• De la liberté à l'école maternelle

    Mes élèves sont de petites personnes merveilleuses, toutes différentes, toutes uniques. Avec chacune son caractère, ses joies, ses envies, ses goûts, ses passions, son rythme pour grandir un peu chaque jour. Et elles ont rarement envie de toutes faire la même chose en même temps... 

    Dans la gadoue, la gadoue... ou de la liberté à l'école maternelle

    Jeudi 31 mars, instant de classe...

    Pour une fois, je vais m'attarder un peu sur mes choix pédagogiques. (Même si mes choix ne sont pas aussi passionnants que l'assassinat du deuxième groupe en conjugaison...)

    J'ai une classe maternelle allant de la toute petite section à la grande section, de 2 à 6 ans. Vingt-trois enfants en pleine construction d'eux-même. C'est ma septième année en maternelle multiniveaux et j'ai beaucoup cheminé depuis ma première classe de PS-MS il y a dix ans. Selon mes connaissances en pédagogie, les moyens humains et matériel de l'école, mon expérience des enfants, la pression de la hiérarchie, les modes pédagogiques, mes choix furent d'une manière, puis d'une autre avant d'être ce qu'ils sont maintenant et sans savoir encore ce qu'ils seront plus tard. 

    Je pense que pour un oeil extérieur, ma classe c'est une joyeuse pagaille. Si je tente de définir ma pédagogie ce serait un truc du genre Reggio-montessori-classique-machinchouette à base de truc-bidule de récup. 

    (Vi, j'ai l'art de la définition.)

    Ma classe c'est des jeux libres, du dessin libre, des bricolages libres, des plateaux d'activité en choix libre... en classe, en récré, mes élèves ont le choix de faire selon leur humeur et leurs envies la majeur partie du temps.

    De la liberté à l'école maternelle

    Mars

    Trop fun de jouer dans les flaques et de crapougner dans la gadoue.

     

    De la liberté à l'école maternelle

    Janvier

    inauguration du bac à sable de classe offert par papa Noël

     

    De la liberté à l'école maternelleDe la liberté à l'école maternelle

    avril

    étagères de plateaux d'activité : des activités Montessori, des activités libres...

     

    De la liberté à l'école maternelle

    Mars

    matériel en libre accès et tours de tiroirs contenant des matériaux en accès libre

     

    De la liberté à l'école maternelle

    Dînette, poupées, garage, jeux de construction... que l'on aménage, déménage, réaménage au gré des jeux...

    Sinon, beaucoup de projets lancés en regroupement avec des surprises apportées par Sac-à-malice, des chansons (je suis un vrai Jukebox de chansons du patrimoine, c'est-à-dire que je chante faux en boucle des trucs bien ringards... Vous n'aviez pas remarqué qu'il pleuvait beaucoup cette année ? ), des histoires, des albums, des documentaires...

    Cependant, malgré toute cette liberté, reste des moments plus classique : le sport/motricité/mot-à-la-mode-pour-dire-la-même-chose, j'ai aussi un quart d'heure d'atelier dirigé avec chaque groupe chaque matin (qui sert souvent à faire du langage en petit groupe), ils ont aussi un atelier d'art le matin (l'art, c'est ma grande passion), et l'après-midi les GS ont deux ateliers dirigés, les MS un, et les PS ont un atelier de motricité fine. Je n'arrive pas à lâcher prise totalement.

     

    Mais pourquoi cette liberté? 

    Pour que les élèves construisent leurs pensées, réfléchissent, créent, utilisent leur doigts, travaillent ensemble ou tout seul, découvrent le monde qui les entoure, se construisent chacun à leur rythme.

    L'environnement comme professeur. (©Reggio)

    L'esprit absorbant de l'enfant. (©Montessori)

    Car on n'apprend jamais si bien que quand on a envie de le faire, sur le thème que l'on a choisi. (©jesaispasqui-maisjesuissûrquequelqu'unl'adit)

    Mes élèves (et les vôtres) passent beaucoup trop de temps devant un écran, en découle une passivité, un manque de concentration, de curiosité, des problèmes de langage... assez caractéristiques. (il y a plein de publications sur le sujet, Google est votre ami) Ils manquent cruellement d'expériences sensorielles, manuelles, intellectuelles... Pas bouger, pas faire de bruit, être sage, pas se salir, être assis sur le tapis face à la télé... (Oui, Gulli est mon ennemi! Faut que je vous fasse un article à ce sujet.)

    Les petits ont besoin d'explorer, d'expérimenter, découvrir... Même si vous leur interdisez de faire des expériences (comme de jouer dans les flaques), ils le feront quand même, mais dans votre dos, et ça finira mal, et du coup vous vous épuisez à faire la police. (La liberté a du bon, c'est moins fatigant à surveiller.)

    Bref, cette liberté c'est juste laisser les enfants êtres des enfants.

     

    Mais un enfant peut faire éternellement la même activité ?! 

    Bha oui, c'est l'jeu ma pauv'e Lucette.

    S'il s'acharne dans sa monomanie malgré des incitations/invitations à voir autre chose, c'est qu'il construit quelque chose qui nous échappe. Le forcer n'apporterait rien de bon vu qu'il n'est pas disponible pour autre chose que sa monomanie. 

    Oui, j'ai un élève qui a passé des mois à ne faire que du dessin, un autre a brossé la table pendant une semaine, une autre étale avec énergie de la colle pendant des heures... Mais ils finissent toujours par passer à autre chose, posément, librement, en étant allé au bout de leur activité.

     

     

    Mais ils vont se salir!!!

    Bha oui, et alors? 

    De la liberté à l'école maternelle

     

     

    Il y a de l'eau et du savon à l'école (en accès totalement libre), et puis ils ne se salissent pas tant que ça, pas tellement plus que quand on leur interdit de toucher à tout et qu'ils le font dès qu'on a le dos tourné.

    L'hygiène c'est se laver, pas ne pas se salir. wink2

    Et puis, à quoi ça sert d'avoir des vêtements si on ne peut rien faire dedans? (©Petit Bateau)

     

    Mais ça va mettre la pagaille!

    Oui, et alors? 

    De la liberté à l'école maternelle

     

    Il y a a disposition de quoi nettoyer : pelles, balayettes, balai, plumeau, éponges, torchons, poubelles... A la condition de l'exiger et de l'enseigner (le ménage, ce n'est pas inné), les élèves apprennent très vite à ranger et nettoyer leur propre saleté, à mettre à la poubelle papiers et autre matériaux réduits à l'état de déchets... Et, bien sûr, les adultes de la classe les aident et montrent l'exemple.

     

    Mais quelle gâchis de matériel!

    J'ai la chance d'avoir un  budget de classe plutôt confortable et je fonctionne beaucoup sur la récup. La classe consomme une quantité colossale de papier, j'en récupère partout où je peux.

    Et puis, ce n'est que rarement gâché, l'élève apprend, expérimente... c'est bien ça le but, pour ça que j'ai des sous, non?

      

    Mais ils doivent se chamailler en permanence ?!

    Eh bien non. 

    Il y a la règle du quart d'heure (c'est une moyenne, chez les petits ce temps est plus de 5 à 10 minutes), mettez les élèves en jeux libres (avec assez de matériel pour que tous aient quelque chose dans les mains) : 

    -premier quart d'heure : chacun découvre, se décide, joue plus ou moins dans son coin.

    - deuxième quart d'heure : chamailleries et conflits : chacun voit les limites de son jeu, veut celui du voisin, conflit de matériel, d'espace... 

    - troisième quart heure et plus : les jeux s'organisent, des groupes de se forment, on se décide, une dynamique s'installe. 

    De la liberté à l'école maternelle

    Bon, ce ne sont que des temps approximatifs, hein, mais le jeu libre suit en général cette évolutionAlors oui, il va y avoir des conflits, mais passé une phase, il y en aura beaucoup moins, une ambiance de jeu, c'est une dynamique qui se met en place, une machine qui démarre avant de tourner.

    Par contre, il faut qu'il y ai de quoi faire: deux poupées, une mini dînette, un pot de feutres et un circuit voiture... pour vingt (comme je l'ai vu dans certaines écoles) : ça va être la guerre très vite! Les enfants ne peuvent pas s'organiser car il n'y a pas assez pour que tous puissent vraiment jouer en même temps.

     

     Mais ils ont le droit de faire n'importe quoi, c'est l'anarchie !

    Non.

    Il y a une nuance entre la liberté et faire n'importe quoi.

    Déjà il y a la base : ne pas taper, ne pas faire mal, ne pas insulter, ne  pas crier, ne pas dire de gros mots, ne pas détruire... hein, c'est la base de la collectivité. Ma classe n'est pas une zone de non-droit.

    Puis « ma liberté s'arrête ou commence celle d'autrui ». 

    Et puis il y a les règles d'utilisation du matériel : 

    - J'utilise alors je range quand j'ai fini.

    - Je salis alors je nettoie.

    - Je ne prends pas des mains.

    - Je n'ai le droit de prendre qu'une activité qui est rangée à sa place.

    - Je ne marche pas sur les tapis. (Pour s'installer par terre, il y a des petit tapis à disposition.)

    - Je marche en faisant attention aux autres. 

    - J'utilise les activités qui sont sur les plateaux en respectant l'utilisation qui m'a été expliquée.

    - Pour le bac à sable : pas plus de deux enfants, si on fait tomber du sable à côté on nettoie et on change de jeu. (sinon, il y a du sable dans toute la classe et le sol devient une patinoire...)

    - etc.

    Sinon, pendant les temps libres, les élèves utilisent le matériel librement, pas besoin de me demander pour prendre un plateau, aller regarder les livres, prendre des feuilles, des crayons, du scotch, de la colle, pour aller aux toilettes (elles sont attenantes à la classe, et en cas de besoin d'aide, il faut qu'ils préviennent l'atsem avant d'y aller), pour aller se moucher, pour aller prendre de l'eau au robinet, pour se laver les mains, pour aller boire, pour aller fourrer mettre son dessin dans son sac...

    Chacun vit sa vie, s'organise, des groupes se forment, l'entraide s'installe... la classe bouge, respire, bourdonne d'activité : c'est une ruche en plein travail.

     

    Mais ils n'en profitent pas? 

    Profiter pour faire quoi? Jouer au robinet et inonder le sol ? Vider la boîte de mouchoirs ? Voler du matériel? Jouer dans les toilettes? Tout mélanger sur les plateaux ?  Mettre de la colle partout? ... 

    Et bien non, pas vraiment. Ce type d'incident existe mais ils sont rarissimes (cela arrive moins que dans une classe où tout est interdit car il n'y a pas l'attraction de la transgression de l'interdit). J'ai confiance en eux, ils sont beaucoup plus responsables qu'on l'imagine. 

     

    Mais tu as des élèves parfaits dans ta classe!

    Ben non. 

    J'ai des élèves de deux, trois, quatre, cinq, six ans, des élèves avec des troubles du comportement, handicapés avec ou sans AVS, dys-machin ou dystruc, etc. Bref une classe maternelle normale. 

     

    Ce n'est pas toujours triste, ça ne tourne pas toujours rond, parfois c'est épique (hum, le plateau de semoule qui tombe, puis celui d'eau, puis la boîte de perles...), parfois électrique (hum, la pleine lune avant Noël un jour de pluie...), mais ce ne sont que des enfants, ils apprennent, ils sont là pour cela, et moi je suis leur guide.

     

    Mais alors tu t'assois à ton bureau et tu ne fais rien ?!

    Ben non, c'est idiot comme idée.

    Déjà il faut faire respecter les règles de vie et garder un oeil sur les divers espaces de la classe. J'ai certes confiance en eux mais je ne suis pas naïve et idiote, l'air de rien, je surveille.

    Ensuite, je propose et présente les plateaux individuellement.

    J'observe les activités et les élèves, pour voir où ils en sont des apprentissages, ce qui les intéresse...

    Parfois je joue avec eux, lis un livre avec un groupe, chante une chanson à d'autre.

    Je répare, ré-approvisionne, aide...

    Je prends aussi beaucoup de photos pour mettre dans les cahiers de vie.

    Et surtout je suis le grand Manitou. Certes l'environnement est un professeur, mais c'est moi qui crée cet environnement en fonction de mes observations, de mon but, de l'ambiance de la classe... 

    Je n'ai pas une minute à moi!

     

    Et les programmes ?

    Eh bien, je suis le grand Manitou, j'ai aussi un peu de bouteille du coup je sais où je vais, ce que je veux, alors j'organise l'environnement pour favoriser tel ou tel aspect des apprentissages, encourage les élèves dans telle ou telle activité.

    Selon les nouveaux programmes de la maternelle, mes élèves ont bouclé les attendus de leur classe d'âge depuis un mois environ... 

    Ben vi, la liberté ça a du bon, on n'apprend jamais aussi bien que quand on est prêt et qu'on veut le faire.

     

    Mais comment tu les évalues?

    Facile : je ne les évalue pas. 

    Pas de livret d'évaluation de cinquante pages en huit nuances d'étoile dans ma classe, ni remplit pas moi et ni par les enfants. Mes élèves ont mieux à faire que de se situer pluri-quotidiennement dans leurs apprentissages et par rapport aux autres, ils travaillent ardemment à grandir.

    C'est déjà bien assez.

    Je suis un guide, pas un gendarme qui établit des PV, ni un juge qui sanctionne.

     

    Mais alors c'est une garderie!

    Ben non. J'enseigne et mes élèves apprennent.

    J'observe mes élèves, je sais où ils en sont, ce qu'ils font, leurs points forts, leurs faiblesses... de là je crée, propose, construis, organise dans le but que mes élèves maîtrisent les compétences des programmes... entre autre.

    Et puis si jeu = garderie, école = ?   

     

    Et les parents?

    Très peu de retour en fait, mais aucune critique sur mes méthodes ne m'a été remontée. Certains sont un peu perdus, surtout s'ils ont eu des aînés passés dans une classe traditionnelle avec fiches et ateliers tournants, mais ils avouent voir leur enfant évoluer et apprendre, c'est le plus important.

     

    Et les collègues ?

    Je n'ai pas de collègue de maternelle. Les collègues d'élémentaires se mêlent peu de ma pédagogie, je les adore pour cela! 

     

    Et l'inspection ? 

    J'évite de parler de mes choix et de mon organisation qui ne sont pas du tout dans l'air du temps. (Nous sommes dans l'air de l'hyper-contrôle et de l'évaluationnite aiguë. On se fiche de ce que l'on fait, il faut évaluer, contrôler, lister, classer...)

     

    Et l'ATSEM ?

    Alors il faut vraiment bien présenter le concept et être très pédagogue, car c'est déstabilisant pour elle, la classe se salit vitesse grand V, il y a cette impression de pagaille et d'anarchie, il faut accepter de laisser faire et de ne pas tout contrôler.  

    Dur dur à faire accepter, à faire respecter.

     

    Mon bilan actuel 

    Mes élèves sont autonomes, curieux, actifs, maîtrisent les compétences des programmes. Ils ont le sourire et semblent heureux de venir à l'école.

    Bref, d'après moi, ça roule.

     he

     

     


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 2 Avril 2016 à 15:31

    Puisses-tu avoir plus de succès que moi pour convaincre tout le monde ! Au cas où il y aurait ne serait qu'une personne ayant envie de continuer sa réflexion dans ce sens, je me permets de signaler Pour une maternelle du XXIe siècle qui reprend, ou peu s'en faut, ce même fonctionnement basé sur la confiance et l'empathie.

      • Samedi 2 Avril 2016 à 15:35

        aaahhh, je voulais en parler de ton livre justement, j'ai oublié!!! Pardon!!!
        Tu fais très bien de donner le lien!

         

      • Samedi 2 Avril 2016 à 15:40

        Merci ! Il y a beaucoup à faire pour redonner à l'école préélementaire ce qui la fera redevenir maternelle.

    2
    corinne
    Samedi 2 Avril 2016 à 19:01

    Heureuse de te lire. J'ai beaucoup aimé, d'autant plus que ma classe ressemble énormément à la tienne. Bon, je n'ai que des TPS/PS (30) donc sûrement plus d'erreurs de manipulations!!!

    Si ça peut te rassurer, j'ai été inspecté avec ce fonctionnement et l'inspecteur n'a rien eu à dire. Lors de l'entretient nous avons parlé de nouvelles pédagogies! J'ai eu un excellent rapport yes.

    Je suis très heureuse de voir que je ne suis pas la seule à enseigner par la liberté d'actions.

    Bonne continuation.

      • Samedi 2 Avril 2016 à 21:27

        Ravie de voir que je ne suis pas seule.

        En effet, une classe de TPS/PS à 30, ça doit être sport à gérer en jeux libre. 

        Pour l'inspection, tout dépend tellement des lubies de l'IEN qu'il est impossible de savoir comment ils vont réagir. 

    3
    Joséphine
    Samedi 2 Avril 2016 à 20:10
    Joséphine

    Contente de lire un billet qui va dans le même sens que mes choix péda... J'ai ma première inspection (je suis T2) au retour des vacances. Les deux conseillères péda qui sont déjà passées m'ont dit que ma classe était "atypique dans le bon sens du terme". J'espère que l'inspecteur sera aussi ouvert qu'elles (je le crois).

    Mon fonctionnement est très proche du tien : exception faite des moments "d'ateliers dirigés". 30 minutes chaque matin avec les GS pour l'écriture cursive puis 30 min chaque aprem avec les GS pour un temps d'écriture (au sens alphabétique du terme) et enfin 20 min avec les MS pour l'écriture en capitales.

    Les jeux/dessins/constructions/bricolages/plateaux/invitations libro-reggio-montessoriennes sont accessibles le reste du temps.

    Le reste c'est du rituel épuré et qui a du sens (à coup de 5 min), de la lecture en demi-classe ou des longues séances de sport (lundi = jeux co et vendredi = parcours géant).

      • Samedi 2 Avril 2016 à 21:23

        Ravie de voir que je ne suis pas seule

         

        J'ai aussi des moments «d'atelier» :  

        - 15 min d'atelier dirigé par groupe (PS/MS : langage, graphisme, maths... ; GS : maths) et 15 min d'art, chaque matin,

        - 15 min l'après-midi, (manip pour les PS, phono pour les MS, écriture pour les GS)

        - 30 min en plus pour les GS. (phono, lecture, langage, science), et 10 minutes de relaxation/yoga.

         

        Concernant l'écriture en MS, j'y passe très peu de temps, l'écriture en capital est totalement inutile une fois passé les premiers mois de GS, alors pourquoi y passer du temps? 

    4
    dlauren
    Dimanche 3 Avril 2016 à 08:59

    Pour moi il y a 2 types de classes :
    - celle où l'on se sent immédiatement en confiance pour y scolariser ses enfants, cela correspond à la votre
    - et celle où quelque chose ne le permettrait pas (que cela soit définissable ou pas...) où on ne se sent pas bien...

    Sinon votre classe me semble répondre à cette recherche : bienveillance, recherche active, expérimentations...

    Recherches Educations ‏@RecherchesEduc : Appel à textes Bien-être à l'école, vous pouvez soumettre vos articles jusqu'au 2 mai 2016 Plus d’informations https://rechercheseducations.revues.org/1519

    Bonne continuaiton !

    5
    Dimanche 3 Avril 2016 à 09:47
    Super ! Bravo pour ces initiatives !
    6
    Dimanche 3 Avril 2016 à 10:46

    Merci pour ce bon moment de plaisir à lire et à imaginer ta classe grâce à ta manière très vivante de la raconter.

    Quel boulot pour que tes élèves progressent à leur rythme!

    Dans ma classe (CP), je bidouille encore beaucoup entre les moments "dirigés" et les moments "libres". Je dois encore modifier les étagères pour mettre de plus en plus d'ateliers en accès pratique...vive la récup et le bricolage durant les vacances prochaines!

    7
    alichipie
    Mercredi 22 Juin 2016 à 14:50

    Je suis une jeune enseignante T1 et je suis ébahie par votre façon de faire classe! Si je devais avoir à nouveau des maternelles, je pense que j'essayerais vraiment de faire un peu de cette façon. Par contre, pour ma part j'ai eu des GS (28) cette année 1/4 temps et j'avais du mal à me départir totalement des ateliers. Je faisais plusieurs propositions d'ateliers (environ 5 ou 6 avec de la place pour 7-8 élèves dans chaque) et les élèves s'inscrivaient pour faire ceux souhaités (en fonction de la place aussi), plus obligatoirement à un moment dans celui que je menais. Le créneau d'ateliers était de 2 x 1h dans la journée avec obligation de faire au moins 2 ateliers et quand c'était le cas, activités libres (dessin, bibliothèque, dinette...). Je proposais donc toujours un atelier art (d'une vingtaine de minutes à 30 min maxi, souvent avec mon ASEM) et un atelier dirigé, obligatoire, avec moi souvent en graphisme. J'avais aussi des temps collectif de chansons, lecture... J'ai eu du mal par contre à gérer la question du bruit, mais je me rends compte que c'était surement normal :)
    En tout cas merci pour ce partage super riche.

      • Mercredi 22 Juin 2016 à 19:01

        A savoir que j'ai pas loin de 10 ans d'expérience en maternelle multiniveaux, ça joue énormément sur ma pratique. 

        Ta façon de fonctionner est très compliquée, je suis plus simple : soit les élèves sont avec moi ou l'atsem (les deux étant obligatoires), soit ils sont en "liberté" avec le matériel de la classe. Mes groupes sont fixes et l'ordre de passage aux ateliers toujours le même. Mes ateliers durent 1h le matin et 30min le soir. Les GS ont en plus un temps "collectif" pendant la sieste des MS et PS.

        Pour le bruit, ça dépend de tellement de facteur, il y a des jours où tout est très calme et d'autre où c'est l'enfer...

         

        Bonne chance pour l'avenir! :) 

         

         

    8
    Gelso
    Mercredi 22 Juin 2016 à 18:47

    Chouette article! ;)

    9
    Hélène
    Samedi 23 Juillet 2016 à 07:49

    Bonjour maîtresse patate,

    je vous avais découverte via votre article "fichez-moi la paix..." et ce mouvement d'humeur un peu malheureux m'avait passablement irritée. Je découvre à travers cet article que vous êtes en réalité une maîtresse formidable.

    Ce qui vous agace n'est pas la pédagogie Montessori (le principe du libre choix de l'activité, le principe de la confiance en l'enfant pour faire seul, le principe de la manipulation de matériel sensoriel, le principe de l'enseignant qui est garant de l'ambiance et de la présentation des activités autonomes, l'importance équivalente des activités pratiques et sensorielles et des activités "académiques", etc.). Ce qui vous agace, comme moi, c'est le purisme Montessori (ex : l'interdiction de livres avec des animaux qui parlent, sont habillés, ne sont pas de la bonne couleur..., moi aussi ça m'agace quand on me dit qu'un livre n'est "pas montessori", ben oui mais il est super sympa !) ou encore le "dévoiement de Montessori" (les évaluations !) et enfin la "mode Montessori" ("en dehors de Montessori point de salut !", ça aussi c'est très bête ! d'ailleurs Céline Alvarez ne parle pas de Montessori, même si elle en utilise le matériel, mais seulement des principes d'une pédagogie autonome, qu'on pourrait appliquer, comme vous le faites, avec un autre matériel et sans appliquer de manière puriste Montessori avec une formation AMI. Et les gosses de ses vidéos ont l'air de bien se marrer et kiffent l'école, tout en ayant appris plein de choses.). Ce qui vous agace c'est aussi de ne pas avoir réussi à mettre en place l'ambiance de rêve qu'on voit (dit-on) dans une classe Montessori, tout le monde chuchote, personne ne dégrade, les enfants s'entendent bien, cuicui les petits oiseaux. Et pour ça je pense qu'il vous faut aussi prendre votre temps, Rome ne s'est pas faite en un jour, et ne pas jeter bébé avec l'eau du bain (ouah c'est la foire aux expressions !). Restez humble, gardez votre cap et votre confiance en l'enfant, soyez un bon modèle de bienveillance et de calme, et vous aurez les fruits un jour.

    Enfin bref, tout ça pour dire que cet article m'a beaucoup plu et que vous devriez peut-être supprimer de votre blog votre mouvement d'humeur (ou en tout cas le titre un peu malheureux).

    Bonnes vacances

      • Samedi 23 Juillet 2016 à 11:58

        Bonjour, 

        Si j'ai fermé les commentaires de l'article "Fichez-moi la paix avec Montessori!" ce n'est pas pour en discuter sur les autres articles du blog. Je vous remercie de votre compréhension.

        Maîtresse Patate

      • Chipie
        Vendredi 19 Août 2016 à 23:16

        Alors si je comprends bien le principe de ce blog, c'est que quand les commentaires sont trop désagréables sur un sujet à controverse, l'administratrice les supprime... dommage, moi aussi j'aurai aimé débattre du sujet de l'articledontonnedoitpasprononcerlenom... mais j'irai en parler chez ceux qui resteront ouverts à un point de vue différent

      • Samedi 20 Août 2016 à 03:17

        Les commentaires de l'article en question ne sont pas supprimés, ils sont juste fermés car JE SUIS EN VACANCES (c'est écrit à la fin de l'article en question) et que je souhaite avoir la paix quand je suis en vacances, visiblement, cela vous a échappé.
        Je ne vois pas quelle discussion vous souhaitiez vu votre réaction hyper agressive et votre absence de respect pour moi et mon travail.  Si mon blog ne vous convient pas, je vous pris de passer votre chemin. 

         

         

    10
    stephanie
    Dimanche 24 Juillet 2016 à 21:29
    J'adore!!!! Je me lance aussi sur le chemin des activités autonomes, j'en ai marre de travailler de façon traditionnelle avec la boule au ventre! Bonnes vacances en attendant!
    11
    Nane
    Mardi 2 Août 2016 à 10:10

    Merciiiiiiii, ça fait du bien de se sentir moins seule!

    Il m'aura fallu 20 ans pour en arriver à ce fonctionnement, et je me régale (je galère aussi un peu quand même!)...

    Je suis inspectable l'année prochaine... à voir!

    Bonnes vacances!

    12
    Flani
    Dimanche 4 Septembre 2016 à 10:54

    Bonjour super patate!!! 

    C'est beau ce que tu fais pour tes élèves! Je pense que si tu étais l'instit de notre école, j'y aurais inscrit mon fils! 

    En effet, je pense aussi qu'il n'y a pas la vérité mais qu'il y en a plusieurs selon la personne, le contexte, l'histoire... Comme toi, j'ai suivi la formation montessori qui m'a vite semblé exiguë. En regardant le film " etre et devenir" il m'a semblé qu'il fallait chercher plus loin, prend un peu de tout ce qui existe et faire un bon mélange. 

    Si je peux de conseiller de la lecture, deux ouvrages permettent de faire évoluer la réflexion: "une éducation sans école"de thierry Pardo et "le maître ignorant"de jacques ranciere. Évidemment il ne font pas l'éloge de l'école mais ont une belle réflexion sur le respect de l'enfant et des apprentissages. 

    Bon courage avec tes 23 élèves et continue dans cette voie, elle est certainement pleine de bon sens et d'empathie! Je pense sincèrement qu'il y a peu de gens qui se rendent compte du travail exceptionnel que demande ton métier.

    cordialement

    sandy

     

    13
    lililasouris
    Dimanche 4 Septembre 2016 à 15:31

    j'ai d'abord lu votre article sur votre ras le bol de "montessori", et vu l'autre pédagogie  qui est le nom de la ville en italie crée. Et j'ai l'impression que votre classe reseemble à celle de mon fils en petite section, et je suis heureuse de le voir épanouie ou on voit qu'il apprends même si on ne voit pas les travaux sur feuille.

    Quand il me sort un jour sans rien lui demander ce qu'il a appris je vois qu'en fait c'(est enorme les choses qu'il voit.

    Merci d'avoir partager ce qui est fait en classe.

      • Dimanche 4 Septembre 2016 à 15:35

        Merci.
        Félicitation à l'enseignant de votre fils. :)

    14
    Mardi 2 Mai à 19:36

    Comme d'autres ici, j'ai commencé par lire l'article "Ras le bol" et l'intégralité des commentaires. J'avoue avoir été hérissée par vos réponses à certains commentaires qui prenaient de haut les personnes qui essayaient juste de vous dire que ce que vous appeliez Montessori ne l'était peut-être pas et que votre retour d'expérience  pouvait être nuancé. J'ai failli passer mon chemin définitivement...

    Et puis, en lisant cet article, je découvre que vous avez réussi à faire ce que plusieurs personnes vous disaient possible! Vous avez mis en place une belle ambiance montessorienne  parce que vous avez enfin fait passer le matériel au second plan et que que vous avez mis l'enfant au premier plan. Parce que vous avez touché la philosophie de cette pédagogie sans vous laisser arrêter par l'apparence de rigidité (qui n'est qu'une apparence, vraiment! mais c'est tellement facile de tomber dedans...).

    Et là, parce que vous êtes dans la justesse du rapport humain et du besoin de l'enfant, vous n'êtes plus confrontée aux mêmes genres de problèmes que vous aviez à l'époque du précédent article où vous aviez des enfants "ingérables".

    Montessori n'est pas un endroit de silence absolu et de travail en permanence individuel. C'est un lieu d'échange, de créativité (oui, oui, j'insiste) parce que ce qui est mis au centre, c'est la liberté de l'enfant vrai, c'est à dire, pas l'enfant dévié par les écrans et tout un tas d'autres choses, mais l'enfant qu'on a réussi re-capter en le mettant en activité intelligente par tout son corps. Voilà, c'est ça l'essence de Montessori, la vraie. Et, là, dans cette classe, vous l'avez!

    A mon sens, vous avez réalisé ce pas tellement difficile de la "normalisation" de votre classe. Si vous prenez le temps de bien observer les enfants et en ré-injectant petit à petit du matériel Montessori en fonction de votre observation fine des besoins des enfants, vous pourriez bien être très surprise de ce que vous verriez fleurir...

    Bonne continuation à vous.

      • Mardi 2 Mai à 20:12

        Je vous remercie pour votre commentaire. 

        Je vais juste me permettre de répondre sur un point : la classe décrite dans cet article n'a pas grand chose à  voir avec une classe ou une ambiance Montessori. 

         

        Sinon, il s'agit exactement de la même classe entre les deux articles, même locaux, même matériel, même personnel, même élèves ... avec plus d'élèves même (une TPS et une PS soufrant de TSA en plus) 

    15
    Mardi 2 Mai à 22:16

    Justement, si! Ce n'est pas parce que vous mettez du jeu libre à la place du matériel Montessori que votre classe est moins Montessori qu'avant. Elle l'est au contraire beaucoup plus que dans votre précédente expérimentation. La première fois, vous vous êtes fixée sur le matériel et ça a foiré. Là, vous vous centrez sur l'enfant: vous le mettez en activité, dans un environnement structuré, pensé pour lui, et qui répond à une grande partie de ses besoins. Vous intervenez peu, les enfants s'investissent dans ce qu'ils font avec tout leur corps et vous faites émerger une communauté qui est responsable de ses actes et qui coopère.

    Vous n'avez plus pour but premier que l'enfant prenne telle ou telle activité dans un certain ordre mais qu'il s'engage dans une activité que vous mettez à disposition et pour laquelle vous proposez une manière de fonctionner et dont il s'empare ensuite (c'est pareil avec le matériel Montessori, l'éducateur montre une manière de travailler, ensuite, l'enfant va en faire son affaire et découvrir bien plus qu'à la présentation, par lui-même. Dès lors qu'il respecte le matériel c'est OK.)

    Ce qu'il faut bien comprendre, c'est qu'un éducateur Montessori n'enseigne pas, il met en relation un enfant avec son environnement en fonction de ses besoins.

    Un des moyens de savoir qu'on est dans le vrai, c'est que les enfants se mettent en activité, qu'il y a un activité de ruche bourdonnante et qu'en même temps, leur comportement et leurs gestes se maîtrisent, s'ordonnent, qu'ils se posent et qu'ils rentrent en relation en devenant de plus en plus "socialisés" et coopératifs. C'est ce que je vois dans votre article.

    Bien sûr, votre classe est un peu "ovni" (ou plutôt un "opni": objet pédagogique non identifié! :-)) ), mais bien plus Montessorienne que ce que vous avez fait avant. C'est un très belle démonstration, je trouve, du fait qu'on n'a pas besoin du matériel pour pratiquer la pédagogie et que c'est l'attitude de l'éducateur qui est primordiale.

    C'est pour cela que je vous disais que si maintenant, vous commenciez à instiller plus de matériel en vous laissant guider par l'observation de l'enfant, ça marcherait certainement beaucoup mieux que la dernière fois ;-)

      • Mardi 2 Mai à 22:51

        Visiblement, vous voulez juste  continuer les échanges houleux de l'autre article ici, je ne vais pas rentrer dans votre jeu. 

        J'ai déjà répondu un  certain nombre de fois à vos arguments, je ne ne vais pas recommencer. 

         

        Bonsoir

         

         

         

    16
    Mardi 2 Mai à 23:57

    Je vous complimente sur ce que vous avez réussi, que très peu de personnes sont capables de faire et vous me répondez ainsi! Décidément, vous n'avez rien compris!

    C'est bien dommage... Je passe mon chemin.

      • Mercredi 3 Mai à 06:34

        Ah, ok, c'était des compliments pour vous... 

    17
    Mercredi 3 Mai à 08:11

    Certes, dans mon commentaire, en creux, je vous dis que lors de votre précédente expérimentation "montessorienne" vous vous êtes plantée, vous êtes passée à côté. Mais là je je vous parle de votre classe actuelle pour vous dire que vous suivez admirablement le besoin des enfants. Le problème, visiblement, c'est que quand je vous dis que vous êtes comme M. Jourdain et que vous faites du Montessori véritable sans le savoir et cela a l'air de vous hérisser et vous m'agressez.

    Ça a l'air compliqué pour vous d'entendre un discours différent de votre opinion et d'essayer de considérer les choses avec un angle un peu différent...

      • Mercredi 3 Mai à 15:40

        Je vais me permettre juste une petite info personnelle qui vous permettra, je l'espère, de me pardonner ma réaction fort émotive : je suis enceinte de 5 mois avec une grossesse assez difficile... j'ai tendance à sur-réagir.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :