         

      • Mercredi 22 Juin 2016 à 15:23

        Je déteste Steiner... j'ai écris un article dessus d'ailleurs. 

      • Anne
        Samedi 2 Juillet 2016 à 02:49

        Avez-vous un lien vers votre article sur Steiner SVP ?

        Merci

      • Samedi 2 Juillet 2016 à 10:48

        il suffit de naviguer sur le blog, vous le trouverez vite.

      • Alex
        Samedi 3 Septembre 2016 à 21:08

        Bonjour,

        Oui, Steiner c'est très très dogmatique.

    10
    sol5
    Mercredi 22 Juin 2016 à 14:06

    Merci de dire tout haut ce que je pense (presque) tout bas... Mon collègue a dit en Conseil d'école, que si les enfants étaient fatigués en fin d'année c'est parce que je ne faisais pas du Montessori pur ! C'est vrai, mes élèves jouent à plusieurs, coopèrent, jouent, utilisent le matériel Montessori un peu comme ils veulent (pas trop non plus) sauf que c'est inspiré par Montessori, que c'est du matériel de récup et que finalement je m'inspire plus des recherches menées aux US par les OT que par un certain blog français que j'ai fini par prendre en horreur...

      • Mercredi 22 Juin 2016 à 15:52

        C'est exactement ce type de commentaire (celui de ton collègue) qui m'a fait exploser hier. 

    11
    julie
    Mercredi 22 Juin 2016 à 14:38

    lire maria montessori, se lancer dans la fabrication de matériel, voir des vidéos, etc, c'est bien... mais avez vous été formé? et si oui, où? parce que montessori, ce n'est pas une "prison de la méthode", c'est aussi une philosophie de la bienveillance éducative, le matériel compte moins que l'enfant en lui meme, et l'objectif de résultat (2 ans d'avance? ) me semble complétement à coté de la plaque ! Montessori dit qu'il faut écouter l'enfant, pas en faire un singe savant ! bref, je pense que ceux qui se lance, devraient commencer par la case : formation ! (et pas juste à l'AMI qui a peut être une vision trop institutionnelle, mais chez les autres formateurs connus pour leur bienveillance éducative )

      • Mercredi 22 Juin 2016 à 15:52

        Mais oui, mais oui... 

      • IEFeuse
        Mercredi 22 Juin 2016 à 19:55

        Mais non, mais non... J'ai participé à la création d'une école montessori et je peux vous certifier que même des éducatrices formées AMI ou autres sont une catastrophe, car trop rigides, trop dogmatiques, ne connaissent rien à la bienveillance et ne savent pas du tout s'adapter aux différents profils des enfants ;) Les enfants sont, très souvent, triés et formatés d'où les belles vidéos et dans certaines écoles il peut y avoir une (ou 2) éducatrice(s) + 2 assistants par classe ou ambiance... Dans mon ancienne école , elles étaient 3 (en 6-9) pour 18 élèves sinon elles avaient peur d'être dépassées mouarf 

        J'ai également pris beaucoup de recul sur cette pédagogie, c'est une "méthode" que l'on peut compléter avec d'autres tout en gardant LA philosophie de respect à l'autre (enfants ET parents ET professeurs), parce que la non violence n'est pas destinée qu'aux enfants ;) 

        Faîtes-vous confiance, suivez votre instinct, aimez votre métier, aimez les enfants etc. Ce sera LA meilleure pédagogie :-D 

        Une maman d'enfants atypiques, qui a fait tomber montessori du haut de son piédestal quand des éducatrices montessori ont rejeté LA différence.

      • Mercredi 22 Juin 2016 à 20:43

        C'est sur qu'à 3 pour 18, c'est loin du moi toute seule pour 23. (J'ai une Atsem adorable mais qui n'est pas éducatrice et  qui a bien assez de travail pour ne pas jouer à la maîtresse.)

         

        Concernant la bienveillance et ma philosophie de classe, je vous renvoie à mon article "De la liberté à l'école maternelle" wink2

      • IEFeuse
        Mercredi 22 Juin 2016 à 21:13

        Je suis allée lire et j'aime beaucoup :-D 

      • Mercredi 22 Juin 2016 à 21:18
      • Sarah95
        Samedi 25 Juin 2016 à 09:02

        Pour avoir laissé mes jumelles pendant 3 ans dans une école Montessori 6-12 , je suis à même de vous dire que les éducatrices se suivent et ne se ressemblent pas !

        - 1ère année une éducatrice formée 3-6 ans. Impeccable !

        - 2ème année une éducatrice qui ne faisait faire Que des exposés... ça aurait peut être pu marcher mais les parents sont bornés...

        - 3ème année, nouvelle éducatrice qui vient de l'EN et qui commencera en cours d'année sa formation 6-12. Tout transpire l'EN et aucune philosophie Montessorienne. Pire : 3 déclarations de situation d'enfants en danger dans l'année ! Une première pour ce type de structure d'après l'AMI qui avait été mise au courant. Sans compter la non surveillance, les jeux dangereux, les sorties plus que douteuses (alcool).... Et bien, croyez le ou pas, elle a été diplômée et continue d'exercer.

        Je suis formée en 3-6 pour mes filles mais j'avais adopté la philosophie ; de toute façon, soit on l'a, soit on ne l'a pas et ce n'est pas avec une formation (même AMI) que cela peut changer. Je suis écoeurée par ces structures qui prennent le nom de Montessori et qui essaient de nous mettre dans un moule : il ne faut pas manger ceci, pas utiliser cela, donner et donner encore de votre temps et de l'argent... et derrière, ce n'est que fourberies et mensonges, surtout si vous ne vous pliez pas à leurs règles diététiques et de vie quelque peu étranges.

        A la maison, je ne pratique plus qu'à moitié la pédagogie, et je m'oriente maintenant vers la pédagogie Réggianne. 

        Montessori faisait rêver... mais c'était avant.

      • Samedi 25 Juin 2016 à 10:57

        La philosophie est toujours quelque chose de problématique car elle est soumise à interprétation. Bienveillance, respect, autonomie, rythme de l'enfant... chacun définira différemment ces concepts et aura une mise en pratique différente.

        Prenons l'exemple de la bienveillance.  La définition du dictionnaire me dit : "La bienveillance est la disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur de chacun." Techniquement toutes pédagogies, quelle qu'elle soit, est bienveillante, toutes veulent le bien des élèves! Sauf qu'elles n'ont pas la même définition de ce qu'est le bien et le bonheur en question, ni la même vision de l'enfant en fait.
        Dans le commentaire de Lucy suite à ce billet, elle me dit que je manque de bienveillance quand je dis que beaucoup d'enfant actuellement sont des hyperconsommateurs gavés d'écran et que certains sont de véritables tyrans domestiques et qu'avec cette éducation certaines pratiques montessories sont complexes à mettre en oeuvre. A quelle moment ai-je exprimé le fait que je ne veux pas le bonheur de mes élèves et leur bien? Je faisais juste un constat de ce que je vois en classe : La moitié de mes élèves ont la télé dans leur chambre, un quart leur console de jeu ou leur tablette personnelle, tous ont une quantité colossale de jouets en tout genre, beaucoup n'ont qu'à demandé pour avoir ce qu'il veulent, certains se couchent quand ils veulent, mangent ce qu'ils veulent quand ils veulent... (Les enfants dans l'émission "super Nanny"existent en vrai et ils vont à l'école! et il y en a de plus en plus.)
        Le terme "bienveillance" est le plus souvent utiliser pour nous faire accepter n'importe quoi et le plus souvent l'inacceptable : cet enfant hurle, insulte et frappe : soyez bienveillants et ne le sanctionnez pas ce n'est qu'un enfant. Telle famille vous manque de profondément de respect : soyez bienveillant et offrez-leur un café avec le sourire. Le manque de bienveillance est l'insulte suprême.
        En général, cette notion de "bienveillance" s'accouple avec celle de "respect" et si on n'idéalise pas les enfants, si on ne les laisse pas tout faire sans aucune limite, on se les prend en pleine face. Moi je ne vois pas en quoi ce n'est pas bienveillant et d’irrespectueux à constater que nos élèves sont gavés de télé et que cela pose des problèmes de développement cognitifs chez certains. 

        Pour en revenir à la philosophie, la notion de "respect de rythme de l'enfant" est encore plus fallacieuse. Toute les pédagogies alternatives se targuent de cette étiquette, même l'EN a voulu se mettre à son enseigne avec la calamiteuse réforme des rythmes scolaires. Cependant, c'est une étiquette trompeuse vu qu'elle cache des concepts diamétralement opposé.
        En pédagogie Montessori, c'est la présentation des activités qui suit le rythme des enfants, sachant que l'enfant n'ayant rien d'autre à faire donc il avance sur des rails et qu'un bon éducateur/enseignant le fera avancer à un rythme qu'il a plus ou moins choisi.
        La pédagogie Steiner porte en étendard son respect du rythme de l'enfant, ses campagnes de pub sont axées dessus, et pourtant c'est la pédagogie qui respecte le moins le rythme individuelle de l'enfant que je connaisse.  En Steiner tous les enfants du même âge font exactement la même chose en même temps dans toutes les écoles. L'argument "rythme de l'enfant" est déformé au regard que la population le comprend comme individualisation de l'école à chaque enfant, alors que ce n'est pas tout de cela que parle Steiner. Le rythme dont parle les écoles Steiner n'est pas celui propre à chaque enfant, il s'agit du rythme de développement de l'enfant tel qu'il est décrit par l'anthroposophie, on va respecter le rythme des apprentissages et les activités décidés par Rudolf Steiner en 1919. Toutes les classes Waldorf proposent la même activité au même moment à tous les enfants d'une classe, et en fait à tous les enfants d'une même classe d'âge à travers toutes les écoles Waldorf du monde.  
        (Concernant la pédagogie Steiner, voir mon article sur le sujet : Une pédagogie alternative : la pédagogie Waldorf-Steiner )

        Bref, cette question de philosophie, c'est un écran de fumée, l'arme ultime pour dire que si on 'est pas d'accord, si ça ne marche pas, c'est qu'on n'a rien compris à la philosophie, alors que cette même philosophie et son implication pratique est en fait individuelle à chaque personne, chaque école, chaque enseignant, chaque parent...


        Concernant le souci de ces écoles montessoris qui font un peu "secte", en fait, on est dans le problème du hors contrat et de la création d'école par n'importe qui. La première fois que j'ai entendu parler de la pédagogie montessori, c'état une reportage sur une école alternative hors-contrat se targuant de faire du montessori, à l'époque j'avais trouvé que ça faisait secte. Repassée à la moulinette de mon expérience, cette école n'avait qu'un peu de verni montessori avec du matériel et des enfants travaillant au sol sur des tapis, car en vrai les élèves passaient toute la matinée à s'occuper de travaux de la ferme (animaux, potager...), à préparer le repas pour la communauté et faire le ménage... Ils ne "faisaient classe" que 2h l'après-midi. 
        Montessori c'est un verni très utilisé pour appâter le client et cacher des dérives plus ou moins importantes dans le hors contrat. 

      • Mamandunet
        Dimanche 26 Juin 2016 à 10:39
        "Beaucoup n'ont qu'a demandé pour avoir ce qu'ils veulent" il est là le manque de bienveillance justement
        la bienveillance ce n'est pas vouloir le bien de L autre Ca c'est de la sympathie la bienveillance c'est de L empathie en plus de la sympathie quand on parle D enfant tyrannique on n'est pas dans L empathie : une empathie cognitive (comprendre L autre) les enfants qui sont dans cet état que L adulte interprète comme tyrannique et qu'ils ont une profusion matérielle c'est bien parce Qu ils leur manque L essentiel. Ces enfants n'ont justement pas ce dont ils ont besoin : de l'amour et de la considération et qu'ils cherchent à l'obtenir par des demandes diverses et variés que leurs parents se contente de répondre (pour certains c'est plus facile d'acheter un jouet que de donner de l'amour)
        Alors oui ne pas voir se point crucial rester dans L interprétation négative de l'enfant c'est manquer D empathie et donc de bienveillance ;)
      • Mamandunet
        Dimanche 26 Juin 2016 à 10:45
        Un extrait du précieux livre du dr Gueguen "pour une enfance heureuse":
        "Quant à l’empathie, Jean Decety différencie l’empathie cognitive et l’empathie affective. L’empathie cognitive signifie comprendre les intentions d’autrui. L’empathie affective désigne le fait de sentir, partager les émotions et sentiments d’autrui. Il est possible d’éprouver de la sympathie pour quelqu’un sans ressentir d’empathie. Dans cette situation, nous voulons apporter du bien- être à une personne, nous sommes dans la sympathie, mais sans être empathiques, c’est- à- dire sans comprendre ni partager ses émotions et sentiments. Vouloir à tout prix le bien- être de quelqu’un sans éprouver d’empathie est source de beaucoup de conflits et d’erreurs."
      • Dimanche 26 Juin 2016 à 12:28

        Je ne suis pas d'accord avec vous, je faisais juste une constatation de ce que sont mes élèves. D'ailleurs nous parlions bienveillance, c'est dire vouloir le bien, et non d'empathie. Facile de dire ce que l'on veut si on déforme le sujet de départ. 

        Votre discours conduit à tout mélanger et à forcer les enseignants à accepter et subir tout et n'importe quoi, même les comportement les plus néfastes, en les accusant des pire tares morales. 

    12
    Lady
    Mercredi 22 Juin 2016 à 15:04

    Bonjour, c'est tout "noir" comme bilan alors que dans le message d'avant c'était tout "blanc". Avec la fatigue de fin d'année, j'avais observé des petits couac dans mon temps d'ateliers autonomes (certains Montessori, d'autres pas) mais j'en garde un bon souvenir. Il ne faut pas tout regretter d'un bloc, tes élèves ont de la chance d'avoir un professeur qui se questionne sur sa pratique et se démène pour respecter leurs besoins. C'est évident qu'il faut tester pour voir ce qui nous convient et ce qui convient aux élèves: même l'erreur est enrichissante car tu y vois plus clair sur ce que tu veux, ou pas pour l'an prochain ;)

      • Mercredi 22 Juin 2016 à 15:22

        Je ne regrette pas tout d'un bloc, c'est juste un énorme mouvement d'humeur suite à un mailing reçu sur ma messagerie professionnelle. 

    13
    Prunillette
    Mercredi 22 Juin 2016 à 15:26
    J'aime beaucoup ton article et je te comprends. Cela fait 4 ans que je propose des ateliers autonomes (et non montessorien) car comme toi il y a une partie de la pédagogie montessori qui me gêne. Je me la suis appropriée et fait avec les moyens de ma classe car comme tu l'as très bien dit ça coûte un bras. Du coup ma classe est semi traditionnelle avec des ateliers dirigés...et mes ateliers autonomes et j'y ai enfin trouvé mes marques. J'espère que toi aussi tu trouveras un compromis entre les deux pour l'année prochaine
    14
    Mercredi 22 Juin 2016 à 15:44
    Emmanuelle

    Très courageux, bravo !!! Je suis également une adepte de toutes les pédagogies alternatives en essayant de ne garder que ce qui me correspond. Je pense que s'enfermer dans un modèle n'est en effet pas éducatif pour les enfants. Alors oui aux méthodes traditionnelles mixées avec du Montessori, du Freinet, du Reggio, etc. Bref, une jolie recette personnelle que chacun doit se faire.

      • Mercredi 22 Juin 2016 à 15:50

        Téméraire en fait. he
        La pédagogie d'une enseignant ne peut qu'être unique et fluctuante, c'est la rencontre entre l'enseignant, des élèves, des familles, des conditions matérielles, des connaissances théoriques, des connaissances pratiques, une vision de du métier, l'expérience... Il n'y a pas une vérité, une seule route... 

    15
    coindeparadis
    Mercredi 22 Juin 2016 à 15:49

    C'est bon de me pas se sentir seule. Je trouve étouffant ces gestes répétitifs et vides de sens  : enfiler des perles sur un cure-pipe plutôt que faire des colliers, boutonner le même morceau de tissu plutôt qu'habiller différentes poupées, transvaser des haricots un à un dans un pot que plutôt faire des activités manuelles qui délient les doigts. Et la façon dont certains s'accaparent Montessori pour faire des enfants petits soldats, tuer le collectif et tout évaluer m'inquiète. D'une manière générale je suis une picoreuse et préfère prendre à droite et à gauche ce qui me convient et surtout conserver une ligne directrice : la maternelle c'est fait pour développer la curiosité, apprendre en jouant, apprendre avec joie et avec les autres. 

    16
    Mercredi 22 Juin 2016 à 15:55

    Un billet qui trouve écho chez moi. En instruction en famille j'ai souvent entendu parler de Montessori. Pour mes enfants dys on m'a affirmé que Montessori allait tout régler. Et non... Il y a des outils formidables chez Montessori mais je ne crois pas non plus à une pédagogie unique. :)

    Bonne journée !

      • Mercredi 22 Juin 2016 à 15:58

        Oui, des outils formidables, mais pas miraculeux non plus... 

        Bonne journée!

    17
    bodibodi
    Mercredi 22 Juin 2016 à 17:48

    C'est si bon de lire des personnes qui ne voient pas ou plus la méthode (ce n'est pas une pédagogie !!!) Montessori comme un dogme. Tout comme il ne faut pas prendre Freinet, Steiner, Decroly ... pour de grands prêtres bien qu'eux soient reconnus par l'EN. Il faut être des picoreurs comme le dit si bien "coindeparadis" et  bien se dire que nos élèves ont de la chance d'avoir des professeurs qui se questionnent sur leurs pratiques et se démènent pour respecter leurs besoins comme le dit "Lady". Na. Lol.

    18
    Mercredi 22 Juin 2016 à 18:22
    Cheval A Rayures

    Évacuons le sujet coquille "je me suis jetés dans les livres"...

    Je ne suis pas maitresse :-) mais je mets mon grain de sel ignare...

    Combien de fois sur les groupes de parents d'enfants à haut potentiel ou sur mon blog me demande-t-on des coordonnées d'école Montessori ?
    Avec un espoir fébrile, comme la seule solution qui permettra à l'enfant EIP de s'épanouir. Ben vi.... puisqu'il est autonome, avance à son rythme etc etc.

    Alors mon grain de sel, ce sont les non moins nombreux témoignages de parents d'EIP qui reviennent de Montessori en expliquant que ça n'a pas convenu du tout à leur bambin....

    Attention.. .pas tous n'est-ce pas...
    Mais pas seulement un ou deux....

    Alors si Montessori était LA solution ça se saurait ...

    Et chapeau pour l'année à travers vents et marées.. parce que j'imagine bien ce que ça peut donner dans une classe maternelle.... Pfiou...... (même si à titre individuel, en tête à tête avec mon enfant, si j'avais connu avant, j'aurais adoré expérimenter certains ateliers....)


      • Mercredi 22 Juin 2016 à 18:45

        Je suis assez d'accord avec le fait que la méthode montessori n'est pas adapté aux EIP, enfant je serais devenue dingue avec cette méthode. 

      • Hélène
        Jeudi 23 Juin 2016 à 16:55

        je ne vois pas ce que veut dire "la méthode n'est pas adaptée aux enfants EIP". Déjà l'entité "enfants EIP" n'existe pas, il y a des tas de façons d'être intellectuellement précoce et les sites qui veulent nous établir un profil type ont tout faux. D'autre part, je ne pense pas que la méthode soit inadaptée à ces enfants, elle peut être inadaptée à des enfants (EIP ou pas) qui n'ont pas eu l'habitude d'être éduqués comme cela, elle peut être inadaptée lorsqu'on ne sait pas l'adapter à des profils d'enfants atypiques mais elle n'est pas en soi inadaptée.

        Personnellement, je suis une ancienne enfant précoce très scolaire, et je pense que la méthode m'aurait beaucoup apporté en termes de rythmes d'apprentissages, j'aurais pu avancer à mon rythme soutenu, qui n'était pas celui de mes camarades du même âge sur le scolaire, sans qu'on me dise "tu verras cela plus tard", tout en travaillant des aptitudes "non scolaires" (vie sensorielle ou autres) de mon âge et souvent délaissées par l'EN. Mon fils est un enfant à très haut potentiel intellectuel, mais très scolaire, il me réclame d'aller "à montessori" depuis qu'on a fait les portes ouvertes d'une école montessori. Il n'y a pas de généralités.

    19
    Gelso
    Mercredi 22 Juin 2016 à 19:30

    Merci pour cet article qui remet certaines pendules à l'heure, Maitresse Patate! :)

     

    Gelso, une instit' remplaçante émerveillée par des tas de pédagogies différentes et qui n'a pas encore réussi à toruver sa recette définitive pour devenir une super maîkresse!

      • Mercredi 22 Juin 2016 à 19:37

        Voir mille pratiques, mille organisations, c'est l'avantage du remplaçant, (il sait sans doute mieux que l'inspecteur ce qui se fait dans les écoles d'une circo) par contre pas toujours facile de s'adapter.

    20
    mlv13
    Mercredi 22 Juin 2016 à 20:59

    merci pour cet article! je croyais être la seule maîtresse incapable de faire régner l'ordre montessori dans sa classe!!!! tu m'enlèves un grand poids sur la conscience et mes cauchemars seront moins nombreux! Après des mois de grosse galère ( mais comment font elles pour que ça marche?) j'ai choisi de mettre des ateliers divers et variés comme toi...et ce système me convient beaucoup mieux.

      • Mercredi 22 Juin 2016 à 21:10

        Je suis passée par ce doute, cette honte de voir les autres y arriver alors que nous on sue sang et eau, ces moment où on tente de se rassurer en se disant : "regarde, c'est quand même super ce qu'ils font et ce qu'ils ont appris comme ça", juste avant que Toto verse le pichet sur la table en rigolant comme une baleine et que Titi et Tata fassent un remake de Star War avec les barres rouges...

    21
    evilo
    Mercredi 22 Juin 2016 à 21:19
    J'ai mis en place des ateliers montessori mais j'ai conservé un fonctionnement global classique. Ca me convient bien. J'ai pris ce qui me semble intéressant chez Montessori mais ne compte pas transformer ma classe complètement. Comme toi, je trouve que la créativité et l'imaginaire sont importants à la maternelle et certaines activités interessantes en petit groupe. Par contre, aucune casse cette année !
      • Mercredi 22 Juin 2016 à 21:23

        pas de casse?  Trop la chance!!!! Moi j'ai une armée de grands destructeurs! Ils cassent tout. 

    22
    Sabine 06
    Mercredi 22 Juin 2016 à 21:51
    C'est un peu rude mais c'est ce que je pense aussi...ne pas s'enfermer dans qqchose..Ça fait 10 ans que je fais DU montessori, mais je n'y ai pris que ce que j'aime...Pas de gobelets en verre...ils tiennent 5minutes!!! Par exemple....mais je fais aussi du freinet, de la pédagogie par contrat, de la traditionnelle en ateliers, des projets en tout genre, des décloisonnement....Et surtout de l'art!!!! Je suis en GS...proposer de tout aux enfants c'est ce qui m'importe! Et ça fonctionne...même l'inspecteur m'a félicitée..Alors je continue...
      • sol5
        Vendredi 24 Juin 2016 à 19:26

        Merci pour pas les gobelets en verre (je me suis faite lynchée par mon collègue parce que je ne mets pas des trucs qui cassent dans mes ateliers. Mais les siens se coupent chaque fois qu'ils cassent ... et 2 fois par semaine quand il est là 2 jours c'est embêtant ...)

      • Vendredi 24 Juin 2016 à 20:27

        Je n'ai jamais eu de blessure lié à la casse... 

        2 casses en 2 jours? Je deviendrais folle! oh Depuis septembre, mes élèves ont cassé : une théière, quatre verres, un pot en gré, deux carafes, quatre pichets et je trouve ça énorme!  

      • En passant
        Dimanche 26 Juin 2016 à 11:21
        Vous trouvez cela énorme :o Montessori appelait cela une forme d'avarice de l'adulte que de ne pas laisser un enfant manipuler des objets de peur qu'ils cassent.
      • Dimanche 26 Juin 2016 à 12:43

        Je ne leur ai jamais interdit, il y a toujours de la vaisselle cassable sur les plateaux, je n'ai pas particulièrement peur vu que c'est là pour ça. Mais bon, quand on paie avec son argent personnel la vaisselle, que l'on doit faire les vides greniers pour l'avoir, ben désolée, moi ça me fait mal au coeur la casse car les élèves ne font pas attention (la majorité de la casse a lieu non par maladresse mais car les élèves ne font pas attention à leur geste, ou ont rangé n'importe comment et ça tombe) alors que j'y ai passé du temps et de l'argent.
         Et les casseurs ne sont pas particulièrement touché :"Pas grave, y'a qu'à en acheter un autre". 

        Facile de me traiter d'avare, mais j'ai quand même dépensé dans les 500€ personnel pour le matériel, hein, alors voir les élèves casser juste pas nonchalance, ça me fatigue. 

      • Dimanche 26 Juin 2016 à 12:44

        D'ailleurs, ce matin, j'ai fait un vide grenier uniquement pour chercher de la vaisselle pour remplacer tout ce qui a été cassé. Qui me remboursera? 

    23
    emma
    Mercredi 22 Juin 2016 à 22:43

    Bonjour Maitesse Patate,

     

    Alors pour ma part je fais partie d'une association depuis quelques mois pour promouvoir l'approche Montessori.

    Effectivement ce n'est pas un remède miracle. Et cela prend des mois à une classe pour prendre tournure.

    Je peux juste dire que mon garçon en CE1 étouffait dans le système rigide de l'EN malgré quelques très bonnes enseignantes sur notre route. On a fait un break depuis quelques mois, mon fils me laisse volontiers le matin pour aller à l'école, ca faisait 5 ans que j'attendais ça. 

    POur moi, cette pédagogie est pleine de bon sens, et rien est laissé au hasard ( le pourquoi on présente telle chose comme ci ou comme ça, etc.mais ça s'apprend en formation, je vais l'attaquer par curiosité intellectuelle à le rentrée). Dans les ateliers que notre asso à mis en place, c'est fantastique de voir les enfants se lancer corps et âmes dans leurs activités. Il y a une concentration qui règne qui est impressionnante Après effectivement on ne prend pas plus de 7 enfants pour une intervenante, car c'est qu'1h ou deux par mois, avec des enfants qui sont pas forcément dans le même groupe à chaque fois...

    Apprendre le respect, la concentration, prendre confiance en soi, devenir autonome, s'entre-aider qui ne voudrait pas d'une pédagogie qui conduirait les enfants à adopter ses qualités? Progresser à son rythme, c'est parfait. Le matériel est vraiment très bien conçu 

    Leur travail est présenté de telle façon que les enfants sont attirés et y restent longtemps et concentrés.

    Je reconnais moi aussi que le côté trop lisse, la façon très prévisible et " politiquement correcte " que les éducatrices ont un est un côté que j'aime moins. 

    De notre côté nous comptons monter une petite école également, sur place toutes les classes du public sont à plus de 30 élèves par classe quel que soit le niveau.  Par contre nous privilégions dans les profils d'éducateur les personnes qui ont un petit plus artistique et une vraie compétence et qui savent sortir du " Tout Montessori". C'est l'avantage de pouvoir faire intervenir tout un tas d'intervenants avec leur domaine de compétence.

    J'ai tout un tas d'autres choses à dire aussi ( en bien et moins bien mais bon c'est en lien avec l'école particulière dans laquelle mon fils est ) mais bon je vous ferai pas un roman...

    J'imagine effectivement que vous avez été décue...

    Mais une formation spécifique est à mon sens indispensable. continuez à mettre en place ce qui vous semble juste pour vos élèves... Vous avez la chance d'avoir une liberté pour enseigner en classe ce qui est drôlement chouette. Nous asso on souhaite que les structures du public comme du privé ( IME, maisons de retraite, etc?) puissent bénéficier des ateliers et que l'esprit de respect, bienveillance, essaime... 

     

     

      • Mercredi 22 Juin 2016 à 23:12

        Bonjour, 

        Ce que vous dite de la pédagogie Montessori n'est pas ce qui en fait le cambouis, la spécificité, il s'agit juste du verni politiquement correcte éducatif actuel. Je vous cite :

        "Apprendre le respect, la concentration, prendre confiance en soi, devenir autonome, s'entre-aider qui ne voudrait pas d'une pédagogie qui conduirait les enfants à adopter ses qualités?"

        La pédagogie Reggio, ou même Steiner, répond bien mieux à cette définition que la pédagogie Montessori.  Pourquoi focaliser sur cette pédagogie si on ne s'attarde pas sur ce qui en fait l'essence et les rouages? Par ailleurs aucune pédagogie ne veux rendre les enfants dépendants, déconcentrés, égoïste... 

        L'esprit de respect, de bienveillance n'est pas la base de cette pédagogie, elle peut être appliquée de manière extrêmement dur je pense... et une pédagogie traditionnelle avec atelier tournant peut être très respectueuse et bienveillante... bref, ce ne sont pas des caractéristiques de cette pédagogie, c'est l'enseignant qui est respectueux et bienveillant, et non ses outils. 

        Vous parlez du fait que rien n'est laissé au hasard : pourquoi est-ce mieux? Il n'y a donc jamais de temps où on profite d'un imprévu? où on profite juste de la vie? tout doit-il être rationnel et planifié? Vous vous plaignez que la rigidité de l'EN mais vous vous félicitez d'avoir trouvé encore plus rigide finalement (la péda Montessori est en fait très rigide). Je ne comprends pas. 

         

      • emma
        Jeudi 23 Juin 2016 à 11:04

        Bonjour,

         

        Vous m'avez mal comprise ou je me suis mal exprimée, quand je dis " rien n'est laissé au hasard " c'est que si on montre à un enfant de telle ou telle façon c'est qu'il y a une raison derrière. je vous rappelle que je n'ai pas encore de formation, mais par exemple une des intervenantes de mon asso nous a expliquée que si on montre à un enfant que pour remettre les graines du verser avec les trois doigts pouce index majeur c'est qu'il y a une raison derrière - préparer la tenue du crayon il me semble- 

        Pour le reste c'est une classe, c'est d uvivant, de l'imprévu il y en a toujours. 

        Ma seule remarque par rapport à l'EN, c'est que pour mon fils, c'était rigide: pas assez de place pour l'expérimentation et il est le genre d'enfant rêveur et inventeur, qui a besoin de manipuler. Et en CE1 leçon-évaluation ne laissait pas le temps d'assimiler, si ce n'est pas assimilé, c'est l'échec ( momentané, d'accord). Je pense que Montessori n'est pas rigide dans le sens où ce qui n'est pas assimilé dans la semaine où c'est sensé être assimilé, ça le sera en temps et heures, parfois il faut un peu de maturité et juste du temps ( par ex en début d'année, leçon sur l'heure, révision dans la semaine en devoirs à la maison, évaluation, c'est pas très souple, lire l'heure c'est un concept qui n'est pas si évident et qui demande de la pratique...)

        En tant que maman je vois qu'il me lâche enfin pour aller à l'école, et si vous avez pas vécu le cas vous même vous ne pouvez pas imaginer à quel point c'est difficile. Entendre son enfant dire " l'école, c'est une prison", c'est dur.

        Dernière chose: une école doit être inventive et créative, et pour moi c'est l'opposé de " rigide": en ce sens vous ne pouvez pas dire que je me félicite d'être dans un système plus rigide. Les apprentissages typiquement scolaires sont peut être très structurés mais il y a tous les " à côté", tout ce qui participe à faire de l'école une école avec de nombreuses ouvertures, avec des intervenants, avec des temps créatifs, des découvertes...

        Je parlais juste de notre vécu, et comme je le mentionnais, tout ne convient pas non plus dans cette nouvelle école ( en l'occurence je trouve qu'il manque de règles, que c'est un peu trop souple...) mais on fait avec, tant que note garçon progresse et qu'il nous lâche sans problème le matin on est sur la bonne voie :-)

         

      • emma
        Jeudi 23 Juin 2016 à 11:07

        J'oubliais, je ne connais pas bien la pédagogie Reggio. Par contre Steiner je n'arrive pas à adhérer, à comprendre.

        Et dans tous les cas Un mix des bonnes idées puisées dans différentes pédagogies est certainement le plus probant. 

      • En passant
        Jeudi 23 Juin 2016 à 12:19

        J'ai juste envie de revenir sur ce que vous dites :

        "L'esprit de respect, de bienveillance n'est pas la base de cette pédagogie, elle peut être appliquée de manière extrêmement dur je pense... et une pédagogie traditionnelle avec atelier tournant peut être très respectueuse et bienveillante... bref, ce ne sont pas des caractéristiques de cette pédagogie, c'est l'enseignant qui est respectueux et bienveillant, et non ses outils. "

        Pourtant, c'est bien le coeur de la pédagogie. La mise en place de la pédagogie Montessori dans une classe repose sur trois éléments : l'environnement préparé, l'éducateur préparé et la communauté d'enfants préparée.

        La troisième étant celle dont on peut se passer car lorsqu'on lance une nouvelle classe, on a pas encore de communauté d'enfants préparée.
        Les deux autres sont centraux et tantôt Maria Montessori nous dit que le plus important c'est l'environnement préparé, tantôt que c'est l'éducateur préparé. La raison est qu'il ne peut y avoir d'environnement préparé sans éducateur préparé et que l'éducateur fait en fait pleinement partie de cet environnement préparé (par sa bienveillance et son comportement avec les enfants).

        Et on voit à quel point la formation de l'éducateur est indispensable pour mettre en place cette pédagogie. Ainsi on est pas sensé "fliquer" les élèves, bien au contraire. C'est une pédagogie qui fonctionne mieux avec des grandes classes (30 et plus) car l'éducateur et son assistant ne pourront physiquement pas avoir leurs yeux partout pour "fliquer" les enfants.
        En formation, on apprend qu'on fait une présentation d'une manière précise à l'enfant et par là, on lui présente UNE bonne manière de faire. Libre à l'enfant de faire autrement tant que cela reste dans le respect du matériel et de soi et des autres : des enfants qui jouent à star wars avec les barres rouges c dangereux, un enfant qui balance des graines partout ne prend pas soin de son environnement et c'est potentiellement dangereux, lorsqu'ils font un châteaux avec les cartes, il risque de les abîmer, etc. On interviendra uniquement lorsque la sécurité de soi, des autres ou de l'environnement est impliqué, le reste est le chemin de l'enfant. Si j'ai montré à l'enfant de faire d'une certaine manière et qu'il le fait différemment, tant mieux, c'est son chemin, je le respecte.

        Et un volet tellement tellement important de la pédagogie et qu'on ne voit qu'en formation, c'est la grâce et la courtoisie. On va enseigner encore et encore la manière appropriée de se comporter HORS situation critique (on ne va pas passer son temps à reprendre les enfants sur le fait). Bref, c'est une pédagogie si riche et si complexe qui ne s'improvise pas.

        Ceci juste pour répondre à certains des arguments avancés. Pour ce qui est de votre ressenti et de votre pratique, je les respecte et j'estime qu'il n'existe pas UNE pédagogie et qu'il est en effet possible d'accompagner les enfants de manière bienveillante sans faire du Montessori... ou plutôt si en mettant en pratique la base de cette pédagogie : observer et suivre l'enfant. Le reste est accessoire.

      • Jeudi 23 Juin 2016 à 12:42

        J'en reviens à cette idée de bienveillance et de respect tel que vous le décrivez, je continue à dire qu'il ne s'agit pas de caractéristique qui fait la particularité de la pédagogie Montessori, d'autre pédagogie partage cette vision avec elle. 
        Vous parlez de la créativité, quand on lit les textes de Maria Montessori, justement cela est banni, il faut rattacher l'enfant au réelle, qu'il soit rationnel. Du coup ce qui vous attache le plus à cette pédagogie sont des critères qui ne lui  sont pas spécifique, voir qui lui sont étranger à la base. C'est un peu dommage non? 
        Concernant la grâce et courtoisie, je n'ai pas eu besoin de formation pour être au courant, lire les textes de Maria Montessori est très éclairant à ce sujet. 

        Les formations sont faites à l'origine pour des personnes qui ne sont pas issu du milieu éducatif et qui veulent monter une école hors contrat, des personnes qui n'ont jamais enseigné bien souvent. Je suis une professionnelle de l'éducation avec des années d'expérience, en lisant les textes "fondateurs" de Maria Montessori je suis capable de comprendre où elle veut en venir. C'est mon métier. 

      • En passant
        Jeudi 23 Juin 2016 à 17:45
        Je n'ai jamais prétendu que la bienveillance se retrouvait uniquement chez Montessori mais (contrairement à vous), je trouve qu'elle donne des outils concrets pour accompagner l'enfant de manière bienveillante.
        Pour ce qui est de la créativité, plusieurs études américaines ont montré que les petits montessoriens sont plis creatifs que leurs pairs.
        Nous n'avons peut-être pas la même définition de la créativité mais je vous laisse une citation de Maria Montessori qui, à mon sens, résume bien sa vision :
        « Dans les pays anglo-saxons, Noël est un vieillard caduc, couvert de neige, qui porte dans un panier énorme les jouets aux enfants, en entrant réellement la nuit dans leur maison. Mais comment ce qui est le fruit de notre imagination pourrait-il développer l’imagination des enfants ? Nous seuls imaginons et non eux, ils croient, ils n’imaginent pas. […] Est-ce la crédulité que nous voulons développer chez nos enfants ? […] C’est nous qui nous divertissons de la fête de Noël et de la crédulité de l’enfant. »

        Un article aussi que vous avez sûrement lu qui explique sa position sur les contes pour enfants et y voit que Maria Montessori n'a jamais contre quoi que ce soit, elle a simplement observé que les enfants d'une certaine tranche d'âge s'en éloignaient d'eux-mêmes.
        https://enterredenfance.blogspot.be/2010/12/maria-montessori-limagination-et-les.html?m=1

        Cette contrainte du réelle est imposée à l'adulte non à l'enfant. Si l'enfant se prête à rêver et à imaginer des choses, nous n'allons pas le stopper ou intervenir. Si l'enfant dessine quelque chose d'irréel c son choix et son chemin. Mais que l'adulte lui impose une manière de dessiner ou de voir la réalité, où est la créativité?

        Donc j'adhère à la philosophie parce que justement j'adhère à sa vision de préservation de la créativité de l'enfant en étant en tant qu'adulte le garant de cette différence entre réel et imaginaire à un âge où lui a encore du mal à faire clairement la distiction.

        Pour le dernier point, je n'ai qu'une chose à dire : un peu d'humilité ne ferait pas de mal... nous n'avons jamais fini d'apprendre et les formations Montessori ne sont pas destinées qu'à des néophytes qui veulent créer des écoles hors contrat.

        Pourquoi Céline Alvarez a-t-elle eu besoin de se former en Montessori après sa formation de professeur des écoles si elle estimait que sa formation initiale était suffisante pour une classe Montessori? Par ces propos, je ne cherche pas à remettre en cause vos compétences dans une classe traditionnel (et d'ailleurs, je ne cherche pas à vous juger) mais je suis persuadée qu'une formation et un stage d'observation/pratique dans une classe Montessori vous aurait aidée à ne pas en arriver à ce ras le bol.
      • Vendredi 24 Juin 2016 à 12:04

        Céline Alvarez a du se former car elle n'avait jamais enseigné et savait à peine à quoi ressemblait une classe maternelle. Je n'ai jamais dit que la formation initiale était suffisante (loin de là, c'est même tout le contraire) Je ne suis pas une néotitulaire sortie d'ESPE, je suis une enseignante avec plus de 10 ans d'expérience dont 7 passées en maternelle multiniveaux. 

    24
    Tahlie76
    Mercredi 22 Juin 2016 à 22:58

    Bonjour,

    Etant moi-même enseignante en maternelle et ayant plusieurs niveaux, je me suis lancée dans les ateliers type montessori, mais sans cette rigidité.  Nous avons des enfants face à nous et pas des moutons, donc, il faut laisser de la place à leur imaginaire et à l'heure actuelle, j'ai pu lire que c'est une chose qu'on oublie.  Notamment à cause de la télé, des tablettes, ... où les enfants ne savent plus faire appel à leur imaginaire.  Laissons-les jouer avec des rouleaux, des caisses, ... et dans les ateliers de type Montessori, laissons-les un peu faire.  Par expérience avec mes 2 enfants, j'ai remarqué que des enfants de petite section maternelle voulaient apprivoiser les outils scripteurs.  Donc, ce que je fais, je leur donne des crayons et des feuilles de brouillon, il font ce qu'ils veulent et pour eux c'est un chef-d'oeuvre.

    Je crois qu'il n'y a aucune pédagogie miracle et qu'on peut piocher dans plusieurs pédagogies.  C'est à nous à s'adapter aux enfants qui sont face à nous, car chacun est différent et chaque année est différente.

      • Mercredi 22 Juin 2016 à 23:19

        sauf que la rigidité fait parti entière de la méthode, un outil = une utilisation, les activités ont un ordre précis à respecter... On choisit quand on va faire, pas ce que l'on va faire.

        Et pour tout ce que vous dite de la créativité, on rejoint la pédagogie Reggio et les cent langages de l'enfant. 

    25
    Lage
    Mercredi 22 Juin 2016 à 23:16
    Bonjour, et merci pour cet article et ce point de vue très intéressants ! Par contre, je suis désolée et peut-être un peu trop"à cheval" , mais la présence d'une à plusieurs fautes d'orthographe par paragraphe malgré celles qui ont déjà été signalées me gêne beaucoup... devrais je les signaler toutes ? Je veux bien, mais pas en commentaire ici, peut-être ?
      • Mercredi 22 Juin 2016 à 23:23

        L'article ayant été écrit sur le coup de la colère, oui, j'ai bien du mal à chasser les fautes (déjà que l'usage du clavier est assez destructeur de mon orthographe). Si vous les signalez par commentaire j'effacerai le commentaire après les corrections. 

      • coralie
        Dimanche 3 Juillet 2016 à 21:05

        je confirme, pour une instit ça fait vraiment trop de fautes et des fautes graves!

    26
    Elsa
    Jeudi 23 Juin 2016 à 01:42

    Bonjour, cet article a le mérite d'exister. Vraiment. Après on peut en débattre et je pense que ton blog montre que tu acceptes le débat (alors j'en profite, même si au final, comme toi, ce ne sera que mon avis hihihi...).

    J'aime bien lire les arguments de ceux qui vont un peu à contre-courant, et comme Montessori est mis à toutes les sauces (au mieux pédagogiques, au pire mercantiles et soi-disant miraculeuses...) en ce moment, je me suis dit "chouette, allons lire!"

    Je perçois une confusion, ou j´dirai plutôt une réduction (un résumé) de cette péda à son matériel. Et la suite de tes explications sur le pourquoi tu vas mettre le holà, me semble dans la pleine logique de cette entrée "matériel". Et pour travailler en IME avec des enfants avec autisme sévère peu ou pas scolarisés jusqu'à l'an dernier, je vois très bien ce que tu as pu ressentir face à la subite désintégration de ce qu'on met BEAUCOUP de temps (d'énergie, d'argent,...) à réfléchir et à construire!...

    Ton article met fait aussi penser à ma bonne copine qui vient de retirer son fils de 4 ans d'une école Montessorienne, déçue  par le manque d'accompagnement de sa maitresse dont c'était le premier poste dans ce type d'école et par le sentiment de mal être de son fils. Dans nos échanges, on n'a plus du tout parlé Montessori et encore moins matériel!

    Je me plante peut-être sur mon analyse, car au final, je ne suis pas experte Montessorienne, mais vu le temps de leurs formations et des échanges lus sur un forum spé, j'en viens à la conclusion que le matos (si cher!) n'est qu'une infime partie de la méthode. Et la philosophie générale, enfin ce que j'en ai perçu et compris, est bcp, bcp plus vaste. Alors quand je vois comment les principes de Dolto sont parfois résumés dans des ouvrages de soi-disant vulgarisation, je me dis pffffffffff...

    Enfin, je me répète, mais ton texte à vraiment le mérite d'exister. Il y en a peu. Et je trouve qu'il faut du courage, oui du courage, pour jeter ça par écrit et le rendre public.

    Et puis, il me fait découvrir un pédagogue que je ne connaissais pas (à nous 2, Reggio d'Emilia, t'es qui toi? et qsque je pourrai te piquer de théorique et/ou de pratique pour faire progresser mes p'tites nélèves...?). Alors merci.

    Merci aussi pour partager ta remise en question car la complexité de notre tâche quotidienne gagne vraiment à ce questionnement. Bon courage dans tes futures nouvelles pratiques! ;-)

    PS: je n'ai pas complété mon mail car ce n'était pas indiqué si il serait affiché ou masqué...

      • Jeudi 23 Juin 2016 à 04:04

        Je n'ai jamais réduit la pédagogie Montessori à son matériel, c'est d'ailleurs pour cela que ce fut si rude. On peut utiliser le matériel sans faire du montessori (ce que je fais maintenant) par contre on ne peut pas faire de montessori sans le matériel, c'est pour cela que la question matériel est si importante et problématique, mais c'est arbre qui cache la forêt, le pointe émergée de l'iceberg.

        (je n'ai pas accès aux adresses mail des commentateurs. wink2

         

      • Jeudi 23 Juin 2016 à 10:43

        Il me semble que Maîtresse Patate parle aussi beaucoup de la pédagogie elle-même, hors matériel... Je la cite :

        Qu'est-ce qui m'avait tant plu? 

         

        - La liberté et l'autonomie des élèves. 

         

        Quand on y réfléchit bien, il n'y a pas vraiment de liberté. Les choix sont restreints, il n'y a qu'une manière très stricte d'utiliser le matériel, en fait il y a peu de libertés  réelles. Il n'y a qu'un choix de prendre entre telle ou telle activité très stricte, et non le choix de faire ce que l'on veut.

         

        Quand à l'autonomie, en fait cette autonomie-là demande une discipline de fer et une surveillance très pointue si on veut que les élèves utilisent le matériel comme la méthode le demande. Et je dois avouer, que moi, je n'y arrive pas, je n'arrive pas à fliquer chaque élève à tout instant pour être sûr qu'il prenne bien le pichet comme il faut et repose le plateau à l'endroit exacte où il l'a pris.

        - L'ambiance calme et travailleuse.

         

        J'en rêve encore... 

         

        - Apprendre chacun à son rythme. 

         

        Mais est-ce la seule manière d'y arriver? N'a-t-on le choix qu'entre Montessori ou les ateliers tournants où tout le monde fait la même chose en même temps? 

         

         

        - Le niveau scolaire hallucinant des élèves.

         

        Alors, c'est THE chose qui me faisait terriblement fantasmer. Des élèves avec en moyenne deux ans d'avance! C'est-y pas merveilleux? Moi la vilaine instructionniste ça me faisait carrément baver d'envie. En plus ça avait l'air siiiiiiiiiii facile!

        ...

        En fait, la pédagogie Montessori, c'est une méthode extrêmement rigide : chaque enfant doit passer par les mêmes étapes, les répéter encore et encore jusqu'à les réussir facilement et passer à l'étape suivante, seule la vitesse d'évolution est unique à chaque enfant. D'où l'intérêt du peu de choix des activités et que leur réalisation se fasse selon des critères stricts. Certaines activités deviennent légèrement pavloviennes à force de répétitions. En fait c'est extrêmement mécanique : répéter, répéter, répéter jusqu'à l'automatisation (et le par-coeur aussi). Ça a un petit côté dressage... (Oh, j'ai les oreilles qui sifflent d'un coup là...)

        Pourquoi tant d'avance sur les apprentissages scolaires au final? Car d'un côté les activités sont très bien choisies et découpées, et aussi simplement car il n'y a que ça à faire en classe pendant plusieurs heures par jour.

        Et à ce stade là, arrive le point qui a fait sans doute dérailler mon vœux pieux de classe montessorienne : la créativité et l'imaginaire, ou plutôt leur absence!

        Si on lit les textes de Maria Montessori, on découvre qu'elle bannissait tout ce qui pouvait avoir trait à l'imaginaire et à la créativité. Selon ce que j'ai pu lire, il fallait absolument raccrocher les enfants au réel, les rendre rationnel (et d'un autre côté les rendre pieux et bon chrétien... si si, on oublie trop souvent ce volet de la pédagogie Montessori) On ne dessine que pour représenter la nature, on lit des documentaires et histoires vraies... On fabrique au final une sorte de machine, l'enfant apprend à faire selon un protocole fixe, un objet = une utilisation,  et à répéter...

    27
    Elsa
    Jeudi 23 Juin 2016 à 02:15

    On en apprend tous les jours, c'est une ville et non un pédagogue! Trouvé sur le web:

    "La pédagogie Reggio tire son nom d’une ville italienne Reggio Emilia et le fondateur de ce modèle éducatif est Loris Malaguzzi"

    :-)))

      • Jeudi 23 Juin 2016 à 04:07

        En effet, le terme "reggio" se réfère à la ville où fut créée cette pédagogie et non à son créateur. C'est très peu connu en France. 

    28
    lulu
    Jeudi 23 Juin 2016 à 09:08

    Bravo , oui BRAVO

    c'est tout à fait çà et je le pense depuis un moment

    vous exprimez tout haut et avec brio  ce que beaucoup pense tout bas... ou déprime tout bas.

     

    quant à la fatigue des élèves en fin d'année scolaire ça me fait rire ... voir pleurer

    mais là il fait trop chaud je n'ai pas le courage de développer :P

     

    je partage de bon cœur ;)

     

    continuez à lancer des patates ... y'en a bien une qui finira par tomber au bon endroit ;)

     

    29
    Marie
    Jeudi 23 Juin 2016 à 09:47

    Super intéressant cet article qui montre bien qu'avec toute la bonne volonté et la motivation du monde on ne peut pas faire des miracles... Je ne suis pas sure qu'il n'y ait que la méthode qui soit a remettre en question mais plutôt dans quelles conditions la met-on en place ?

    Les enfants élevés dans un environnement avec pléthore de jouets, sans qu'ils aient vraiment pu développer leur autonomie, dans l'obéissance, sans véritable apprentissage de la solidarité ne vont pas changer de comportement en quelques mois sous prétexte qu'on leur donne du matériel et des explications Montessoriens... C'est utopiste... Je comprends ta déception, elle est probablement à la hauteur des espoirs que tu y avais mis...

    Il n'y a pas de recette miracle, Montessori n'en est pas une. Peut être qu'elle est présentée parfois comme telle et c'est probablement ce contre quoi tu part en guerre, pas contre la méthode en elle même. Ne te trompe pas de lutte.

      • Jeudi 23 Juin 2016 à 12:18

        Je ne me trompe pas de lutte, je remets juste quelques pendules à l'heure. Je ne suis pas anti-montessori, bien au contraire, c'était juste un coup de gueule car je n'en peux plus qu'on me présente cette méthode comme miraculeuse et magique. :)

    30
    amc
    Jeudi 23 Juin 2016 à 10:15
    Vous ne proposé aucune solution alternative de ce fait votre article est incomplet. ..rien de constructif. Montessorie propose quelques choses. Pourquoi pas proposer mieux? :-)
      • Jeudi 23 Juin 2016 à 12:14

        J'ai écris un article complet sur mes solutions alternatives, vous n'avez qu'à aller le lire : de la liberté à l'école maternelle

      • coindeparadis
        Jeudi 23 Juin 2016 à 17:40

        AMC, votre niveau d'expression écrite me conduit à penser que vous n'êtes pas vous-même enseignante... 

    31
    Jeudi 23 Juin 2016 à 13:18
    Julia

    Déjà merci pour ce moment très drôle !! J'ai bien ri devant mon écran. Et merci pour ton honnêteté !!! Moi je commence à découvrir Montessori que j'aime beaucoup. Mais j'avoue que certains aspects me dérangent aussi. Et j'aime pas mais alors pas du tout que quelqu'un soit mis sur un piédestal et qu'il surtout pas remettre en question. françoise Dolto disait qu'elle n'avait pas LA vérité et q'il fallait la remettre en question !!

    J'aime bien que tu aies essayé. Et j'aime que tu penses par toi-même et que tu aies le courage (sisi !) d'arrêter. Se remettre en question c'est très dur alors bravo !

    Pour ma part je vais continuer de lire son livre pour m'inspirer, peut-être même passer la formation éduc Montessori mais ce sera une formation parmi d'autres.

    Bonne continuation !

     

    32
    Jeudi 23 Juin 2016 à 14:10

    Bonjour,

    Article très intéressant.

    Petite coquille : LA volonté d'y arriver? et non LE volonté d'y arriver?

    Sinon j'aime bien l'aspect créativité etc ... qui est plus qu'éradiqué lorsque l'enfant entre au collège jusqu'à la fin du lycée où là comme par magie en entrant dans le supérieur il faudrait qu'il soit de nouveau créatif et imaginatif ...

    délicat ...

      • Jeudi 23 Juin 2016 à 17:40

        oups pour la coquille.

        Délicat en effet. 

    33
    Jeudi 23 Juin 2016 à 14:29

    alleluia et amen  (pour rester dans l'idée Montessori :D)

     

    34
    Emilie JR
    Jeudi 23 Juin 2016 à 17:11
    Au final, le fonctionnement que tu as intuitivement mis en place dans ta classe ressemble beaucoup à... de la pédagogie Freinet ! La PF a ce gros avantage sur la pédagogie Montessori qu'elle développe beaucoup le vivre ensemble, la coopération et les échanges entre enfants qui progressent grâce aux interactions avec leurs pairs. Alors que "chez Maria", c'est plutôt chacun pour soi, chacun dans son coin. Bref, le groupe Freinet de ton département pourrait peut-être te proposer des rencontres intéressantes et des retours reflexifs sur tes pratiques.
      • Jeudi 23 Juin 2016 à 19:13

        Je pense que je fais encore moins du Freinet que du Montessori. J'ai toujours été rebuté par la pédagogie Freinet et les activités proposées par l'ICEM. 

        Et puis il y a un truc qui me chiffonne quand on me dit "des retours réflexifs sur tes pratiques" : c'est bon, j'ai déjà un inspecteur pour venir juger ma classe. 

    35
    Emilie JR
    Jeudi 23 Juin 2016 à 17:54
    Ben non, rien à voir ! Dans les réunions Freinet auxquelles je participe on discute, chacun/e raconte ce qu'il/elle fait dans sa classe. SANS JUGEMENT !! Et surtout il y a autant de pédagogies Freinet que d'enseignants Freinet : chacun/e adapte les bases à sa façon de faire. Échanger avec les collègues est toujours très sympa et instructif
    36
    gduboulot
    Jeudi 23 Juin 2016 à 19:08

    Merci pour cet article. Comme tous les "courants pédagogiques", Montessori n'est pas à jeter complètement, il faut faire le tri, choisir, renoncer....le maître mot reste la bienveillance, et les élèves progresseront....inévitablement, EIP compris!

      • Jeudi 23 Juin 2016 à 19:16

        Il y a des choses, qui même avec la plus grande bienveillance du monde, ne feront pas progresser les élèves, voir leur seront néfastes...

      • Emilie JR
        Jeudi 23 Juin 2016 à 19:21

        Comme quoi par exemple ?

      • Jeudi 23 Juin 2016 à 19:54

        Les écrans par exemple. toutes les études actuelles montrent que les écrans (télé, tablette...) sont néfastes pour le développement des jeunes enfants... ce qui n'empêche pas une quantité de personne de mettre les enfants devant en pensant bien faire. 

    37
    cox
    Jeudi 23 Juin 2016 à 19:21

    Bonjour, je suis tombée sur votre article par hasard, je n'ai pas eu le temps de lire tous les commentaires, mais je l'ai trouvé intéressant !

    Je suis assistante maternelle, au début les méthodes Montessori ne me parlaient pas, parce que j'ai eu des enfants avec un esprit très tôt très abstrait et qu'ils n'ont jamais eu besoin de manipuler pour apprendre et comprendre.

    Après j'ai vu que c'était loin d'être le cas de tous les enfants, et puis je suis tombée sur les vidéos qui semblaient si géniales de Céline Alvarez qui pour moi avait trouvé le "graal", The solution ! J'ai aussi fait une petite formation sur Montessori et j'ai trouvé ça génial aussi.

    Mais comme vous, je me suis demandée où était la créativité, tellement nécessaire pour les enfants et tellement importante ! (je me suis demandée aussi si certaines manipulations n'enfermaient pas l'enfant dans une compréhension uniquement basée sur celle-ci, ne laissant pas la place au raisonnement abstrait (qui peut arriver plus tard), mais cette réflexion n'appartient qu'à moi ! ;-) ).

    Il est évident que vous n'aviez pas les moyens de réussir avec tant d'enfants par classe et une atsem pas formée, même si je ne met pas en doute vos volontés et professionnalisme. L'idéal serait une dizaine d'enfants et au moins 2 adultes formés pour que ça roule comme dans les vidéos ! ;-)

    Ce que j'ai trouvé plein de bon sens dans les méthodes Montessori par contre est le fait d'accorder une grande importance à l'observation et ainsi de n'accepter que l'enfant fasse une activité (ex : transvasement ou déplacement d'eau ) que lorsque celui-ci est prêt, ça évite des accidents inutiles.

    Bref, j'ai trouvé votre article intéressant, Montessori c'est bien, mais peut-être sans se limiter qu'à ça et peut-être pas pour tous les enfants ...

      • Jeudi 23 Juin 2016 à 19:57

        Mais je suis d'accord avec l'idée que les enfants ne fassent une activité que quand ils sont prêts et qu'on leur ait présenté, sauf que bon, l'enfant en question ne me demande pas quand il prend une activité et comme je n'ai pas les yeux derrière la tête, ben l'enfant en question il fait parfois ce qu'il veut, ce qui peut virer à la catastrophe. 

      • cox
        Jeudi 23 Juin 2016 à 22:36

        D'où l'intérêt d'avoir un faible effectif et plus de personnel, ce qui n'est hélas pas le cas d'une école "lambda" ! ;-)

      • En passant
        Jeudi 23 Juin 2016 à 22:40
        La pédagogie Montessori contrairement à d'autres pédagogies fonctionne mieux avec de grands effectifs ;) minimum 25 et plutôt une trentaine pour deux adultes (un éducateur et un assistant).
      • Jeudi 23 Juin 2016 à 22:45

        Ce qui est complètement faux, mais passons, on n'est pas à sa près...

    38
    yodera
    Jeudi 23 Juin 2016 à 19:22
    Ce n'est pas en lisant des bouquins ou même en faisant des stages qu'on devient éducatrice Montessori et quand je regarde tes photos je ne vois pas une ambiance Montessori. Dommage que tu n'aies pas fait la formation à temps plein tu aurais sans doute perdu moins de temps.
      • Jeudi 23 Juin 2016 à 19:42

        Les photos sont celles de ma classe actuellement, celle Reggio-montessori-truc-bidule (voir l'article "de la liberté à la maternelle") dans une école publique lambda. Je n'ai pas choisi mon mobilier, ni l'agencement des locaux, ni la déco, ni la grande majorité du matériels en fait, je fais avec ce que je trouve.

        Question : à quoi voit-on une ambiance montessori sur une photo? Moi, je pensais que l'ambiance c'était quelque chose qui se vivait, se sentait, une dynamique de classe... pas juste une question de décoration. 

    39
    Cornelia
    Jeudi 23 Juin 2016 à 21:55

    En tant qu'ancienne élève Montessori (et ceci jusqu'au brevet) cet article me révolte et fait complètement tort à la pédagogie Montessori. J'ai passé une scolarité très heureuse et libre et pas rigide du tout. Chaque jour j'étais excitée d'aller à l'école pour pouvoir explorer son environnement très riche et la multitude de matériel disponible, libre de faire ce qui bon me semblait. 

    Il ne faut pas confondre la pédagogie et les idées de sa fondatrice avec un dogmatisme qu'on peut aujourd'hui trouver dans certaines écoles qui forment à cette méthode. La pédagogie est aujourd'hui souvent dénaturée et loin des idées d'origine. Et il n'y a pas que le matériel. Dans une bonne école Montessori vous ne trouvez pas que des chaines de perles et des tours roses, mais un environnement bien plus varié qui invite l'enfant à travailler en complète autonomie, sans devoir le dresser. Si l'éducateur à besoin d'être "rigide" c'est qu'il n'a pas bien compris. Tout dépend effectivement de la formation que l'on reçoit et là je l'avoue, il y a beaucoup d'écoles qui interprètent mal l'idée de Maria Montessori. J'ai pu lire des livres parlant de la méthode qui me hérissait le poil. 

    Montessori a travaillé dans des bidonvilles et n'avait pas trois éducateurs pour 18 enfants, mais un seul pour une cinquantaine. 

    C'est vrai que la méthode est plutôt basée sur le réel, les sciences prennent une place très importante. Mais aussi parce que le réel c'est ce qui intéresse énormément l'enfant qui se pose mille questions sur le fonctionnement de l'univers. Cela n'exclue pas l'imaginaire. Les deux existent côte à côte. 

    Ayant fait ma scolarité de 3 à 16 ans à Montessori je suis devenue une personne très créative. Après des études de pédagogie j'ai aujourd'hui un métier artistique en indépendant. En revanche cette pédagogie dont j'ai pu profiter toute mon enfance a fait de moi une personne avec un énorme besoin d'autonomie. Difficile de rester simple salariée, j'ai besoin de pouvoir faire ce qui bon me semble, dans ma propre logique. Mais est-ce que c'est un défaut ou plutôt un atout ? 

    Donc, je trouve injuste de juger la pédagogie Montessori, uniquement basée sur vos propres expériences en classe. Vous avez le droit de dire qu'elle ne correspond pas à vous, mais de là faire des généralités sur la rigidité de toute une pédagogie n'est pas correct. Tout dépend de la personne qui l'interprète. 

      • Jeudi 23 Juin 2016 à 22:34

        Je n'ai jamais dit que ce billet de mauvaise humeur était autre chose que mon avis personnel un jour de grosse colère. C'est même écrit en tout début d'article. clown

        Je n'ai JAMAIS écrit que je limitais ma pratique au matériel (cela aurait été finalement plus simple), je ne comprends pas pourquoi tout le monde le pense. C'est bizarre. 

        Votre message est très injuste sur mon expérience et mon métier, avoir été élève ne fait pas de vous une experte. J'ai beau être allée souvent chez le dentiste, je n'en ai reçu aucune compétence pour soigner une carie ou poser une couronne. wink2

         

         

      • Cornelia
        Dimanche 26 Juin 2016 à 16:20

        Je ne vois pas en quoi mon message a été injuste sur vos expériences et votre métier. Je ne parlais jamais de vous et vos compétences, je ne les connais pas. 

        En ce qui est de la comparaison avec le métier de dentiste: non, effectivement en allant souvent chez le dentiste je ne peux pas pour autant soigner des caries ou poser une couronne, mais je sais si je vais bien ou mal après une visite chez le dentiste, et cela me dit beaucoup sur le fait si la technique de mon dentiste était bonne ou pas. Donc, si, en tant qu'ancienne élève je peux tout à fait juger si la méthode Montessori est bonne ou pas, si elle est rigide ou pas, si elle me laisse assez de place pour la créativité et l'imaginaire ou pas. Et si vous avez bien lu mon message vous auriez vu aussi que je ne parle pas que de mon expérience d'ancienne élève , mais que je mon métier était le votre, pédagogue. 

        Tout ce que je disais au final est que nous ne pouvons pas juger une méthode si on nous n'avons pas rencontré LES bons formateurs, et je pense qu'ils sont rares en France et la MODE Montessori n'a pas amélioré leur qualité. Trop nombreux sont ceux qui, avec quelques connaissances, pensent pouvoir donner des formations extrêmement chers et pouvoir vendre du matériel aussi cher. 

      • Dimanche 26 Juin 2016 à 17:02

        Pour en revenir à la métaphore du dentiste : quand il me soigne, je ne peux que juger du résultat sur moi, et non de la qualité général du dentiste, de sa technique ou de est-ce que cela aurait été mieux ou moins bien autrement.

        Et juste en passant, je ne suis pas pédagogue, je suis enseignante et j'enseigne. 

        Par contre je suis d'accord avec le fait que la mode à fait pousser les formations, dont beaucoup de piètre qualité, pour profiter de cette manne. Mais cette mode a aussi permis d'avoir du matériel moins cher, car sérieusement, c'est du vol le moindre bidule coûte la peau des fesses du moment que c'est estampillé Montessori.

         

    40
    Isa
    Jeudi 23 Juin 2016 à 22:27
    Bravo c courageux
    Je suis professionnelle à domicile et ai eu l'occasion d'intervenir également dans une structure Montessori .
    Je pense que c'est une erreur de penser qu'une seule méthode peut fonctionner. Les enfants sont tous différents d'un point de vue de leur structure cognitive donc la methode doit s'adapter au profil de l'enfant.
    Bravo encore pour ce coup de gueule.
      • Jeudi 23 Juin 2016 à 22:37

        En effet, rien n'est miraculeux ni magique, mais pour se faire une idée il faut tenter de l'appliquer du mieux possible, alors seulement on sait ce que l'on peut garder, ce que l'on peut jeter... 

    41
    Jeudi 23 Juin 2016 à 22:36

    Bonjour,

    je suis assistante maternelle et j'ai suivi le mois dernier une formation Montessori 0/3 ans. J'en suis ressortie avec le même ressenti que vous.

    J'ai partagé ce ressenti (sur mon blog http://nounousophie.blogspot.fr/search/label/Mes%20formations) et j'ai eu beaucoup de retours de personnes du même avis finalement...

    Je pense que les éducateurs d'aujourd'hui ne devraient pas oublié le contexte de l'époque (manque de matériel, manque de personnel, endurcir les enfants pour le futur incertain qui les attend...)

    Au final si j'aime ses objectifs je n'aime pas par contre la méthode pour y parvenir.

    Bonne soirée

    Sophie

      • Jeudi 23 Juin 2016 à 22:47

        En effet, les enfants actuelles, l'enfant lambda, ceux que l'on trouve dans les écoles publique est bien différent de celui qu'à connu Maria Montessori, Dans ma classe mes élèves sont des hyper-consommateurs, prescripteur de la famille, certains sont de véritables tyrans domestiques, ils passent des heures et des heures chaque jours devant un écran...  avec tous les problèmes de développement que cela comporte... Rien à voir avec les élèves des bidonville en 1900.

      • En passant
        Vendredi 24 Juin 2016 à 08:02
        Je n'ai pas beaucoup d'expérience en classe (je pratique l'instruction en famille) mais j'organise des stages d'une semaine avec des enfants qui fréquentent l'école traditionnelle, regardent les écrans tous les jours et ne sont pas particulièrement des exemples de bienveillance et de non-violence, etc.
        Le pire c'est qu'une grande partie d'entre eux fréquente la même école et je n'ai donc pas la "chance" de profiter des débuts où ils ne se connaissent pas, non, ils arrivent déjà avec leurs problèmes. :p
        Je suis la seule formée et mon assistante n'est pas toujours la même et n'y connaît rien en Montessori. Et pourtant que de changements sont déjà visibles auprès de ces enfants au bout de 5 jours.
        Céline Alvarez a mené son expérience dans une ZEP et on voit bien dans la vidéo que ce ne sont pas de sages petits blonds issus des quartiers huppés mais bien des enfants d'origine immigrée (je me permets de caricaturer et de sortir les clichés car je suis moi-même issue de l'immagration).
        Cela n'a pas empêché son expérience de fonctionner.
        Sachez premièrement que les vidéos dans sa classe ont été réalisées la troisième et dernière année de son expérience. Jamais vous n'obtiendrez un tel résultat au bout de la première année. Ce qui est le plus difficile en Montessori et surtout quand on a pas d'expérience (en Montessori) c'est de lancer une nouvelle classe car on a pas encore créé cette communauté d'enfants basée sur la bienveillance et l'entraide.
        Oui, la communauté d'enfants est tout aussi importante que la préparation de l'éducateur et de l'environnement mais la première année, on a pas le choix : il faut faire sans...
        Ce n'est qu'au bout de 3 ans que la classe trouve son rythme de croisière...
      • Vendredi 24 Juin 2016 à 08:33

        Je n'ai jamais dit qu'il n'y avait pas d'effet positif : toutes les personnes qui ont pu voir ma classe et les parents d'élèves me disent avoir vu les enfants évoluer. Et ce fut flagrant en décembre où j'ai été arrêtée plusieurs semaines pour des problèmes de santé et  où mon remplaçant avait jeté mon matériel (l'atsem a dû le cacher!): les élèves avaient perdu beaucoup de leurs habitudes, j'ai dû tout reprendre à zéro et même si en une semaine c'était réglé ce fut très très dur à vivre.

    42
    Lucy
    Jeudi 23 Juin 2016 à 23:05

    Mais comment pouvez-vous avoir essayé Montessori alors que vous écrivez que la pédagogie Freinet vous a toujours "rebuté" (sic, bonjour l'orthographe)?? C'était perdu d'avance, vu que les deux pédagogies sont soeurs...en philosophie. Vous semblez avoir besoin contrôler tout..et ne pas apprécier les conseils. Votre vision des "enfants actuels" (et non "actuelles) est dénuée de la plus élémentaire bienveillance... Pourtant, d'hier ou d'aujourd'hui, ce sont toujours des enfants,vous semblez l'oublier, en vous plaçant dans le jugement et le flicage :(  bon courage pour les années qui vous restent à effectuer..enfin ,bon courage à vos élèves, surtout.. 

      • Jeudi 23 Juin 2016 à 23:13

        Quand on lit Freinet dans L'Ecole Moderne Française, je n'ai pas l'impression qu'il considérait que les deux pédagogies étaient sœurs... mais alors, pas du tout.

      • Lili51
        Jeudi 23 Juin 2016 à 23:57

        Lucie (oui ça s'écrit bien "ie" et non "y"), comment pouvez-vous parler de bienveillance ? Tout ce que vous critiquez de Maîtresse Patate (jugement, manque de bienveillance, flicage (de l'orthographe !)), vous l'appliquez merveilleusement bien dans les 6 lignes que vous avez écrites. Il vous suffit de lire quelques lignes (écrites sous le coup de la colère me semble-t-il) pour juger une enseignante et plaindre ses élèves. Rassurez-moi, vous n'envisagez pas de devenir IEN ?

      • Lucy
        Vendredi 24 Juin 2016 à 03:46

        Lucy est un prénom qui s'écrit avec un Y dans sa forme anglo-saxonne , raté pour la leçon d'orthographe. sarcastic

      • Lucy
        Vendredi 24 Juin 2016 à 03:52

        @Doublecasquette: Vous m'aurez mal lue: j'ai écrit que les deux pédagogies sont soeur "en philosophie", c'est à dire dans l'esprit. Pas dans les méthodes et outils , sinon, on n'aurait pas deux méthodes mais une seule.. mais dans ce qu'elles supposent de regard porté sur l'enfance. Pour vous aider : http://montessori-freinet.com/?p=88

      • Vendredi 24 Juin 2016 à 06:49

        Mais je n'ai jamais remis en cause la philosophie, mais faire classe c'est assez bêtement matériel et technique à un moment donné : concrètement je fais quoi avec les élèves? Car les bons sentiments ça ne suffit pas. Visiblement ça défrise qu'on ne fasse pas classe avec juste de grandes et belles idées.  

        Concernant Freinet, c'est l'effet "gourou", le côté usine à gaz de l'organisation de la classe  et l’aspect un peu "secte" de l'ICEM qui m'a toujours empêché de m'y intéresser et qui me rebute, mais je ne me suis jamais vraiment plongée dedans. 

        Ma vision des enfants actuels manque de bienveillance à votre goût ? Car la bienveillance c'est nier que l'éducation et les conditions de vie entre 1900 en maintenant ont bien changé, et se mettre la tête dans le sable concernant certains problèmes éducatifs actuels?  Mes élèves je le prends tels qu'ils sont, c'est tout. 

      • coindeparadis
        Vendredi 24 Juin 2016 à 13:15

        J'ai une formation Freinet et je ne vois pas du tout le lien entre Freinet et Montessori ... C'est même souvent antagoniste !

    43
    Helene
    Jeudi 23 Juin 2016 à 23:18
    Merci Maitresse Patate !!!!!
    Tous ces échanges m'ont passionnée ! J'ai tout lu !!!

    Enfin sauf les commentaires sur l'orthographe...
    Ça me rappelle une maman d'élève me demandant : " et comment évaluez vous l'orthographe dans les productions d'écrit ?"
    44
    maicreeessE
    Vendredi 24 Juin 2016 à 00:42

    aïe, ça vire à la querelle de cocher, des anciens et des modernes, quand ce n'est pas à des critiques de

     forme... à partir d'une simple grosse colère ! 
    Pourtant le questionnement de départ est intéressant dans le contexte de désarroi de pas mal de collègues, de "mode" et d'aura ministérielle, pour l'instant, de cette pédagogie Montessori.  
    Moi qui tourne sur plusieurs écoles, je trouve qu'il recoupe bien ce que je ressens lorsque je vois fonctionner selon ces principes des maîtresses dûment formées, et qui ont passé soirées, we et vacances à bricoler une bonne partie du matériel qu'elles ne pouvaient se payer... : une curieuse impression de juxtaposition d'individus, collectionnant les défis - lesquels du reste profitent le plus à ceux qui sont déjà au départ les plus proches des exigences scolaires. Mais pas un foisonnement de vie où l'on s'enrichit de l'autre. En gros, parfait pour l'instruction à domicile ! Sauf que la maternelle, il me semble que si effectivement on y cultive l'imaginaire, c'est surtout le lieu où l'on apprend à vivre en société...
    Bon j'ai compris que Maîtresse Patate est en délicatesse avec Freinet - qui n'est pas non plus LA panacée, sinon cela se saurait ;). Perso j'y ressens plus de sérénité, de tâtonnements et d'ajustements progressifs dans le collectif et la souplesse, ce qui n'est pas synonyme de manque d'exigence. Mais cela n'engage que moi, et tout le monde ne peut y trouver son compte.
    Ce qui est évident, c'est qu'on se retrouve bien seul avec ses affres, ses enthousiasmes et ses retombées sur terre, parfois bien douloureuses. Au moins ce blog nous permet d'échanger... ne serait-ce que pour cela, merci :)

      • Lucy
        Vendredi 24 Juin 2016 à 03:38

        Querelles de clocher ? Dans le fonctionnement que vous décrivez , de maîtresses qui privilégient elles aussi le matériel, c'est c'est le même problème que dans le "coup de colère" ci -dessus : une incompréhension de la philosophie  qui sous tend ces méthodes,et qui est essentiellement le respect des enfants et la bienveillance éducative avant toute chose.On ne peut être à l'aise avec ces pédagogies qu'en ayant revu le "logiciel" de pensée traditionnel, celui du système EN , où règnent compétition, jugement, sanction, "faute", pression et sélection. Et ça suppose une sérieuse remise en cause de l'enseignement et de l'éducation que l'on a vécus. 

         

      • Lucy
        Vendredi 24 Juin 2016 à 03:54
      • Vendredi 24 Juin 2016 à 06:45

        Mais on ne fait pas classe avec juste de la bienveillance et du respect, les belles idées ça n'occupent pas les élèves, ça ne fait pas classe. Comment peut-on nier qu'enseigner c'est aussi quelque chose de matériel et technique? 

        Arriver à l'école avec juste comme projet je vais être bienveillante et respectueuse, bha, ça ne va pas beaucoup m'aider quand je vais être face aux élèves. C'est un peu comme si je décidais d'aller en Papouasie mais sans me poser la question de comment j'y vais, de ce que je vais y faire, comment je vais y vivre. Vous reprochez aux enseignants de s'occuper de l'avion, des vaccins, du passeport, du visa, de l'hébergement, des repas... Pourtant sans cela, on ne va pas en Papouasie.

      • En passant
        Vendredi 24 Juin 2016 à 07:42
        La pédagogie Montessori parfaite pour l'instruction à domicile... la bonne blague! On aura tout entendu...
      • Vendredi 24 Juin 2016 à 08:21

        Où est-ce écrit? 

         

      • Vendredi 24 Juin 2016 à 13:58

        Merci MaîcreeeessE.

    45
    Vendredi 24 Juin 2016 à 11:31
    nicole

    j'ai découvert Montessori en Irlande et j'ai adoré.

    Je suis revenue en France pour faire une formation d'éducatrice de jeunes enfants.

    J'ai été faire un stage chez une instit en maternelle "montessori" j'ai été horrifiée !

    Certes, l'ordre régnait car elle avait disposé les tables autour d'un immense cercle. Chaque enfant était seul à sa table et la surveillance relativement facile. Elle était froide sévère sévère sévère...

    J'ai détesté cette rigueur cette autorité... et ces enfants qui pour certains étaient paralysés de peur.

    Le cadeau de la fête des meres devait être parfait, donc nous devions tenir la main de l'enfant et le guider...

    grrrrrrrr... je me demande si j'ai encore mon rapport de stage... ;) car j'étais hyper choquée et cela a beaucoup dérangé mes formateurs ! ;)

     

      • Vendredi 24 Juin 2016 à 12:15

        Cette sévérité (et aussi une sorte de tristesse) ressort beaucoup dans les vidéos que l'on trouve en ligne :  des élèves sérieux comme des papes (ou inexpressifs) et des adultes qui font la gueule. 

      • sol5
        Vendredi 24 Juin 2016 à 19:18

        Les maternelles pour jeunes enfants en Irlande (PS) sont effectivement des écoles Montessori. Mais je n'ai malheureusement jamais pu en visiter. Peux tu nous raconter un peu ... notamment sur les différences entre ce que tu as vu là-bas et ici... ?
        Quand tu regardes des écoles de présco aux US (notamment Montessori) sur Internet , tu n'as pas cette absence de lien social. Quand tu discutes avec les collègues du présco au Canada, qui font du Montessori-like sans le savoir, il y a aussi du lien.
        Quand je vois les élèves de PS de mon collègue qui n'osent pas bouger et n'ont pas le droit de parler entre eux de ce qu'ils font... je trouve que l'absence de jeu en Maternelle, c'est quand même dommage...

      • Vendredi 24 Juin 2016 à 20:11

        Franchement, dans ce que j'ai vu en vidéo en ligne, le côté froid est assez international. 

    46
    Mae
    Vendredi 24 Juin 2016 à 12:17
    Pour avoir été aussi très intéressé je suis rassuré de ne pas être la seule à faire ce constat !

    Mon fils etait dans une classe de PS avec un fonctionnement que je trouve top, des activités à disposition dans des bacs (pas forcement montessori) et dans leur classeur lactivité à realiser (empiler des perles, puis les empiler par couleur..) à réaliser sur leur petit tapis de bain, pareil egalement quelques ateliers montessori mais ils choisissaient leur activité.
    Je trouve le principe plutot bien. Ou egalement le fait quils exposaient leurs travaux (pate a modeler, puzzle...) pour pouvoir le montrer aux autres avant de le ranger.
    Au final montessori il y a du bon et du mauvais comme dans tout, mais le principe de les laisser "libre" de choisir cest pas mal
    47
    sophie r
    Vendredi 24 Juin 2016 à 13:37

    Pour avoir étudier (ou plutôt survoler..) différentes pédagogies nouvelles (pas si nouvelles du coup maintenant :S) pendant ma formation d'éduc de jeunes enfants, cette « mode montessori » me fait sourire! Car oui il y a des personnes (comme vous) qui ont étudié ce courant, qui se sont documentées, informées, qui y réfléchissent, qui remettent en question...et ceux pour qui c’est « trop cool » montessori... bref, en ce qui me concerne, les vidéo des écoles freinet me font bien plus rêver... Montessori, j’ai du mal ne serait ce que pour le côté « imaginaire »... bonne continuation!

    48
    Vendredi 24 Juin 2016 à 14:06

    http://montessori-freinet.com/?p=88

    J'ose espérer que toutes les pédagogies en maternelle partagent les points communs que l'auteur de l'article a trouvés entre Montessori et Freinet. Ce sont ceux que partagent toutes les pédagogies "actives" depuis Rousseau et même sans doute bien avant.

    49
    Vendredi 24 Juin 2016 à 18:45

    c'est interessant de lire un avis comme le tien. C'est vrai qu'on n'a pas le budget ni les locaux de "montessori"...

      • Vendredi 24 Juin 2016 à 20:08

        Ni les familles montessoriennes, ni le taux d'encadrement montessorien, ni l'administratif, ni...

    50
    J.P
    Samedi 25 Juin 2016 à 09:59

    BRAVO d'avoir osé écrire ce que beaucoup de parents pensent de certaines écoles MONTESSORI. 

    Ma femme et moi avons tenté (et visité) plusieurs écoles... déjà, les méthodes et les ambiances étaient sensiblement différentes, (tout comme leurs prix d'ailleurs, qui pouvaient quadrupler), même si, dans l'ensemble, on retrouvait le même matériel Montessori.

    Nous n'avons pas hésité à déménager plusieurs fois, pour au final, nous avouer que ça ne correspondaient pas à nos enfants (dont une est épileptique) ; Déjà, il existe une grosse différence dans l'enseignement donné par les "anciens de l'EN" qui tentent une reconversion PARFOIS catastrophique (jusqu'à blesser voire humilier enfant et/ou parents) et les éducateurs (AMI ou pas). 

    Je pense que si l'on a pas en soi la philosophie, il est inutile de faire des formations, ça ne changera pas la personne qu l'on est.

    Nous avons préféré de loin, une personne non diplômée AMI mais ayant suivi d'autres formations en adéquation avec sa vision éducative. Hé bien croyez moi ou non, c'était la personne qui s'en sortait le mieux ! A l'écoute des enfants, un observateur sans faille, d'un calme et d'une empathie admirable... Dommage qu'il n'ait pas continué dans cette école, nous aurions certainement laissé nos enfants ; il a dû être usé par ses collègues qui étaient lassées de constater que tous les enfants se dirigeaient vers lui plutôt que vers elles (là, on voit quand même qu'il y a un problème de comportement vis à vis des adultes entre-eux). Nous n'avons été mis au courant de son "départ" qu'à la rentrée... nous avons donc retiré nos enfants malgré une tentative persuasive peut convaincante des autre éducatrices. Hé bien cela ne c'est pas arrêté la ! Le problème est que, dès qu'un parent quitte ce genre de structure pour désaccord, il est renié par tous les autres parents qui restent ! Pour l'avoir vécu, j'ai été tenté d'apparenter cette école à une secte... je dois l'avouer.

    Re-déménagement donc... avec une idée précise : ne plus inscrire mes enfants dans ce genre de structures... Sauf si l'on recroise un jour sur notre route cet éducateur "hors norme". 

      • Samedi 25 Juin 2016 à 11:59

        Je pense qu'il est faux de dire  " la philosophie", il faudrait mieux dire " ma philosophie", ce serait plus juste. (Je viens de faire une longue réponse à ce sujet à Sarah95 plus haut, à la suite du commentaire 11)

        Ce que vous dites concernant les éducateurs issu de l'EN : a savoir que souvent, ces personnes ont fuit l'EN car là non plus ils n'y arrivaient pas et c'était souvent des catastrophes en classe, car bon, si on a la fibre montessori c'est faisable en école publique (je n'ai pas dit que c'était facile, hein, juste que que c'était faisable).

        Ce que vous décrivez de cet éducateur formidable : "A l'écoute des enfants, un observateur sans faille, d'un calme et d'une empathie admirable", sont des choses qui ne s'apprennent pas du tout, même avec la meilleure formation du monde, il s'agit du caractère de cette personne. 
        Prenons l'exemple du "calme". Comment cela s'enseigne-t-il? J'aimerais bien l'apprendre moi qui suis une personne très énergique, très vive,  très expressive et démonstrative... C'est mon caractère et toutes les injonctions à être calme, placide, bha, ça ne sert à rien à part m'humilier et faire que j'ai honte d'être moi-même.

    51
    Floac
    Samedi 25 Juin 2016 à 15:12

    Comment peut on généraliser sur telle ou telle méthode... Chacun doit trouver son chemin et il y a des maitresses traditionnelles qui font la gueule ( beaucoup) et des enfnats tristes dans beaucoup de classes, Montessori ou pas!! J'ai une collègue qui fait la gueule à ses élèves, n'adresse plus la parole à d'autres... Épuisée par une tenue de classe qui ne tient pas la route. Ce qui réussit c'est la conviction, et la méthode assumée. Je fais du Montessori par ce que je suis convaincue, on rit beaucoup dans ma classe de 28, on s'amuse aussi beaucoup, personne ne fait la gueule et on progresse. Fini les coins jeux fouloirs qui me rendaient folle (cris, conflits et bazar permanent, enfants qui bâclaient des fiches ennuyeuses pour aller jouer). Plus de fiches, des manipulations, des échanges c'est ça qui nous plait. Je ne force personne à faire comme moi! Mes collègues ne changent rien et c'est leur droit je n'ai pas essayé de les convaincre, je leur raconte juste mes choix c'est tout. Pour la bienveillance cela s'apprend par des méthodes car cela demande un effort avec les élèves les plus retors!! Donc il faut toujours se questionner, lire et se documenter pour se perfectionner. Bref je suis très contente de ce que permet Montessori et je ne reviendrai pas à la méthode traditionnelle, mais je panache avec des défis style Freinet, et bientôt une classe connectée. C'est l'envie de bouger les choses qui me motive et de voir évoluer mes élèves surtout les plus fragiles (laissés de côté par beaucoup, à voir le nombre de maintiens en GS ou CP) c'est ca le vrai enjeu!!! 

      • Samedi 25 Juin 2016 à 17:22

        Le souci avec ces vidéos où les éducateurs font la gueule, c'est que ce sont des vitrines, ces personnes montrent ça au public, ça comme modèle de l'école montessori, et comme c'est comme ça dans la majorité des vidéos, ben on finit en toute logique par penser qu'en pédagogie montessori l'adulte fait la gueule.

        J'ai gardé les coins jeux d'imitation, ce n'est du foutoir que si on ne propose que ça comme activités, car bon, 3 poupées, une poussette, un lit bébé, 10 voitures, un garage, une mini-cuisine et une dînette (équipement standard d'une maternelle) pour 28 élèves, je ne vois même vois même pas comment cela peut être autre chose que le bordel avec des conflits à n'en plus finir. Il n'y a pas assez pour tout le monde!
        Je trouve important ces jeux d'imitation pour les enfants, pour leur relation interpersonnelle, pour leur langage aussi. J'apprends beaucoup sur mes élèves quand je le regarde jouer aux jeux d'imitation. Cependant ces jeux ne sont pas accessible tout le temps sinon certains enfants ne ferait jamais autre chose. 

        Concernant la classe connectée: pourquoi? Pour quel bénéfice fantasmé? Toutes les études sur le sujet montre que les écrans sont néfastes pour le développement cognitif des moins de 6 ans! 

      • Samedi 25 Juin 2016 à 17:36

        Par ailleurs, je signale quand même concernant cette histoire de faire la gueule, que je suis quelqu'un d'extrêmement souriant et que je n'ai pas changé (ni voulu changer) en voulant faire du montessori, bref, ce n'était pas quelque chose qui m'avait vraiment gêné et trouvé fondamentale. 
        Je rappelle quand même que j'ai tenté de faire une classe montessori pur, c'est à dire d'aller visiblement plus loin que vous dans cette pédagogie et que j'en suis revenue, et que c'est ça le sujet de mon article de blog. Ce n'est pas une article antimontessori, c'est un article critique sur la mode montessorienne et sur la réalité de la difficulté d'application en école publique. 

        Concernant la bienveillance, comme tout le monde à sa propre définition, j'ignore si cela s'apprend. C'est d'après le dictionnaire une disposition affective, c'est un sentiment et non une technique. Peut-on apprendre un sentiment? 

      • Samedi 25 Juin 2016 à 21:08

        Qu'est-ce que c'est des "défis style Freinet" ?

      • Samedi 25 Juin 2016 à 21:22

        A ce que j'en sais, les défis style freinet sont des bacs ou plateau avec une activité non autocorrective et divers niveaux de difficulté. L'élève prend l'activité, l'enseignant explique les règles, l'élève fait, puis valide (ou non) un brevet. Il ne peut passer au niveau suivant que s'il a validé tous les niveaux précédents.. 

    52
    Oraw
    Samedi 25 Juin 2016 à 18:40

    Bonjour,

    Je suis éducatrice, je me suis formée et j'exerce la méthode en école privée, ce que j'ai appris sur cette méthode c'est que montessori ce n'est pas du matériel, c'est une approche globale de l'enfant. Chacun peut faire du montessori sans investir dans du matériel, c'est plutot une manière d'être. et d'ailleurs je conseillerai aux personnes souhaitant aller doucement vers du montessori de commencer par le faire sans penser ateliers ou matériel, mais juste besoins de lenfant. enfin dernière chose, lorsque l'ambiance de classe se dégrade, que ça devient bordélique, que les enfants se disputent... une vraie educatrice se demandera qu'est-ce qu'elle a fait ou pas fait pour que ça en arrive la, c'est aux adultes de se demander où ils se sont trompés. L'éducateur doit faire confiance à ses élèves et que ses élèves lui fassent confiance. A partir de là on peut faire beaucoup de choses!

      • Samedi 25 Juin 2016 à 20:11

        J'aime bien le "une vrai éducatrice", en gros, si je n'arrive pas à faire du pur montessori, c'est juste que je suis incompétente. Mes élèves ne se disputent pas et ce n'est pas le bordel dans ma classe et ça ne l'a jamais été. Merci d'aller lire mon article De la liberté à l'école maternelle avant de juger mon travail. 

        Quand au matériel, comme je l'ai dit et redit, c'est bien beau les bons sentiments et les belles idées, mais ça ne fait pas classe. Donc ça me fait doucement rigoler cette idée qu'une pédagogie ne repose que sur des bons sentiments et non sur du matériel et des techniques. La philosophie préside aux choix du matériel et des techniques, et la création du matériel par Maria Montessori découle directement de ses réflexions et de ses recherches. 
        A partir des mêmes idées, de la même conception de l'enfant, de la même philosophie, on a divers pédagogies : Montessori, Freinet, Reggio... Elles diffèrent par leurs choix pratiques.  Si on choisit Montessori et non Freinet ou Reggio, c'est qu'on pense que ses solutions matériels et techniques sont celles qui correspondent le mieux à cette philosophie, il est donc ridicule de dire que Montessori c'est uniquement un philosophie et non du matériel, vu qu'une pédagogie est la réponse technique et pratique (donc matériel) à une philosophie d'enseignement. 
        Bref, si je n'utilise pas les solutions pratiques/techniques  Montessori, je ne fais pas du Montessori. Et c'est justement pour ça que j'écris en fin d'article que ma classe n'est pas Montessori et ne le sera jamais, car la réponse proposée par cette pédagogie à la philosophie bienveillance/respect/autonomie/rythme ne correspond ni aux conditions matériels et humaines qui sont celles de ma classe, ni tout à fait à ma définition de cette philosophie.

      • Oraw
        Mardi 28 Juin 2016 à 09:01

        Quand je dis vraie éducatrice c'est en opposition aux personnes qui sont formées diplomées estampillées éducatrice montessori parce qu'elles savent manipuler le matériel mais n'ont pas intégrer l'essentiel finalement, donc ne sont pas de vraies éducatrices. En aucun cas je ne me permettrais de juger votre travail. Par ailleurs lors d'une conversion il faut compter 3 à 4 ans avant d’obtenir les résultats décrits dans la pédagogie. que ce soit pur cette pédagogie ou une autre a partir du moment ou cela entraine des changements en profondeur ça prend du temps et c'est très fatigant pour les élèves et l'enseignant.

    53
    Dimanche 26 Juin 2016 à 00:22

    Bonsoir,

    Je suis enseignante à l'école publique à Genève depuis 30 ans. Très vite j'ai compris que ce que l'on me demandait de pratiquer en classe ne correspondait pas du tout à mes aspirations. J'ai recherché des moyens pour les satisfaire et ainsi tenter de développer le meilleur chez les enfants qui m'étaient confiés et leur permettre de devenir des êtres indépendants, autonomes et responsables. Je me suis intéressée à Freinet, Steiner, Montessori (j'ai d'ailleurs suivi la formation Montessori pour les enfants de 3 à 6 ans et de 6 à 12 ans entre 1994 et 97), ce qui m'a beaucoup aidé dans la compréhension de comment l'enfant apprend.

    Dans ma recherche constante pour m'aligner avec mon envie profonde et m'adapter à la complexité grandissante des classes tellement hétérogènes, j'ai découvert il y a 7 ans, la Pédagogie de l'Expression ludocréative qui est sans nul doute la Pédagogie de notre siècle. Montessori est une pédagogie exceptionnelle mais, à mon avis, elle n'est plus adaptée à notre temps. J'ai fait les mêmes constats que maîtressepatate.  Pour mettre en application concrète les idées et les concepts de la Pédagogie de l'expression, pas besoin d'un matériel sophistiqué mais simplement des objets multiples en grande quantité (objets de récupération des plus divers), du matériel de peinture, des costumes pour le théâtre et des instruments de musique en tout genre et, bien sûr, un enseignant qui donnera vie au champ pédagogique par l'animation des aires d'expression ce qui permettra d'ouvrir la voie au protagonisme, à l'initiative intelligente, à l'affirmation du Sujet et au plaisir d'apprendre.

    Aujourd'hui,à mon sens, l'enseignant ne peut plus être celui qui sait et transmet, nous sommes à l'ère de la coopération, l'enseignant comme l'élève doit développer sa créativité et expérimenter pour apprendre de nouvelles choses. Je milite pour apprendre à apprendre créativement et dans la joie. https://www.facebook.com/ludocreativiteformation/

    Belle soirée;

    Christine

    54
    sol5
    Dimanche 26 Juin 2016 à 06:21

    Ce qui me désole, c'est qu'on met en avant le respect de l'enfant, de sa façon d'apprendre etc... pour justifier une pédagogie quand cela devrait être juste la base de l'enseignement... quelle que soit les méthodes, les matériels...

    Ensuite, chacun prend les matériaux, propositions qui permettent à l'enfant de progresser.


    Il me semble que les enseignants devraient avoir la même devise que les médecins : primum non nocere.
    Sous des prétextes de méthodes qui 'respectent les enfants' etc, on voit des enfants mis en difficulté par les choix pédagogiques qui sont faits par les enseignants.


    Je repense à Ramus quand il parle d'éducation fondée sur des preuves...

      • Dimanche 26 Juin 2016 à 08:05

        Cette belle phrase n'est qu'un fantasme concernant la médecine, car en médecine il y a la notion de bénéfice/risque, si on ne devait vraiment ne faire aucun mal, on ne prendrait aucun risque, donc on ne soignerait pas les gens. Par exemple la moindre opération comporte un risque non négligeable, il ne faudrait plus opérer les gens?

        L'éducation est quelque chose de bien plus complexe que la médecine car il ne s'agit pas de passer du stade malade au stade en pleine santé. En médecine, il n'y qu'une pleine santé et des tas de maladie à soigner, en éducation il n'y a pas de critère de pleine santé ni de maladie. Nous avons en face des enfants, tous uniques, tous différents, des familles avec des projets éducatifs très divers, des visions de l'avenir et du bonheur aux antipodes les unes des autres.
        Chaque pédagogie fonctionne sur une vision de l'enfant, de ce qui et bien pour lui et de l'adulte que l'on veut qu'il devienne, et cette vision peut être diamétralement opposée selon les personnes. Et par ailleurs ce qui convient à une enfant peut être source de souffrance pour un autre, et une école s'adresse à un groupe, non à un individu... 

         

        Bref, votre bienpensance n'est guère que de la moraline bien écoeurante.

         

         

      • Axelle
        Lundi 27 Juin 2016 à 16:41

        "primum non nocere" = en premier lieu, ne pas nuire ; personne n'a parlé de ne prendre aucun risque

        "l'éducation est quelque chose de bien plus complexe que la médecine" ... vous êtes sérieuse ? donc tout un chacun peut se prétendre médecin puisque tout un chacun a la possibilité d'éduquer (éduquer c'est le rôle du parent, l'enseignant est censé enseigner mais passons)

        A la lecture de votre article, j'avais surtout de la compassion pour vous, à la lecture des commentaires et de votre suffisance, elle s'en est allée

        Bonne continuation

         

      • Lundi 27 Juin 2016 à 19:20

        J'avais compris la maxime, et dès que l'on prend un risque, on risque de nuire, de faire souffrir, il ne faut donc prendre aucune risque si on ne veut pas nuire.

        Il est impossible d'instruire sans éduquer.

        Sinon, je me fiche de votre compassion, je ne la demandais pas et ce n'était pas le but de cet article de faire pleurer dans les chaumières.  

         

      • Lucy
        Mercredi 29 Juin 2016 à 03:28

        "Suffisance" : c'est le mot qui convient en effet. 

      • Mercredi 29 Juin 2016 à 06:39

        C'est mignon, quand on n'est pas d'accord avec vous, on est bien vite accusé d'une tare morale. sarcastic

    55
    supersoso
    Dimanche 26 Juin 2016 à 11:12

    Bonjour,

    J'aime beaucoup ton article et ta vision de la pédagogie en maternelle me parle énormément (même si moi, c'est ma classe d'élémentaire que je cherche à faire évoluer). Auraiss-tu des lectures concernant la pédagogie Reggio Emilia (en fraçais prioritairement, mais sinon en anglais je peux aussi) ?

    Merci pour ton partage en tout cas, c'est très salvateur.

      • Dimanche 26 Juin 2016 à 13:22

        Merci!

        Pour les livres, en français il n'y en a qu'un et il parle essentiellement du contexte de création de l'école Reggio, de son créateur et de la politique de l'époque...

        En anglais j'ai ceux-là : 

        "Bringing the Reggio approach to your Early years Practice" de Linda Thornton et Pat Brunton
        Assez bref et pas mal pour découvrir et se faire une idée.

        " The Hundred languages of children" ouvrage collectif
        Livre bien épais et bien dense, j'ai tout juste attaqué sa lecture. 

        Il existe pas mal de documents en ligne, mais souvent en anglais aussi. 

         

    56
    supersoso
    Dimanche 26 Juin 2016 à 16:25

    ok merci beaucoup. Je vais aller piocher voir les documents en anglais alors.

    57
    sol5
    Lundi 27 Juin 2016 à 20:05

    Désolée pour la moraline bien écoeurante, je vais aller continuer mon Master 2 en Neurosciences de l'éduc (en essayant de fonder sur des preuves les choix que je fais) et te laisser à tes colères...

      • Lundi 27 Juin 2016 à 20:25

        Juste comme ça, en passant, j'ai étudié à l'université et j'ai bossé à l'INSERM, alors me sortir le nom ronflant et prétentieux de votre master, c'est assez pathétique. Tout comme de me tutoyer pour marquer votre supériorité...

        Allez donc étudier jeune Padawan, les Maîtres Jedis ont du travail. 

      • emma
        Mercredi 29 Juin 2016 à 18:35

        La colère est toujours là! Lol

        Attention terrain miné!

    58
    coindeparadis
    Mercredi 29 Juin 2016 à 17:24

    Chez Freinet on ne parle pas de défis justement parce qu'on est dans une logique de coopération et non de compétition. On trouve en effet des brevets qui sont des étapes dans l'apprentissage. Le modèle de base étant la classe unique, l'enfant valide des brevets (sorte de paliers) non pas selon sa classe mais selon son rythme d'apprentissage. Il peut ainsi apprendre à lire en 6 mois ou 18, mettre plus de temps pour acquérir la technique de l'addition en CP et calculer des aires même s'il est en CE2. 

    59
    caro
    Dimanche 3 Juillet 2016 à 21:49

    Et ne parlons pas de tous les parents qui viennent demander de faire du "MontessoUri" en classe parce que c'est tellement mieux pour leur petit prodige qui a besoin d'aller plus vite, plus haut...! Si l'autonomie, la progression au rythme de l'enfant, et surtout... le respect des règles et les liens essentiels avec les autres sont des objectifs essentiels pour toi alors tourne toi vers le Travail personnalisé communautaire du Père Faure! 

    60
    Laulou
    Dimanche 3 Juillet 2016 à 22:17

    J'ai lu votre article et je suis assez triste pour ne pas dire choquée par certains de vos propos.

    J'entends bien toute votre déception et je ne peux que la supposer, fille d'enseignants, j'ai bien souvenir des longues heures de préparations de mes parents... 

    Je ne comprends pas en quoi la pédagogie Montessori est elle responsable du résultat global que vous décrivez "une catastrophe" dans la mesure où celle-ci ne peut pas avoir été mise en place puisque vous n'avez pas eu de formation Montessori . Certes les lectures, les petits stages participent à la formation continue mais c'est insuffisant dans la majorité des contextes pour être "éducateur Montessori".

    La pédagogie n'est pas responsable du manque de moyens financiers , humains de l'EN...

    Votre article soulève néanmoins un point important l'intérêt porté à la pédagogie et parfois ce sentiment de "mode"... Il me semble qu'il y a surtout tout un buisness autour du mot Montessori qui n'est pas du tout encadré... on voit des absurdités estampillées Montessori chez Nature et Découvertes  par exemple...  sur un tas de livres, de puzzles etc... et dès lors qu'une personne met quelques plateaux en place elle pense mettre en oeuvre cette pédagogie...

    Une tour rose qui n'est pas respectée dans son usage peut s'enlever à défaut de se faire greffer des yeux derrière la tête , s'il faut 5 semaines pour imposer les usages il faut les prendre c'est mon avis. Peut être que la temporalité de certaines pédago ne sont pas compatibles avec les calendriers scolaires, les exigences des progressivités ... 

    En 2016, les chercheurs en sciences de l'educ ont quand même établi l'intérêt des différentes pédagogies alternatives y compris celle de MM et certains ont proposé des continuités... il y a plus de 40 ans celle de cousin en principe enseignée en ESPE et autrefois en IUFM...

    Bref il n'y a pas que Montessori et Montessori n'est pas une catastrophe sauf quand on pense la mettre en place alors qu'on n'est pas assez formé.

     

     

      • Lundi 4 Juillet 2016 à 07:18

        C'est mignon, votre absence d'esprit critique/recul par rapport à cette pédagogie. ^^ 

        Je pense qu'il faudrait que vous relisiez mon article, vous n'avez pas du tout compris mon propos. Il n'y a pas eu de catastrophe dans ma classe, pas plus que j'accuse  la méthode le manque de moyen dans les classes. Je ne vois pas où vous avez lu cela. 

        Je ne descends pas la pédagogie Montessori dans son ensemble, je ne dis pas que c'est une catastrophe, je dis juste que le combo Montessori/moi/ma classe ne fonctionne pas si je veux faire du Montessori pur et qu'à l'usage il y a des facettes de cette pédagogie qui me posent un souci.

        Prendre  le temps d'installer, retirer les plateaux problématiques... mon dieu, je n'y avais pas pensé (sarcasme inside). Habituellement, un fonctionnement, une organisation de classe, n'est en place qu'aux vacances de la Toussaint, soit plus de 5 semaines après la rentrée (ce qui vous semblait fort long visiblement, mais visiblement vous ignorez la réelle temporalité d'une classe), et supprimer un matériel supprime le problème mais ne le règle pas, l'enfant n'apprend pas à respecter l'objet s'il n'y a plus l'objet. 

        Pour la formation : mais oui, mais oui, je n'ai pas payé (cher) le droit d'utiliser la méthode, honte à moi.

        Le sentiment de mode? mais il s'agit belle et bien d'une mode! Comment peut-on le nier? 

        Et si être enseigné à l'ESPE/IUFM valide l'efficacité d'une pédagogie, ben on n'a pas du fréquenté le même iufm/espe. Votre affirmation est quand même énorme d'ignorance. 

        Sur ce, bonne journée, j'ai classe aujourd'hui.

      • dophinel
        Dimanche 4 Septembre 2016 à 00:14

        Je ne parlerais pas de "mode", je pense que vu les problèmes rencontrés dans le système traditionnel : les enfants de 12 ans qui ne savent pas lire et écrire correctement, le décrochage scolaire, le harcèlement à l'école, l'inadéquation de l'école par rapport aux défis du monde du travail et au fonctionnement actuel de la société ... les enseignants et les parents cherchent tous azimuts pour obtenir de meilleurs résultats, donc ils essaient autre chose, et certains ont sorti Maria Montessori des bibliothèques ... certains en font un business, certains essaient vraiment de comprendre sa vision en profondeur ... 

        L'instruction a besoin de renouveau car les défis auxquels les jeunes d'aujourd'hui feront face, ils ne pourront pas les gérer avec les outils fournis par l'enseignement d'hier ! 

      • Dimanche 4 Septembre 2016 à 12:16

        La pédagogie Montessori est une pédagogie d'hier, d'avant hier même.

        Et jamais aucune société n'a su à quels défis elle aurait à faire face dans l'avenir, donc poser cette problématique pour critiquer l'EN, c'est juste ridicule. 
        Montessori n'est pas une pédagogie miracle, les élèves sortant des écoles Montessori hors contrat ont des résultats équivalent (voir pire) que ceux des écoles publiques quand ils entrent au collège.

    61
    flanel
    Samedi 3 Septembre 2016 à 16:50

    bonjour, 

    e voulais juste saluer votre courage de partager votre introspection et critique de soi avec le monde.  Que la méthode Montessori soit bonne ou pas, je crois qu'il n'y aura jamais une seule méthode unique/magique qui convient à tous les enfants/instructeurs au même temps. Moi-même, je serai ravie si ma fille pourrait avoir une instit qui a eu le courage d'essayer, expérimenter, se remettre en question et en plus partager son vécu. Dans un métier ou il y a beaucoup de burnout, c'est magnifique de voir des gens qui sont passionnés. Ne lâchez surtout pas, vous allez trouver votre "formule magique" à votre taille, car la meilleur éducation est celle qui reconnait la diversité! 

      • Dimanche 4 Septembre 2016 à 12:06

        J'ai écris cette article car il est important je pense que l'on trouve d'autre retour d'expérience que l'admiration béat qui passe sous silence les difficultés.

    62
    Marie
    Samedi 3 Septembre 2016 à 16:50

    Educatrice de jeunes enfants, je m'INSPIRE moi aussi de Montessori dans ma pratique professionnelle ... MAIS pas que ! ET je pense que chaque pédagogie a du bon et qu'il faut faire en fonction des élèves que l'on a en face de nous (tous ne seront pas réceptif à la même pédagogie), chaque enseignant doit s'adapter mais aussi prendre ce qui lui convient pour le bien être de chaque enfant ! Mes enfants n'ont connu que du EN pur !!! et bien j'en suis bien attristée ... qu'est ce que mon ainé a pu s'ennuyer en classe ... il aurait eu une maitresse patate capable de se remettre en question, de proposer mille et une chose différente où chacun puisse trouver ce qui lui convient, il aurait été bien plus heureux !!! (peut-être qu'avec lui le plateau de sable ou les lettres rugueuses lui auraient permis d'être plus à l'aise avec l'écriture ? )

    Ne pas se cantonner à une pédagogie, puiser ce qui nous convient , ce qui convient à vos élèves à un instant T...telle est ma philosophie ...

      • Dimanche 4 Septembre 2016 à 12:03

        Je ne suis pas meilleure que mes collègues, ni pire... la très grande majorité des mes collègue font du super boulot je n'irait pas les juger. 

        Quand au choix pédagogiques, on n'a pas vraiment le choix à l'EN, je suis une "hors la loi"...

    63
    Line
    Samedi 3 Septembre 2016 à 22:42
    Comme simple parent,je partage ton avis sur le détournement d'activité, qui peut être très riche. Et ce business et cette débauche de matériel qu'on voit parfois me dérange également.
    64
    dophinel
    Dimanche 4 Septembre 2016 à 00:07

    Moi qui ai suivi 2 modules de formation Montessori, (en tant que parent, je ne suis pas enseignante) un théorique et un pratique, je me suis rendue compte à quel point cela ne correspondait pas à ma personnalité. Devenir aussi structurée m'aurait demandé un colossal travail sur moi. Pour transmettre de cette façon, il faut bcp d'autodiscipline, de structure, et c'est clair que passer d'un coup des enfants d'autre chose, vers un cadre aussi différent, c'était évident que ce serait très dur. Ce que j'ai appris en formation, c'est qu'avant d'en arriver à l'enseignement, il faut d'abord créer une atmosphère dans la classe, d'abord travailler sur les relations entre les enfants, le respect du matériel, le calme, la concentration ... Je pense que ton expérience se serait mieux passée si tu y étais allée plus progressivement, avec moins de matériel au début, en te focalisant surtout sur le matériel le moins fragile, le moins coûteux ... 

    Par contre, ce qui me gêne dans ton article, c'est que tu ne dis rien sur le regarde porté sur l'enfant par Maria Montessori, et par les autres pédagogies. Ce que j'apprécie dans cette vision, c'est que l'adulte est en retrait, il n'est pas "le savant" à côté de l'enfant qui serait comme un récipient à remplir. Maria Montessori partait du principe que les enfants ont envie d'apprendre, que leur nature les pousse à nourrir leur esprit avec ce qui lui convient au moment où cela lui convient et c'est là qu'est la liberté. Moi ce qui m'intéressait dans cette pédagogie c'est que les enfants s'approprient normalement les matières en profondeur, qu'ils maîtrisent vraiment ce qu'ils apprennent car il ne s'agit pas de survoler. Moi ce qui m'a plu c'est l'absence de notes et d'interrogations, ce qui m'a plu c'est que l'enfant a confiance en lui, travaille pour lui-même et non pour faire plaisir aux adultes ou éviter des sanctions et punitions et qu'au final, les enfants scolarisés en Montessori sont plus créatifs, plus sûrs d'eux, qu'ils trouvent leur voie dans la vie et qu'ils sont autonomes dans leurs apprentissages. 

    Deux ans d'avance ... quelle importance .. Ce qui compte vraiment à mes yeux, c'est que normalement cette pédagogie aide à fabriquer des êtres libres et autonomes dont on a pas cassé le plaisir d'apprendre et la confiance en soi, et pas des moutons prêts à faire des salariés et des consommateurs dociles. Bien sûr il y a des profs et des instits formidables et engagés dans l'enseignement traditionnel, mais le système dans lequel ils sont, pour moi, ne les respecte pas, ne respecte pas les spécificités, intérêts et capacités, de chaque enfant.

      • Dimanche 4 Septembre 2016 à 11:59

        Nous ne sommes pas là pour discuter du bien fondé de l'école. 
        Le rôle de l'école est d'instruire, c'était aussi le but de Maria Montessori. Vous êtes anti école et anti instruction, grand bien vous fasse, mais bin, que faites-vous sur un blog de prof?  

         

        Par ailleurs, cet article n'a pas pour but de présenter la philosophie Montessorienne, ce n'est pas un article de vulgarisation, c'est une retour d'expérience, rien de plus. 

      • dophinel
        Dimanche 4 Septembre 2016 à 15:42

        Je ne sais pas où vous avez lu que j'étais anti école et anti instruction ... non je pense que l'école traditionnelle ne correspond plus aux besoins des adultes de demain.

    65
    Sarah Gapa
    Dimanche 4 Septembre 2016 à 10:01
    Bonjour, je partage la plupart de vos idées, j'enseigne en pédagogie Freinet... Que je trouve bcp plus ouverte, sur l'imaginaire et la réelle autonomie de l'enfant...
    66
    chris
    Dimanche 4 Septembre 2016 à 10:49

    Bonjour,

    Après avoir lu attentivement votre article, je constate que vous vous êtes approprié cette pédagogie sans passer par la formation. Comme toute nouvelle technique, c'est important de pouvoir en discuter, trouver de vrais outils par le biais des instituts de formation, qui ne sont pas existants pour rien! 

    Pour avoir suivi un cursus de formation AMI, et pour avoir avant lu et visionné beaucoup de vidéos sur la question moi aussi, je peux vous assurer qu'il y a un gouffre entre ce que j'en comprenais de mon côté et ce que j'ai pu en comprendre durant la formation!

    Je comprends votre désarroi et je ne suis pas forcément adepte d'appliquer un pédagogie "de façon stricte", mais pour bien comprendre le sujet et surtout si l'on veut l'appliquer, je pense fondamental de se faire accompagner dans l'apprentissage de la formation par des personnes qui ont elles même pratiqué en classe et qui ont elles même vécu la modification d'une classe "classique" en montessori...

    Le processus peut être long, et cela ne se décrète pas!

    Je comprends dans ma lecture un point essentiel : la posture de l'éducateur...

    il vous manque ce point d'ancrage pour commencer à appliquer cette pédagogie. Le matériel n'est pas utile et ne peut pas être utilisé de façon pertinente par les enfants si l'éducateur n'a pas observé les enfants un par un, pour ADAPTER A CHACUN une proposition de travail...cela ne peut pas se faire dans les conditions que vous décrivez car vous êtes seule pour beaucoup trop d'enfants...

    Sinon, vidé de sens, le matériel devient "rigide" et inutilisable.

    Vous pourriez presque avoir une classe de type montessorien sans son matériel, tant la posture de l'adulte est fondamentale! C'est ce que j'ai appris en formation et qui fait que vous perdez le sens de votre projet. Sans compter que le temps est nécessaire pour passer d'une habitude de dynamique dans une classe à une autre, que les enfants doivent y être impliqués et que tout cela se pense à l'avance, avec des objectifs intermédiaires pour en pas aller trop vite et se décourager...sans compter l'accompagnement après la formation par les formateurs pour pouvoir vous soutenir...

    C'est un peu comme si je me décrétais "maitre nageur" à la piscine de mon quartier parce que j'ai vu des vidéos et lu des livres sur le secourisme!

    Enfin, je me permets de noter encore une confusion sur la créativité et l'imaginaire très classique...Mais Montessori, est basée sur une pratique des arts, musique, chant, dessin, peinture, etc...ainsi que sur la possibilité pour chaque enfant de sortir dans la cours extérieure quand il le souhaite ou en tout cas le plus souvent possible, pour être en contact avec l'extérieur et pour y faire ce qu'il decide...

    Ce que maria M. bannissait, c'était plutot les lectures d'histoires d'animaux habillés et qui vivent et parlent comme des humains, alors qu'un enfant de moins de six ans ne sait pas encore bien faire la différence entre le réel de ce qu'un animal fait et l'imaginaire imposé par l'adulte. Elle disait (confirmé aujourd'hui par els neurosciences) que l'imaginaire des enfants n'est pas la même chose que l'imaginaire projeté des adultes..exemple : les enfants vont inventer des jeux avec des kapla ou des poupées ou des batons et des feuilles...ils n'ont pas besoin d'une histoire de cochon en tutu qui veut sa sucette! ou encore de compte qui font peur...

    Désolée pour la longueur, j'espère ne pas vous avoir perdue en route!

    Christelle.

      • Dimanche 4 Septembre 2016 à 11:52

        Je me demande comment vous pouvez juger ma position d'éducateur. Je n'ai jamais considéré que la Méthode Montessori c'était juste un ensemble de matériel. J'ai beaucoup potassé les écrit de Maria Montessori... 

        Non, en effet je n'ai pas payé 10 000€ à une société Montessorienne pour avoir l'estampille Montessori, mais je n'ai pas non plus besoin de payer pour observer des enfants, j'ai 10 ans d'enseignement derrière moi, 6 en maternelle (5 en classe unique maternelle) dans des écoles publique de tous styles : REP, rurale, centre ville... j'ai vu grandir beaucoup d'enfant avec des difficultés diverses, c'est à dire vécu plus de situations éducatives que l'on peut en voir dans une classe Montessori hors contrat où les enfants sont triée via l'argent et la philosophie éducative des parents. 

        Pour reprendre la comparaison avec le maître nageur, la réalité est : j'ai le diplôme d'état de maître nageur, déjà été maître nageur dans divers centre aquatique et là je change l'organisation du bassin et de l'encadrement des nageurs.

         

         

    67
    Nouch
    Dimanche 4 Septembre 2016 à 12:33

    Belle réflexion! Je suis assez d'accord avec vous, et comme dans toute théorie, il y en a à prendre et à laisser. L'interprétation joue pas mal et on oublie trop souvent de replacer les théories dans leur contexte d'écriture. C'est bien beau la théorie mais très souvent inapplicable dans le monde "réel", "actuel". Personnellement, je ne suis pas devenue prof malgré des études en sciences de l'éducation, l'iufm... mais j'en garde une idée principale : la pédagogie différenciée! Pour moi, un bon pédagogue n'applique pas qu'une seule façon de faire mais plusieurs et surtout s'adapte au groupe qu'il a en face de lui. Il semblerait que c'est ce que vous ayez fait au final. Et que l'E.N. arrête de demander sans arrêt des comptes et résultats, ça fout la pression et n'aide pas à réussir je trouve... (une professionnelle de la petite enfance).

    68
    Dimanche 4 Septembre 2016 à 14:01

    Quel article pourri franchement... sarcastic
    C'est pas parce que toi t'y es pas arrivée que c'est forcément une mauvaise méthode !

    69
    sally
    Dimanche 4 Septembre 2016 à 14:22
    Ce qui vous manque est une formation AMI et une experience d'au moins 5 ans en classe pour avoir l'autorite d'analyser cette méthode. Les pseudo-ecoles/classes/prorammes/profs Montessori sont partout. bonne chance dans votre quête éducatif.
      • Dimanche 4 Septembre 2016 à 14:26

        J'ai 6 ans d'expérience en école maternelle.
        Et je n'ai pas 10 000€ à donner à l'AMI.

    70
    claire R.
    Dimanche 4 Septembre 2016 à 21:13

    "Rester polis et courtois dans nos messages", en même temps vous ne l'êtes pas dans le vôtre.
    Bref personne ne vous pousse à faire du Montessori, il y a d'excellentes écoles qui le font très bien et font leurs preuves chaque jour. Si ce n'est pas votre voie il ne faut pas vous forcer et encore moins l'accabler ainsi car vous êtes passée à côté. 

    En effet actuellement c'est la mode mais ça fait plus d'un siècle que cette pédagogie existe, les gens se réveillent c'est tout et ce sont loin d'être des bêtises, il y a de nombreux tests scientifiques qui attestent que c'est une très bonne pédagogie et ça fait plus de sept ans que je suis dans différentes écoles et je continue d'être épatée par ce qu'il s'y passe. Encore faut-il la comprendre et malheureusement on en revient toujours à cette histoire de libre choix que les gens ne comprennent pas.

    Libre choix ce n'est pas faire ce que l'on veut quand on veut mais avoir accès à une diversité d'activités en accord avec son  développement intérieur et pouvoir la répéter autant de fois que nécessaire pour son propre développement. Liberté de se mouvoir, de découvrir, d'explorer mais sans déranger l'ordre de la classe et ses petits camarades. Liberté d'être soi-même dans toute sa singularité et être accepté ainsi.  

    C'est comme partout on trouve des bons profs et des mauvais même dans les écoles Montessori. L'essentiel c'est de donner envie aux enfants d'apprendre, de stimuler leur curiosité et de les aider à développer en eux tous leurs beaux potentiels latents. Et également de les aider à se dépasser, à avoir confiance en eux et en la vie. 

    Il y a plein de pédagogies intéressantes mais il y en a peu qui vont aussi loin que Montessori, elle a changé le regard sur l'enfant, elle a crée tout un matériel qui fait encore ses preuves après toutes les personnes ne sont pas bonnes pour la transmettre comme moi je serai absolument nulle dans une école classique mais j'ai compris la vision de Maria Montessori et je m'applique chaque jour à la transmettre avec amour, passion et bienveillance à des êtres uniques, différents et dont le niveau varie d'un enfant à l'autre.

    C'est ça qui fait la richesse de nos écoles, ce sont leurs différences et c'est ça qui fait la pauvreté des vôtres. 

    Merci en tout cas à la plus part des professeurs de l'éducation nationale de nous renvoyer tous leurs "moutons noirs" ce sont de vrais cadeaux que nous voyons grandir et s'épanouir chaque jour pleinement grâce à cette belle méthode qui prend en compte le caractère unique de chaque être. 

     

     

      • Dimanche 4 Septembre 2016 à 21:27

        Bienvenu sur mon blog, merci de votre avis. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :